GEOBIOLOGIE-RADIESTHESIE

 

Je souhaite donner, dans cette rubrique, des informations que l'on ne trouve pas facilement et qui sont soit essentielles, soit pratiques. Par contre, je m'abstiendrai de fournir des renseignements que l'on peut découvrir aisément sur le web, notamment sur les sites, blogs et forums spécialisés.

Dans d'autres rubriques de ce site, vous trouverez des sujets qui relèvent normalement de la géobiologie, mais qui ont été rédigés avant l'ouverture de cette rubrique.

triskels

Pour ce qui concerne les formations dispensées en géobiologie, veuillez consulter la rubrique "Formations-Stages".

Annonce
Annonce à l'usage des associations

Se soucier de l’eau que l’on consomme

 

Il y a une prise de conscience croissante de l’importance d’une bonne alimentation pour mieux vivre et c’est tant mieux ! Mais l’être humain est fait de 70% d’eau (et celle-ci représente , en fait, 99,4% de l’ensemble des molécules de notre corps car les molécules d’eau sont très petites), si bien que, lorsque nous ingérons une eau de mauvaise qualité, celle-ci circule mal dans notre corps et provoque une mauvaise élimination et, à terme, une intoxication chronique débouchant sur la maladie…C’est pourquoi il est essentiel de se soucier aussi et prioritairement de la qualité de l’eau que nous consommons : elle détermine largement la qualité de nos cellules et leur capacité de fonctionnement.

 

Passons rapidement en revue les deux eaux de consommation qui nous sont proposées :

 

-L’eau du robinet : elle est déstructurée en raison des techniques (adduction) d’amenée et des traitements qu’elle subit ; en particulier par le fait qu’elle circule dans des tuyaux métalliques, en ligne droite (au lieu, comme dans la nature, d’une circulation spiralée, en vortex), sous pression, qu’elle est chargée en un trop grand nombre de minéraux et qu’elle est chlorée. Ajoutons qu’elle est, très souvent, irradiée par des antennes placées sur les châteaux d’eau, sans parler des nocivités qu’elle rencontre au gré de son cheminement. Il s’ensuit une désinformation de cette eau qui, arrivée à destination, est devenue une eau morte et polluée, avec une polarité inversée.

 

-L’eau en bouteille : elle est également soumise à la pression lors de l’embouteillage. Par ailleurs, la très grande majorité des bouteilles d’eau sont en plastique et l’on sait que les molécules de matière plastique migrent dans l’eau…, d’autant que les bouteilles sont entreposées durablement sur leurs lieux de production, sur des aires de stationnement, puis dans les magasins, sans parler des conséquences du transport. Arrivée chez nous, cette eau ne vaut guère mieux que l’eau du robinet.

 

Il existe aujourd’hui des appareils qui cherchent à purifier et à revivifier l’eau : par exemple, la filtration par osmose inverse qui permet d’obtenir une eau quasiment pure ; mais le problème est que cette eau est désinformée car le filtrage casse les clusters à leur passage par la membrane de filtration et, par suite, l’eau produite est « indigeste ».

 

Que faire pour que l’eau soit, à la fois, redynamisée, ré-informée et vivifiée ?

 

Une petite réflexion tout d’abord : vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les Orientaux servent le thé en le versant d’assez haut, parfois même d’une hauteur de 1 mètre ? Tout simplement pour le ré-oxygéner, la chute du thé permettant de le brasser et d’y réintroduire de l’oxygène, celui-ci ayant été perdu lors de l’ébullition de l’eau, ce qui rend le thé digeste. Remarquons, en passant, qu’autrefois nos grands-mères avaient recours, pour la même raison, à un procédé analogue pour les biberons de lait du nourrisson : elle le battait avec une cuillère en bois ! Comme quoi la Tradition, pour peu qu’on lui prête attention, est souvent pleine de bon sens pratique. Tout comme le chat qui préfère aller boire l’eau qui tombe d’un robinet de lavabo ou d’une chasse d’eau plutôt que l’eau stagnante de sa gamelle…

 

Revenons à notre sujet. Voici quelques moyens simples pour améliorer la qualité d’une eau :

 

-L’utilisation du mouvement (comme en biodynamie) : transvaser l’eau d’un récipient à un autre, à 3 reprises, et d’assez haut pour qu’elle « chante » ; puis l’exposer au soleil une demi-journée. Au lieu de transvaser l’eau, on peut aussi la secouer énergiquement ou alors la battre à l’aide d’un ustensile en bois. L’exposition au soleil a une action oxydante. On peut également exposer l’eau à la lune si on recherche un effet réducteur.

 

-Le recours à un additif : par exemple, mettre une cuillérée d’argile par litre d’eau, la laisser décanter puis la filtrer. Attention de ne pas utiliser une cuillère en métal. On peut aussi mettre le jus d’un demi citron bio dans un litre d’eau, puis secouer la bouteille (solution que j’utilise souvent pour mon eau de randonnée).

 

-La médiation d’un objet : on peut prendre un cristal de quartz rose, un cristal de roche et une améthyste(préalablement nettoyés et purifiés) et les immerger dans de l’eau pendant une heure. L’eau va  assimiler les vibrations des cristaux et se charger de leurs énergies (informations). De même, on peut soumettre l’eau à des aimants en ayant recours à des récipients aimantés (intéressant surtout pour l’eau calcaire).

 

-Les mains comme « magnétiseur » : mettre ses mains, durant 5 à 10 minutes, au-dessus d’un récipient (non métallique et non plastique), rempli d’eau, en y associant l’intention de purifier et de rendre vivante l’eau. Cela suppose de disposer d’une « bonne » énergie. On peut aussi magnétiser l’eau en lui envoyant notre souffle chaud, à plusieurs reprises (un nombre impair de fois, par exemple 7 ou 9).

 

Précautions de conservation :

 

-ne pas garder une « bonne » eau dans un environnement pollué (évier, appareils et prises électriques, éclairage fluorescent, téléphone, poubelles, etc.) ou à proximité d’une eau de basse vibration, de médicaments, ou de légumes et fruits traités, etc. La contamination se ferait automatiquement, les énergies les plus basses étant les plus stables.

 

-la conserver, à température ambiante, dans un endroit frais (cave), à l’abri de la lumière directe, dans un récipient en verre ou en grès.

 

-ne pas étiqueter le contenant (à cause de la colle et de l’onde de forme).

 

-choisir un endroit de garde calme et rangé (le désordre est une pollution ! ).

 

L’eau vive :

 

-Définition : une eau vive est une eau non seulement potable (au sens physique du terme) mais aussi qui réunit toutes les qualités du vivant, notamment sur le plan subtil (hautes vibrations, polarité dextrogyre, longue conservation hors zones déséquilibrées, qualités thérapeutiques). A cela, il faut ajouter une caractéristique qui peut étonner certains : celle de la transduction (encore appelée, dans le langage courant, duplication) ; cela veut dire que l’eau vive a la capacité de transmettre, directement et sans pertes, toutes ses propriétés à une eau courante : pour cela, il suffit d’ajouter, par litre d’eau courante, quelques gouttes d’eau vive pour que toute l’eau devienne de l’eau vive, cette dernière eau devenant, elle-même transductrice. Elle peut donc se multiplier à l’infini.

 

-Où trouver de l’eau vive ? Les eaux sacrées, les eaux mariales et les eaux bénites sont des eaux vives. Mais l’eau de rosée, recueillie au 1er quartier de lune, par temps clair, sur un support neutre, est aussi une eau vive. De même, récupérer de la neige en haute montagne et la laisser fondre permet d’obtenir de l’eau vive. Il en est également des eaux de torrent, à condition qu’il n’y ait pas de pollution à proximité. Et cela n’étonnera pas les radiesthésistes-géobiologues, en ramenant chez soi un galet de torrent glacier, on peut fabriquer de l’eau vive, l’information « eau vive » ayant été transmise au galet qui, mis en présence d’une eau de consommation, par transduction, va transmettre cette information…

 

-Comment obtenir une eau proche de l’eau vive, à partir d’une eau « correcte » ?

 

·        En ajoutant à l’eau une petite quantité des sels obtenus par trituration (broyage par friction) de fleur de sel de Guérande (1/3) et de bicarbonate de soude (2/3).

 

·        En ayant recours à du sel de l’Himalaya en gros cristaux transparents ou rose pâle (fleur de sel ou sel de cristal) :

 

Ø  Recouvrir d’eau un gros cristal de sel et attendre sa dissolution puis mettre dans l’eau quelques gouttes de la saumure obtenue.

 

Ø  Même procédure mais en utilisant comme récipient préalable une coquille Saint-Jacques orientée charnière au Sud : laisser sécher la saumure dans la coquille jusqu’à obtention d’une fleur de sel ; c’est cette fleur de sel qui sera ajoutée à l’eau pour la purifier et la vivifier.

 

Je voudrais maintenant partager avec vous ma manière de « fabriquer » ma propre eau de consommation, étant précisé qu’elle est constituée d’une chaîne de moyens :

 

-à la sortie du compteur d’eau, une bouteille en verre, remplie d’eau diamant (http://steel-storm-staelhe.info/ed.htm ), est couchée sur la canalisation (transmission des informations contenues dans l’eau diamant à l’eau de distribution).

 

-un peu plus loin sur la conduite d’eau, dans le sous-sol, un aimant N48M, encercle le conduit d’amenée de l’eau.

 

-avant d’être consommée, l’eau est d’abord mise en mouvement par création d’un vortex obtenu grâce à un vitaliseur Devajal (http://www.vivre-mieux.com/fr/energetique/328-devajal-vitaliseur-eau.html?gclid=CPDi8ob03NECFcW4GwodD88Bog#/couleur-bleu ) qui est un tube générateur de tourbillons, muni d’un pas de vis à double spirale, conçu pour dynamiser l’eau en la transvasant d’une bouteille à l’autre.

 

-elle est ensuite transvasée dans une carafe spéciale TC Energy, respectant les proportions dorées (voir photo), puis posée sur un support circulaire en bois sur lequel est incrustée une croix celtique (dessin actif au sens géobiologique). Avant d’être consommée, on laisse le chlore contenu dans l’eau s’évacuer (produit volatile).

 

La radiesthésie
La radiesthésie

La radiesthésie mérite d'être universellement reconnue

Ce n'est pas parce que la science ne sait pas correctement expliquer la radiesthésie qu'elle doit la nier...

 Armand VIRE, scientifique français,  directeur de laboratoire de biologie souterraine à l'Ecole des Hautes Etudes il y a plus d'un siècle, fut un de ces détracteurs de la radiesthésie jusqu'au jour où le géographe et radiesthésiste Henri MAGER lui proposa une expérience visant à faire découvrir, par des sourciers, un ensemble de carrières dont la cartographie n'était pas publique. Le succès de l'expérience ébranla fortement les convictions de VIRE qui déclara : "...les faits étaient là. Je ne pouvais-ni ne voulais-les étouffer, et force me fut, en examinateur impartial, de proclamer, urbi et orbi, que les sourciers existaient bel et bien, qu'il y avait lieu de les prendre au sérieux et d'examiner scientifiquement les possibilités et les limites du phénomène qu'ils venaient de nous révéler". Cette ouverture d'esprit, qui conduisit Armand VIRE à devenir l'un des plus célèbres radiesthésistes de son temps, n'est, malheureusement , que l'apanage de quelques-uns. Aujourd'hui encore, alors que la radiesthésie a fait, depuis longtemps, ses preuves indiscutables dans un tas de domaines (recherche de  sources d'eau souterraines, de nappes pétrolifères, de gisements de minéraux de toutes sortes, recherche de disparus, résolution d'énigmes policières, recherches archéologiques, radiesthésie médicale, etc.), elle reste largement controversée et combattue, voire même considérée comme une forme de superstition ou de charlatanisme, notamment par la très grande majorité du milieu scientifique et, en particulier, en France. Ce mépris et ce déni  affirmés et sans cesse renouvelés n'ont pourtant aucun fondement, en dehors d'une croyance arbitraire qui ne s'est même pas donnée la peine de vérifier que la radiesthésie obtenait des résultats indéniables, souvent bien supérieurs à ceux obtenus par des méthodes scientifiques. On peut même se demander si certains scientifiques ne cherchent pas à discréditer la radiesthésie et ses pratiquants par peur d'être mis en cause dans les résultats aléatoires qu'ils obtiennent dans leur discipline, en dépit de moyens financiers importants.  Dans cet ordre d'idée, on peut citer les géologues et les hydrologues qui obtiennent, dans la recherche de l'eau, des résultats très en-deçà de ceux obtenus par les sourciers, malgré des études longues et coûteuses. Il est affligeant de constater que, par étroitesse d'esprit, on puisse nier, de façon péremptoire, des faits avérés, renouvelés, indiscutables, tout simplement parce qu'on n'est pas en mesure de les comprendre et de les expliquer et qu'ils mettent en cause des doctrines scientifiques.

Toutefois, il faut reconnaître que certains néophytes de la radiesthésie, manquants d'expérience  et de savoir-faire, font des promesses et lancent des défis qu'ils ne sont pas en mesure de tenir, provoquant une suspicion voire un rejet de la discipline. Ces radiesthésistes incompétents (mais n'en est-il pas ainsi dans tous les domaines ?), trop sûrs d'eux, imbus d'eux-mêmes et prétentieux ont fait et continuent de faire beaucoup de tort à cette spécialité.

Mêmes les Marines américains eurent recours à la radiesthésie lors de la guerre du Viêtnam pour localiser les tunnels , les caches de munitions, les vivres et les messages secrets du Viêt-Cong.

Les Russes sont, à ma connaissance, ceux qui ont mené le plus d'expériences scientifiques  sur ce qu'ils appellent l'effet biophysique, à partir des années 1960. Certes, chez eux aussi, les partisans de la radiesthésie eurent à faire face aux scientifiques conservateurs et aux sceptiques ; mais les succès obtenus, en particulier en géologie, en géophysique, en recherche d'eau, de pétrole, de gisements de mines, et à grandes profondeurs, ou encore en archéologie, et à des coûts faibles, eurent raison de cette opposition de principe et cette discipline est maintenant largement reconnue dans ce pays et amplement utilisée, y compris par les services de l'Etat.

Chez nous, il en va bien différemment : les "officiels" et le "monde scientifique" gardent obstinément leurs œillères.  Vous pouvez multiplier les expériences concluantes : rien n'y fait ! Des milliers de preuves n'ébranlent pas leurs certitudes ! D'ailleurs, il suffit de regarder la définition que donne Wikipédia de la radiesthésie pour être édifié : il parle d'un procédé divinatoire ! Rien que çà !

Combien de temps cette position absurde durera- telle ? Nul ne le sait...Au train où vont les choses, c'est-à-dire bien plus lentement que ce qu'en disent certains,  elle peut continuer de prévaloir encore longtemps, aussi longtemps que le paradigme scientifique abusera d'un pouvoir que la majorité de la population (aveuglée et manipulée) lui reconnaît.

Le pendule

 

La biologie de l'habitat et notre responsabilité dans les nuisances qui nous affectent

Beaucoup de personnes faisant appel à un "médecin de l'habitat" attendent de la géobiologie qu'elle résolve leurs problèmes de mal-être ou (et) de santé liés à leur habitat, en mettant en place des solutions  efficaces immédiates durables, et ceci pour un coût très faible, pour ne pas dire dérisoire... Cette façon de voir les choses est très superficielle et n'est pas réaliste. Elle témoigne de la méconnaissance des problématiques en jeu et du fait que les occupants d'une habitation n'ont, en général, pas conscience de leur propre responsabilité dans le mal vivre qui les touchent.

Voyons un peu de quoi il retourne .

Commençons, d'abord, par les principaux facteurs en cause.

Certes, tout bon géobiologue qui se respecte, lorsqu'il procède à l'expertise d'une habitation, recherche les zones perturbées, identifie l'origine des nuisances et les localise. Sont ainsi répertoriés les problèmes telluriques (failles, cours d'eau souterrains, croisements de réseaux telluriques, etc.), la pollution électromagnétique, les radiofréquences, les masses métalliques importantes, les ondes de forme agressives,...

On pourrait croire que ce travail étant fait, il lui suffit ensuite de mettre en place des dispositifs neutralisant toutes les nocivités pour  que l'habitation soit équilibrée et énergétiquement harmonieuse. Il est entendu qu'une telle intervention est faite pour redonner au lieu une bonne salubrité. Mais il ne faut surtout pas en rester là ! Ce serait déresponsabiliser les occupants de l'habitation et leur laisser croire que l'on peut pallier à leurs excès et laxismes et à leur manque de discernement dans leurs décisions et actions !

Dans les investigations que je mène, il est très fréquent, par exemple, que je constate l'état gravissime, dans les habitations, de rayonnements de radiofréquences et d'hyperfréquences aux effets thermiques et athermiques particulièrement dangereux. La neutralisation de ces effets est délicate et, souvent, partielle. Je suis surpris de la réaction habituelle des occupants d'une maison à qui j'indique que leur habitat est parcouru de champs importants nocifs dus, par exemple, à l'utilisation du wifi, de téléphones sans fil et de radars de surveillance et qui me demandent de faire ce qu'il faut pour :

-que la dangerosité soit supprimée,

-mais qu'ils continuent à pouvoir polluer sans aucunement changer leurs habitudes !

Soyons clairs : cela n'est pas possible !

 Le travail du géobiologue ne sera efficient que s'il se fait en collaboration avec son client : essayer de corriger les erreurs est vain si ces erreurs sont reconduites et même amplifiées.

L'équilibre d'un lieu est fragile et il ne peut être maintenu qu'à la condition de vivre dans le respect du Vivant, non pas seulement à un moment de sa vie, mais en permanence. Je sais bien que certains me rétorqueront qu'il faut vivre avec les moyens de son époque et qu'il n'est pas question de retourner au Moyen-âge ! Sans doute ! Mais il est tout-à-fait possible de concilier le confort, le "progrès" et une vie en accord avec la Nature ! Mais encore faut-il savoir se remettre en question et ne pas suivre aveuglément toutes les technologies, nouvelles et anciennes, sous le simple prétexte qu'elles sont pratiques et attrayantes.  L'escalade technologique peut, et doit, se faire avec discernement et prendre en compte l'homme dans toutes ses dimensions : physiques, biologiques, psychologiques, spirituelles.

Prenons un exemple simple pour bien faire comprendre mon propos :

La plupart des gens utilisent (ou font appel à des professionnels qui emploient) des produits à base d'extraits pétroliers pour le traitement de la charpente de leur maison, en raison de leur  efficacité, sans se soucier de leur toxicité redoutable qui dure des...années et qui peut occasionner de graves problèmes de santé, en particulier pour les personnes dont les chambres sont situées dans les combles. Il existe des produits de traitement naturel et ce sont ceux-ci qu'il faut privilégier, même s'ils sont un peu plus chers !

Je pourrais prendre de nombreux autres exemples des mauvais choix que nous faisons dans la vie, pour notre habitat, en ne prenant comme critères que l'efficacité physique et le prix, sans considération sur les conséquences éventuelles sur le Vivant ...

Par ailleurs, peu de gens ont conscience que notre état d'esprit impacte fortement sur notre vie au point de nous rendre malade ou en bonne santé : nous sommes les créateurs de notre "mal être" et de notre "bien-être". Notre habitat est en corrélation avec ce que nous sommes...

Mangez-vous de "bons" œufs ?

 

Cette question peut faire sourire...

Si vous êtes radiesthésiste, vous pouvez y répondre facilement  en vérifiant la polarité du jaune et celle du blanc de l'un des œufs que vous allez consommer.

Comment procéder ?

Prenez un œuf et séparez le jaune et le blanc, en les mettant dans des bols distincts. Prenez votre pendule et mettez-vous au-dessus du bol contenant le jaune et lancez-le en oscillations, avec la convention mentale  suivante :" mon pendule tournera dans le sens d'harmonie si la polarité est positive, dans le sens inverse si elle est négative". Faire la même chose avec l'autre bol. Notez les résultats.

Si votre œuf est "normal", vous obtiendrez les polarités suivantes :

-positive pour le jaune,

-négative pour le blanc.

Si vous achetez des œufs "bio", vous remarquerez qu'ils sont correctement polarisés et, par conséquent, leur consommation est bénéfique (résonance harmonieuse avec nos cellules). Par contre, les œufs de batterie ont, systématiquement, des polarités inversées et sont donc nocifs pour la santé (en résonance avec les cellules malades). Pour les œufs élevés en plein air, selon les cas, les polarités sont ou ne sont pas normales selon que  les poules dont ils proviennent sont  ou pas stressées en raison de conditions de vie trop difficiles , selon l'alimentation qu'elles reçoivent et selon les vaccins et traitements vétérinaires qui leur sont infligés.

Evidemment, ce que je dis là n'est pas écrit sur les œufs et, à ma connaissance, cette différence fondamentale entre les œufs très bon marché et les autres n'a jamais fait l'objet d'une information auprès des consommateurs...Il est vrai que la radiesthésie étant souvent décriée, elle ne fait, pas plus qu'ailleurs, référence dans le domaine de l'alimentation, ce qui est fort dommage car elle permet facilement de séparer le bon grain de  l'ivraie ; mais le veut-on ?

Malheureusement ce que je dis à propos des œufs peut être transposé à tous les aliments. Voila pourquoi, en dépit des progrès indiscutables de la médecine et de la diététique, les maladies se multiplient...avec leur cortège de souffrances.

L'émetteur-grille

 

Les dessins actifs émettent selon les principes de la radionique. Ils ont été découverts après la seconde guerre mondiale et sont toujours utilisés en raison de leur efficacité et de leur faible coût. Ces dessins sont tracés à l'encre de chine noire sur des feuilles de bristol blanc mais ils s'avèrent encore plus performants s'ils sont imprimés avec de l'encre magnétique.

Dans cette gamme de produits, je vous présente l'émetteur-grille qui comprend  une grille de 240 cases, un emplacement carré, dans sa partie supérieure droite, destiné à y placer le témoin-sujet (par exemple, une photo d'identité), et un petit décagone, dans sa partie inférieure gauche, où l'on placera le témoin-but (c'est-à-dire l'objectif à atteindre qui pourra être simplement écrit sur un bout de papier). A cela, il faut ajouter 2 petits solénoïdes en cuivre ; on les construit en prenant un support cylindrique de petit diamètre (par exemple, un crayon) sur lequel on enroule , en serrant bien, un fil en cuivre de faible section (un fil électrique fait l'affaire) ; l'un de ces solénoïdes est bobiné dans le sens des aiguilles d'une montre, l'autre en sens inverse ; leur hauteur est de 2 ou 3 cm.

Pour employer l'émetteur-grille, on l'oriente au nord puis on place le témoin-sujet et le témoin-but à leurs emplacements respectifs ; ensuite, à l'aide d'un pendule on détermine le positionnement de chaque solénoïde sur une case. Il reste à définir la durée durant laquelle le dispositif doit rester en place et le nombre de séances nécessaires ainsi que leur fréquence pour atteindre une efficacité optimale ; cela se fait également au pendule avec la convention mentale adéquate. En principe, chaque séance dure de 20 mn à plusieurs heures.

Il peut être avantageusement recouru à cet instrument très simple et d'un coût négligeable,  à des fins thérapeutiques (par exemple, pour calmer une douleur) aussi bien chez les êtres humains que chez les animaux, pour la santé et la production des végétaux, dans le domaine horticole ou agricole, pour influer sur le temps et, même, pour agir sur le psychisme. Il va de soi qu'il ne faut pas le destiner à des fins négatives.

l'émetteur-grille
l'émetteur-grille

Géobiologie : harmonisateurs, rééquilibreurs, régénérateurs, neutralisateurs et consorts

 

Voici un article que j'avais publié le 5 octobre 2011 et que j'avais retiré le 24 novembre de la même année car les réactions de certains confrères avaient été orageuses, l'article s'accompagnant de photos d'appareils de neutralisation, avec les noms de ceux-ci. Je n'avais pas souhaité entrer dans une polémique. Pourtant, je considère toujours que ce qui figure dans cet article a toute sa valeur et qu'il est souhaitable d'informer le public sur des assertions fausses voire malhonnêtes. C'est pourquoi, je publie, à nouveau, cet article mais sans y associer les photos d'appareils. Voici donc celui-ci.

Un grand nombre de géobiologues prétendent pouvoir protéger les hommes et les animaux de toutes, ou certaines, influences telluriques, électromagnétiques et environnementales négatives auxquelles ils sont soumis. Pour ce faire, ils utilisent, entre autres, des appareils  commercialisés sous différents vocables : harmonisateurs, rééquilibreurs, neutralisateurs, compensateurs, régénérateurs biotiques, etc. Ceux-ci sont censés neutraliser tous, ou en partie, les rayonnements pathogènes et, ceci, ce façon durable.

Ma propre expérience dans le domaine de la géobiologie m’amène à être plus circonspect. L’efficacité de ces systèmes est souvent passagère, partielle et aléatoire. Pour vous les vendre, on vous dira que ce sont des dispositifs à ondes de forme, qu’ils sont construits selon le nombre d’or, la divine proportion,…, qu’ils font appel aux technologies les plus pointues, que ce sont des produits informés, qu’ils sont composés de matériaux particuliers qui protègent des nocivités, que ce sont des circuits mis en oscillation, etc. C’est d’ailleurs vrai, mais la question qui se pose est de savoir si, pour autant, ils sont capables de nous mettre vraiment à l’abri des ondes négatives, et ceci, de manière pérenne. A ma connaissance, selon les recherches menées par des instituts  reconnus dans le domaine de la géobiologie, aucun appareil ne serait en mesure de garantir un tel résultat…Par conséquent, même si la géobiologie est, aujourd’hui, en mesure d’assainir notablement les habitations et les lieux de vie, elle n’est pas à même de transformer définitivement un endroit malsain en un lieu parfaitement sain. Ceci doit être dit, même si cela peut affecter l’enthousiasme de certains.

Certains de ces appareils se chargent, de telle sorte que l’effet de neutralisation, obtenu au départ, disparaît progressivement et, dans certains cas, ils finissent par inverser leurs effets et deviennent des « émetteurs de nuisances ».

Il faut dire aussi que l’efficience d’une installation d’harmonisation d’un lieu est tributaire d’un facteur essentiel qui ne dépend pas directement du géobiologue : je veux parler ici de l’éthique des habitants du lieu concerné. Quand, dans une maison ou un appartement, les occupants (ou une partie des occupants) ont un « profil négatif » (pensées très souvent négatives, critique fréquente des autres, caractère névrosé, réactions colériques, etc.), ils créent, participent à la création ou attirent des entités négatives qui s’installent sur eux et dans leur habitation, abaissant ainsi le niveau vibratoire du lieu, ce qui favorise la réapparition et la multiplication des nocivités. Aucun appareil ne pourra jamais neutraliser ces effets délétères. Seuls les occupants, en prenant conscience de leur responsabilité dans la création de ces nuisances et de la nécessité de corriger leur façon de penser et d’être, pourront relever leur niveau de vibrations et, par là même, celui de l’endroit où ils vivent. De mon point de vue, après avoir mis en place sa (ses) solution(s) d’assainissement du lieu expertisé, le géobiologue devrait prendre le temps d’expliquer à son client qu’il a, lui-même, un travail à entreprendre (sur lui). Le géobiologue apporte une aide essentielle mais celle-ci doit être suivie d’une démarche personnelle du client.

 Je  veux, par ces propos, attirer votre attention sur un marché qui, dans certains cas, est plutôt lucratif, et vous inciter à la prudence. Sachez que certaines méthodes (qui ne coûtent rien ou qui sont peu chères) peuvent, dans certaines circonstances, se révéler infiniment plus pertinentes que l’un de ces appareils dont le prix varie de 100€ à 2000€ ou plus.

Comment fabriquer une eau curative ?

Lorsque l'on suit un traitement médical lourd, comme , par exemple, une chimiothérapie, il est particulièrement intéressant de pouvoir, quotidiennement, boire une eau fortement chargée d'énergies cosmiques (comme c'est le cas des eaux provenant des fontaines dites miraculeuses, ou bien des eaux dites archangéliques), de manière à éliminer la pollution médicamenteuse. Le problème est que l'on dispose rarement d'une telle eau.

Le moyen de pallier à cette difficulté est de fabriquer une eau dont la vibration est fortement cosmique. Pour cela, prenez une bouteille champenoise vide et remplissez là d'eau du robinet ; fermez-là ensuite avec un bouchon de liège et traversez celui-ci, en son centre, avec une fine tige en bois pointue (prendre une tige pour brochette dont le diamètre, la longueur et la pointe sont parfaites pour constituer cette antenne), de telle sorte qu'elle trempe dans l'eau sur une hauteur de 3 à 4 centimètres. Au bout d'une heure, l'eau a acquis des propriétés curatives exceptionnelles et elle peut donc être bue, avec grand profit, comme complément à un traitement médical. De même, on peut l'employer pour soigner des végétaux, en particulier les plantes d'appartement.

Attention, il est indispensable d'utiliser une bouteille champenoise et non pas une bouteille quelconque !  Pourquoi ? Je ne vais pas rentrer dans les détails. Simplement, sachez que le goulot d'une bouteille champenoise a une polarité négative, de sorte qu'elle attire les vibrations opposées, c'est-à-dire les positives, et donc les influences cosmiques. En outre, le fond  de la bouteille est, lui, de polarité positive et, par conséquent, il repousse, les rayonnements négatifs, en particulier les telluriques. Ce sont les ondes (émissions) de forme de la bouteille qui lui confèrent des propriétés exploitables pour construire des dispositifs particuliers pour "transcender "une eau.

Ne croyez surtout pas qu'il s'agit d'un gadget ! Je vous conseille de tester honnêtement, sans à priori, une eau curative produite par ce procédé. Vous pouvez même vérifier qu'une telle eau est équilibrée (par exemple, en mesurant son PH qui se situera à, environ, 7).

Tout le monde peut boire cette eau qui est non seulement curative mais aussi préventive en matière de santé (elle améliore l'eau contenue dans le corps humain : dans les muscles, les os, le sang et la lymphe). Et elle est particulièrement recommandée pour atténuer voir supprimer les effets secondaires des médicaments et traitements médicaux. Alors, à vos bouteilles...de champagne (pardon, d'eau) !

Téléradiesthésie : astuce pour faciliter la recherche sur plan

 

Lorsque l'on fait une recherche radiesthésique sur plan, par exemple, pour retrouver un objet, il arrive que nous obtenions une réaction du pendule en plusieurs points, parfois en des endroits assez éloignés les uns des autres, ce qui semble exclure, comme cause possible de ce phénomène, la présence, en ces points, d'images virtuelles de l'objet recherché.

Pour pallier à ce problème et déterminer, parmi les points trouvés, celui où se trouve effectivement l'objet recherché, il suffit d'utiliser un petit disque en aluminium. Pour obtenir celui-ci, prendre un rouleau de papier aluminium utilisé en cuisine et y découper un disque de 16 mm de Ø (par commodité, prendre une pièce de 10 centimes qui correspond sensiblement à ce Ø) ; ce petit disque est dépolarisé sur chacune de ses faces.

Placer ce mini disque , successivement, sur chacun des points précédemment trouvés pour la recherche de l'objet. Le pendule ne girera que sur le point où se trouve effectivement l'objet.

la rémanence

Attention à la rémanence !

 

L'effet de rémanence est bien connu des radiesthésistes et des géobiologues, mais certains oublient de prendre les précautions nécessaires pour éviter, dans leurs investigations, d'être induits en erreur.

Je rappelle que la rémanence est la persistance de la vibration d'un objet ou d'un être vivant ayant séjourné en un lieu après que cet objet ou cet être vivant ait quitté le lieu. Il s'agit d'une imprégnation du lieu qui persiste plus ou moins longtemps selon la nature de l'objet ou de l'être vivant et la durée pendant laquelle il est demeuré dans le lieu. Elle peut durer quelques minutes, quelques heures, quelques jours, quelques mois, voire des siècles ou plus (cas, par exemple, des maisons où des crimes ont été commis). C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il n'est pas possible, en radiesthésie, de travailler sur une personne à l'aide d'une photo d'un groupe, les personnages de la photo s'imprégnant mutuellement.

Le matériel du radiesthésiste ou du géobiologue s'imprègne aussi : qu'il s'agisse de son pendule ou qu'il s'agisse aussi, par exemple, d'un crayon de papier ayant servi à une recherche sur plan (téléradiesthésie) ; souvent, on emploie plusieurs pendules selon les recherches que l'on veut effectuer : sachez que 2 pendules imprégnés, posés en contact l'un de l'autre, manifesteront un effet de rémanence qui se traduira par un dysfonctionnement : par exemple, le pendule, lors de son prochain emploi, ne girera pas s'il n'a pas, préalablement, été nettoyé (évanescence). J'ai pu en vérifier la réalité alors que j'avais mis, par étourderie, dans le même étui, 2 pendules hébraïques opposés : l'un comportant le "Yahvé" et l'autre le signe de "Satan" ; à l'utilisation suivante, ni l'un ni l'autre ne fonctionnaient correctement. Une chose qu'il ne faut pas oublier non plus, c'est que l'opérateur lui-même est imprégné !

Par conséquent, chaque investigation radiesthésique ou géobiologique nécessite une désimprégnation à chaque opération : désimprégnation de l'opérateur et de ses outils. Comment procéder ? En fait, c'est simple mais il est indispensable de s'y soumettre si l'on ne veut pas risquer de se tromper : pour ce faire, l'opérateur va souffler sur ses doigts tout en joignant ses mains (comme on le fait pour une prière). Pour le pendule ou un autre outil, il suffit de le mettre à l'intérieur des mains jointes, ce qui provoque un court-circuit et une "remise à zéro". Il existe d'autres méthodes de désimprégnation mais celles que je viens de mentionner sont les plus simples et les plus rapides.

Les radiesthésistes et géobiologues sont d'autant plus sensibles à la rémanence qu'ils sont expérimentés. Les débutants peuvent s'avérer peu ou pas sensibles à cet effet mais, pour autant, ils ne doivent pas s'abstenir de prendre l'habitude de se désimprégner avant chaque recherche car, à un moment ou à un autre, ils réagiront à la rémanence.

Ami(e)s radiesthésistes et géobiologues, suivez ce conseil de précaution : vous vous rendrez vite compte qu'il est judicieux !

Le taux (ou niveau) vibratoire

 

Le géobiologue, dans ses recherches et investigations, évalue quasi-systématiquement le taux (ou niveau) vibratoire (en abrégé : TV) d’un lieu, d’un objet, d’un aliment ou d’un être vivant et cette mesure, faite à l’aide d’un cadran, est, en général, effectuée à l’aide de l’échelle Bovis dont l’unité est, à l’origine, l’Angströms, correspondant à une longueur d’onde de 1 milliardième de mètre ; en fait, rarement un géobiologue donne une valeur en Angströms : il lui substitue l’unité Bovis (uB), par commodité de langage, mais aussi parce que l’Angströms fait débat pour quantifier un niveau vibratoire. Comment, en effet, une mesure de longueur métrique pourrait-elle rendre compte d’une estimation de type radiesthésique ? L’unité  Bovis, distincte de l’Angströms, semble, à première vue, lever ce problème.

Toutefois, ce système est ambigu et présente un inconvénient majeur : il ne donne que des valeurs relatives, fonction de l’étalonnage de l’opérateur, de sorte qu’il n’est pratiquement pas possible de comparer, pour une même étude, les résultats obtenus par différents radiesthésistes-géobiologues. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les niveaux vibratoires différents relevés par différents auteurs (de livres) et géobiologues patentés sur les mêmes hauts-lieux ou, par exemple, pour définir la plage des vibrations du cancer.

Il suffit aussi de regarder les abaques et cadrans utilisés par les uns et par les autres. A l’origine, la règle de Bovis, devenue ensuite, par commodité, cadran Bovis, était graduée de 0 à 10 000. Assez rapidement, certains radiesthésistes-géobiologues, ont trouvé cette échelle insuffisante et l’ont augmentée en la graduant d’abord, de 0 à 18 000uB, ou de 0 à 20 000uB, puis de 0 à 100 000uB, ensuite de 0 à 1 000 000uB. Aujourd’hui, on trouve des cadrans Bovis allant de 0 à 5 000 000uB et plus, et même, des cadrans allant de -100 000 à +100 000uB ! Comment s’y retrouver dans une telle jungle ? D’autant que, pour corser les choses, on fait des mesures du taux vibratoire, pour un même objet, sur plusieurs plans : plan physique, plan éthérique, plan astral, plan mental, plan causal, plan spirituel, plan divin…

Niveau vibratoire
Cadran Bovis , gradué de 1 à 3millions d'uB

Peut-être faudrait-il déjà s’entendre sur ce qu’est un taux vibratoire ! Voici, par exemple, la définition que j’en ai trouvée sur le site d’un géobiologue professionnel : « c’est la fréquence de vibration d’un lieu. ». Tiens donc ! Moi qui croyais qu’une fréquence s’exprimait en Hertz (Hz), c’est-à-dire en nombre de cycles par seconde! Voila qui témoigne de l’imbroglio de cette notion de niveau vibratoire puisque chacun semble ne pas parler tout-à-fait de la même chose.

Essayons de clarifier. Et, pour cela, utilisons quelques dessins. J’y ai mentionnés les composants d’une vibration simple, de type sinusoïdal : la longueur d’onde, l’amplitude et la fréquence. On voit clairement que, pour une amplitude donnée, la longueur d’onde augmente quand la fréquence diminue et inversement.

Niveau vibratoire
Représentation graphique de vibrations

Une vibration donnée doit donc s’exprimer de façon précise et deux opérateurs ne peuvent pas en donner une valeur (sensiblement) différente, même si la mesure est effectuée de manière radiesthésique.

Pour cela, l’un des outils utilisé en radiesthésie-géobiologie est le cadran équatorial, dit aussi cadran universel, gradué en degrés (de 0 à 360°), divisé en 2 parties : une partie électrique (de 0 à 180°) et une partie magnétique (de 180 à 360°) et orient é selon les points cardinaux (le Nord se situant à 0°). Sur ce cadran sont également positionnées les couleurs radiesthésiques (au nombre de 12), que l’on retrouve, à la fois, sur la partie électrique et la partie magnétique. Il permet de définir une vibration donnée exprimée en degrés (ou en couleur, ou en son, etc.). C’est un moyen très précis mais peu commode en dehors d’une habitation. Il a son équivalent dans les pendules avec le pendule équatorial, le pendule universel et le pendule à cône fictif, qui sont cependant plus succincts puisqu’ils ne permettent pas de donner une vibration au degré près, voire à 10° près.

Niveau vibratoire
Disque équatorial

Certains géobiologues se sont totalement écartés de l’échelle de Bovis et ont mis au point des substituts. C’est le cas, en particulier, de Boune LEGRAIS et Gilbert ALTENBACH qui ont défini une nouvelle règle de mesure appelée « Géodynamètre », graduée en unités d’énergie vibratoire allant de -50 à +50, permettant de classer l’équilibre ou le déséquilibre d’un lieu (onde de vie) mais aussi de préciser l’énergie vitale des aliments ainsi que l’énergie vitale d’un être vivant. Il s’agit là d’un outil extrêmement fiable et qui permet des comparaisons. Personnellement je l’emploie systématiquement, même si je fais, parallèlement, des mesures avec le cadran de Bovis.

Géodynamètre

Un autre abaque de mesure mérite d’être signalé : il s’agit du « Géobiolabe » de Jean-Paul DILLENSEGER, moins connu que le géodynamètre.

A noter aussi que l’on évoque souvent la fréquence de résonance de la terre, appelée résonance de SCHUMANN. Cette fréquence, constante à 7,8 Hz pendant des millénaires, a commencé à s’accélérer à partir de 1987, jusqu’à se porter aujourd’hui à 12,9Hz. Cette accélération se traduit en termes d’accélération du temps : actuellement, une journée de 24 heures ne correspond plus qu’à 16heures de temps réel ! Tous les êtres vivants de la terre sont ainsi poussés à s’adapter à ce changement phénoménal de résonance qui a des répercussions sur notre sommeil (ondes thêta et alpha), notre relation aux autres, notre système immunitaire, notre perception du temps, etc. On prétend qu’il en résulte aussi une élévation concomitante du niveau vibratoire de la terre et, par voie de conséquence, de ses habitants.

Pour clore cet article, je souhaite attirer l’attention sur un point important : parmi ceux qui s’intéressent à la géobiologie ou (et) qui la pratiquent, il en est qui éprouvent, jusqu’à l’addiction, le besoin d’augmenter, vaille que vaille, le niveau vibratoire (satisfaisant) de leur habitat, prétendant que plus celui-ci sera élevé, plus ils s’y sentiront bien. Une telle approche est, de mon point de vue, totalement erronée : un niveau vibratoire trop haut ne permet pas de vivre dans la sérénité et son impact est donc nocif pour ses habitants. Ce qui compte, c’est d’être dans une résonance harmonieuse avec son environnement, sachant que ce qui convient à l’autre ne vous convient pas forcément. Quand je vais faire une expertise géobiologique, je demande, d’abord, aux occupants de l’habitation à étudier comment ils se sentent dans leur logement (sommeil, bien être ou mal être, problèmes de santé, etc.) et, s’il y a des plantes, je regarde si elles sont « joyeuses » et correctement développées, ce qui me renseigne déjà sur la qualité vibratoire du lieu.

extrasensorialité

Comment développer son ressenti tactile ?

 

Beaucoup de personnes affirment ne pas ressentir les énergies environnantes avec les mains et se demandent comment elles pourraient y parvenir. Disons le tout de suite, il faut, pour cela, être, avant tout, à l’écoute et attentif, et laisser venir les sensations.

Il existe beaucoup d’exercices qui permettent d’acquérir et de développer le ressenti tactile. Je vais vous en présenter un qui est facile, rapide et efficace. Il s’appelle l’effet ballon.

Il consiste à écarter les deux mains et à imaginer tenir entre elles un ballon ou une balle. Pour commencer, il convient de tenir les deux mains assez rapprochées : entre 10 et 15 centimètres environ, et de visualiser, entre elles, une balle ayant la taille correspondante. Doucement, on fait alors un léger mouvement de va -et -vient avec les mains, comme si l’on jouait du bandonéon, de manière à toujours toucher la balle. Assez rapidement, vous devriez percevoir une sorte de résistance, celle-ci devenant de plus en plus perceptible au fur et à mesure de l’exercice. La sensation peut être celle de toucher un obstacle, de sentir de la chaleur au creux de la main ou des fourmillements, voire les deux en même temps, de ressentir des vibrations, une impression de souffle, etc. Le mieux, tout au moins au début, est de faire l’exercice les yeux fermés car cela permet d’être coupé du monde extérieur et de se mettre plus à l’écoute des sensations. Lorsque le ressenti est acquis à cet écartement, on augmente, progressivement, l’espacement entre les mains pour le porter, d’abord, entre 20 et 25 centimètres, puis au-delà, et, ainsi de suite, jusqu’à parvenir à un éloignement maximal.

Ce qui est ressenti dans cette expérience est, en fait, l’énergie provenant des mains.

Si vous vous entraînez régulièrement, vous constaterez que votre ressenti s’améliore et se développe assez rapidement jusqu’ ‘à devenir une perception instinctive.

Vous pourrez alors passer au ressenti de divers matériaux : métal, plastique, bois, verre, tissu, etc. Vous vous rendrez compte que certains de ceux-ci sont chauds, d’autres froids, d’autres encore tièdes ; en même temps, vous percevrez une sensation soit agréable, soit désagréable, soit neutre.

A ce stade, vous pourrez vous appliquer à ressentir les différentes couleurs.

Et ainsi de suite, le champ des expériences que l’on peut faire sur les perceptions est infini.

Quand on est assez aguerri à ces exercices de base, on devient capable, par exemple, de scanner avec les mains le corps d’une personne pour détecter les organes et les chakras qui dysfonctionnent, les fuites du corps énergétique, etc.

La perception tactile peut aussi remplacer, en radiesthésie, le pendule et, en géobiologie, les baguettes.

La maison initiatrice

 

Certaines personnes ont une idée du travail du géobiologue similaire à l’idée qu’elles ont de celui du médecin : elles attendent, en effet, que l’intervention du géobiologue visant à la neutralisation des nuisances de leur habitation supprime, une fois pour toutes, le mal être ou la (les) maladie(s) de leur lieu de vie, méconnaissant le fait qu’il y a d’étroites interactions entre une habitation et ses occupants.

Je fais très souvent le constat que, dans un lieu perturbé par le tellurisme, les champs électromagnétismes, ou autre, une partie seulement des occupants en ressent un mal être ou en est malade, ce qui montre bien le caractère personnel de la relation vibratoire qu’il y a entre un être humain et son environnement.

Depuis un certain temps, lorsque l’on me demande de venir faire une expertise géobiologique dans une habitation, je demande à ses occupants de prévoir, lors de ma venue, un moment d’échange avec moi, après mon intervention, pour évoquer le fait que les nocivités que je détecterai (éventuellement) sont en résonance avec eux : chacun habite ainsi le lieu qui lui « convient ». Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement, cela veut dire que l’habitation est un révélateur de vos conflits intérieurs. Il s’ensuit que vous aurez beau faire procéder à une expertise géobiologique et à une réharmonisation de votre habitat, tôt ou tard d’autres problèmes surgiront peut être, voire même les corrections effectuées par l’homme de l’art pourront s’annihiler au bout de quelques semaines. Bien pire, même si vous déménagez, vos problèmes vous suivront et, ce que vous avez cru résolu, reviendra avec force et virulence…

Ce que je dis là ne signifie pas que le travail du géobiologue n’est pas efficient, bien au contraire : Il est indiscutable que, par exemple, déplacer un lit situé au-dessus d’un cours d’eau souterrain ou d’une faille , permettra de retrouver un sommeil normal, qu’un bébé exposé à des hyperfréquences lorsqu’il est dans son lit et souffrant de crises d’asthme verra celles-ci disparaîtrent en même temps que la neutralisation des HF, etc. Ce travail est donc formidablement utile mais il doit, en même temps, être l’occasion d’une prise de conscience qu’il y a « quelque chose » à faire évoluer en soi : sa manière de penser, sa manière de vivre, sa façon de s’alimenter, sa façon de réagir, etc.

Tout est vibration et chaque pensée en est une. Toutes les vibrations influent les unes sur les autres et, par conséquent, rien n’est innocent. Il ne faut pas croire, par exemple, qu’avoir une pensée négative à l’égard de quelqu ‘un est sans importance dès lors que l’on garde cette pensée pour soi : une pensée négative produit toujours, exprimée ou non, des effets négatifs, à commencer sur soi. Notre éthique de vie doit donc être la plus en accord possible avec les principes du Vivant. Personnellement, je crois que nous devrions tous bannir, une fois pour toutes, les critiques de notre vie, qu’elles soient à l’égard d’un individu, d’une société , des gouvernants, des riches, des pauvres, des fainéants, des pays, des systèmes, etc. car, si vous réfléchissez, vous vous rendrez compte que, finalement, c’est vous-mêmes que vous condamnez. Personne ne détient LA vérité ; au mieux, nous n’avons que NOTRE vérité, bien relative et bien fragile d’ailleurs, et qui, au fil du temps, va, en partie, se modifier au gré des expériences et des prises de conscience.

En définitive, un géobiologue n’est pas seulement un « médecin de l’habitat » ; il est –ou devrait être-une personne offrant l’opportunité de se remettre en question, de comprendre que notre lieu de vie est un miroir de ce que nous sommes. Rechercher à expliquer nos problèmes par des causes extérieures, quand bien même celles-ci sont très convaincantes (pour le mental) me paraît être une démarche totalement vaine et vouée à l’échec. Peu de gens ont véritablement conscience que nous sommes entièrement responsable de notre vie dans ce qu’elle a de positif et d’agréable comme dans ce qu’elle a de négatif et de difficile. Pourtant cette compréhension est fondamentale car elle est un préalable pour s’engager, avec confiance, sur un nouveau chemin, un chemin d’évolution personnelle et d’aboutissement.

Oui, croyez-moi, la maison est un initiateur.

Dynamisation de l’eau

Il existe un grand nombre de solutions pour dynamiser de l’eau : celles qui font appel à un appareil spécialisé qui peut s’avérer coûteux et celles qui ne coûtent rien …

Voyons d’abord ce que signifie « dynamiser de l’eau » : pour moi, il s’agit de faire retrouver à l’eau ses propriétés de pureté et de vitalité originelles mais aussi de la charger d’une ou plusieurs informations à des fins particulières (par exemple, dans un but thérapeutique. Voir, à ce sujet, l'article sur " l'eau informée", dans cette même rubrique). Aussi, il existe différentes eaux dynamisées et qui n’ont donc pas toutes les mêmes propriétés.

Chez les radiesthésistes-géobiologues, il est courant de mesurer le taux vibratoire d’une eau (à l’aide de l’échelle Bovis) pour définir son niveau de dynamisation. Certes, il s’agit d’une indication sur la qualité biotique de l’eau mais, à elle seule, elle est insuffisante pour évaluer sa « richesse » intrinsèque.

La méthode de fabrication d’une eau dynamisée dépend de ce que l’on veut obtenir et de l’eau utilisée au départ. On a toujours intérêt à employer une eau qui soit la plus pure possible (donc non traitée) et, de ce point de vue, les eaux de source de montagne, les eaux des rivières ou torrents de montagne et les eaux de pluie sont les plus intéressantes.

Je ne vais pas passer en revue toutes les techniques (y compris les « spirituelles ») auxquelles on peut faire appel pour dynamiser de l’eau car elles sont fort nombreuses bien qu’elles soient souvent très voisines de par les principes auxquels elles se réfèrent.

Je vais vous en indiquer une très simple, à la portée de n’importe qui :  versez de l’eau dans un récipient en verre (surtout pas dans un récipient métallique) ; puis, comme indiqué sur l’illustration, réunissez vos 5 doigts de la main droite (ou gauche, si vous êtes gaucher) en pointe, placez-les un peu au-dessus de l’eau et tournez votre main, dans le sens des aiguilles d’une montre, durant quelques minutes. Votre eau sera alors dynamisée, c’est-à-dire améliorée et vitalisée. Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez, lorsque vous tournez votre main, ajoutez une intention ; par exemple, vous pouvez dire à cette eau : « Je te charge d’amour ». Vous pouvez aussi la sacraliser en la touchant en surface et en faisant le signe de la croix.

Quand on boit une eau ainsi dynamisée, elle a un goût différent.

Lorsque vous aurez vidé l'eau du récipient, passez vos doigts, doucement, sur le pourtour intérieur de celui-ci : vous sentirez qu'il y a des cristaux d'eau qui se sont formés à la suite de la dynamisation. Si vous avez une loupe à fort grossissement,, vous pourrez voir ces cristaux aux formes géométriques harmonieuses.

géobiologue

Le prix d’une intervention d’un géobiologue


Alors que beaucoup de gens n’hésitent pas à faire des dépenses inconsidérées dans une foule de gadgets, sans mettre en cause le prix, parmi elles, un grand nombre va refuser de commander un diagnostic géobiologique de leur habitation au regard du prix à engager…On préfère continuer à vivre dans un milieu qui génère de nombreuses nuisances, dont certaines peuvent être très virulentes et dangereuses, plutôt que de faire appel à un « médecin de l’habitat » ! Curieux comportement ! C’est pourtant ce que je constate dans ma pratique de la géobiologie.

On aimerait bien faire venir un géobiologue à condition que le prix soit très bas. Le problème, c’est que, pour faire une expertise sérieuse, il faut plusieurs heures et il est normal que celui qui la fait soit rétribué normalement.

En ce qui me concerne, je suis auto-entrepreneur et, à ce titre, mes prix sont relativement faibles en comparaison de mes collègues professionnels qui ont de lourdes charges à acquitter. Pour autant, mes prestations ne sont pas gratuites (sauf dans certains cas particuliers : je fais partie de l’association Andromède) car elles nécessitent du temps et de l’engagement ainsi que des frais de déplacement . Ce que je dis là est bien banal et je ne devrais pas avoir à le rappeler. Si je le fais, c’est simplement comme appel à la réflexion.

Quand je vois des personnes, dont certaines sans revenus, acheter les derniers téléphones portables à la mode et s’en servir sans regarder à la dépense alors que ces appareils sont dangereux pour la santé et le…porte-monnaie, je me dis que l’être humain est décidément facile à séduire, à manipuler et à égarer. Parler de son bien-être et de sa santé ? Sans doute, mais à la condition de le laisser jouer et nuire comme il l’entend !

Je ne développerai pas plus avant ce sujet : je n’ai pas à justifier la profession.

Quand vous allez chez votre médecin, conditionnez-vous l’auscultation à laquelle il va procéder au montant de ses honoraires ? Avez-vous une garantie de résultat ? Combien de temps passe-t-il ? Ces quelques questions me paraissent suffisamment éloquentes.

Attention aux orgonites !

 

Depuis quelques années les orgonites connaissent un certain succès car elles sont censées augmenter le niveau vibratoire du lieu où elles sont placées et neutraliser certaines nocivités comme celles des ordinateurs, par exemple. Dans un autre article publié sur ce site, j’ai mis l’accent sur le fait que ces appareils ont la particularité de se charger et que, au bout d’un certain temps, lorsqu’ils sont saturés, ils rayonnent les nuisances emmagasinées et abaissent notablement l’ambiance biotique, devenant ainsi des objets nocifs et agressifs…le contraire de ce à quoi on les destinait !

Il y a aussi une autre information importante à apporter concernant les orgonites et qui n’est pratiquement jamais abordée : il s’agit de ses composants métalliques, en particulier.

Généralement, lorsque l’on consulte une documentation sur les orgonites, il est dit qu’elles sont constituées de copeaux de métaux en suspension dans une résine polymère durcie (je ne parle pas, ici, d’autres composants secondaires comme des végétaux, des minéraux, des cristaux de quartz biterminés, des spires métalliques, etc. qui ne sont pas indispensables), utilisant les propriétés découvertes par Wilhelm REICH et Karl WELZ. Les métaux cités fréquemment comme constituants sont l’aluminium, l’acier, le cuivre et j’ai remarqué que l’on indique habituellement que tous les métaux peuvent être employés…Voila qui témoigne d’une singulière ignorance ! Le problème est que la plupart des orgonites commercialisées sont fabriquées sur ces bases erronées.

Pourtant, Wilhelm REICH avait bien insisté sur ce point : la fabrication d’accumulateurs à orgone ne peut se faire qu’avec des matériaux adéquats. Et ceux-ci sont les suivants :

-pour les métaux : acier , fer , acier galvanisé, laine d’acier, acier inoxydable, alliage en acier provenant de boites de conserve ;

-pour les matériaux non métalliques : laine, coton brut, acrylique, laine de verre, laine de roche, fibres de verre, cire d’abeille, terre, eau.

Par contre, sont absolument proscrits :

-pour les métaux : aluminium, cuivre et plomb ;

-pour les matériaux non métalliques : bois, contreplaqué, polyuréthane, amiante et tous les produits toxiques.

Par ailleurs, ce qui importe avant tout dans une orgonite ce sont ses constituants. Certains fabricants prétendent améliorer, par leur forme, des orgonites et proposent donc, moyennant surcoût, des appareils ayant la forme de pyramides, cônes, solides de Platon, etc. Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser à priori, certains accumulateurs à orgone ayant une de ces formes se montrent franchement négatifs. Bien que ce constat soit inexpliqué, il n’en ressort pas moins que certaines de ces orgonites ont un effet pervers et qu’elles ne devraient donc pas être fabriquées et vendues.

Je vous conseille donc d’être vigilant et de contrôler au pendule une orgonite avant de l’acheter. Et demandez au vendeur quels sont les métaux qui sont englués dans la résine polymère ; s’il ne sait pas, passez votre chemin…

Au 1er plan, quelques orgonites.
Au 1er plan, quelques orgonites.
Ce dessin, intitulé "Ouverture du Coeur", est l'oeuvre de Dane POULET (publié avec son autorisation . www.mystereetsacre.canalblog.com www.geometriesacree.canalblog.com www.cerclelumineux.canalblog.com).
Ce dessin, intitulé "Ouverture du Coeur", est l'oeuvre de Dane POULET (publié avec son autorisation . www.mystereetsacre.canalblog.com www.geometriesacree.canalblog.com www.cerclelumineux.canalblog.com).

J'invite les radiesthésistes et géobiologues à mesurer la vibration de ce dessin qui émet une puissante et bienfaisante énergie. Peut être utilisé avec profit pour rééquilibrer une pièce d'habitation perturbée, en veillant à ce que la pointe du coeur central soit orientée au sud magnétique.

Feng shui
Le Pa Kua ou Bagua : l'un des instruments d'analyse du Feng shui

Feng Shui et géobiologie

Bien que « Feng shui » veuille dire littéralement « vent et eau » et qu’il désigne l’art asiatique pour vivre en harmonie avec la terre, et que la géobiologie soit la technique qui s’occupe d’étudier la vitalité d’un lieu (terrain, habitation, ferme, commerce, usine, bureaux,…) par l’examen des facteurs susceptibles d’affecter les êtres vivants (humains, animaux et végétaux) qui y séjournent, et d’atténuer voire de supprimer les nuisances relevées, il n’est pas exact de dire, comme certains auteurs, que la géobiologie est le « Feng shui occidental ». Ces deux disciplines anciennes se sont d’ailleurs développées indépendamment l’une de l’autre et dans des régions du globe bien distinctes. Ceci dit, il est vrai qu’elles poursuivent le même but mais, pour l’atteindre, elles utilisent des voies bien différentes héritées de traditions distinctes.

Aujourd’hui cependant, il y a de plus en plus de professionnels qui maîtrisent, à la fois, le Feng shui et la géobiologie et qui les utilisent de manière complémentaire et concomitante, ce qui est facilité par certains troncs voisins dans ces « sciences -arts».

Mon propos n’est pas ici de retracer les spécificités de chacune de ces approches mais simplement d’attirer l’attention sur l’intérêt d’aborder l’évaluation et l’harmonisation d’un lieu sous différents angles simultanément.

Ce qui est frappant c’est que le Feng shui et la géobiologie accordent, l’un et l’autre, une grande importance à l’intuition, au ressenti et à l’observation. Certes, ils semblent, sur de nombreux points, aborder un lieu selon un regard bien différent mais, à y regarder de plus près, ces divergences ne sont, en fait, que des méthodes singulières distinctes mais non opposées et même, sur le fond, très similaires. Prenons un exemple : supposons qu’un praticien du Feng shui soit sollicité pour accompagner un couple qui projette d’acheter un appartement, pour avoir son avis avant de prendre une décision. Ce praticien va, entre autres, demander la date de naissance des intéressés en vue de définir leurs trigrammes de manière à s’assurer que le positionnement et l’orientation de l’appartement sont en accord avec le couple. Pour le même exemple, le géobiologue fera, lui, une mesure, avec pendule et cadran adéquat, de la résonance entre le couple et l’appartement, de façon à voir si cet habitat convient (beaucoup, moyennement, passablement,…) ou pas (du tout, un peu,…) à ce couple. La recherche, sur ce point, se rejoint donc, même si les éléments de référence et les moyens ne sont pas du tout les mêmes.

Il est vrai que l’on ne peut faire ce genre de comparaison avec chaque partie du diagnostic. Et c’est, pour cette raison, qu’il est très intéressant d’associer les deux disciplines. Je vais reprendre un exemple : prenons une maison qui se situe à proximité (5m) d’une ligne électrique à moyenne tension (33kV). Cette habitation subit des champs électromagnétiques très importants qui vont altérer très dangereusement la santé des occupants. Dans la plupart des cas, un praticien du Feng shui proposera comme solution le déménagement, solution d’ailleurs tout-à-fait pertinente. Le géobiologue donnera aussi le même conseil. Cependant, pour bien des personnes propriétaires de leur maison, il ne sera pas possible, ne serait-ce que pour des raisons financières, de suivre une telle recommandation. Le géobiologue va alors mettre en place un dispositif neutralisant ou atténuant fortement les effets nocifs de la ligne électrique pour que la santé des occupants de la maison soit préservée. A ma connaissance, le praticien de Feng shui n’a pas de réponse à ce type de problème.

LES AMPOULES A BASSE CONSOMMATION : Plutôt que d'écrire un article sur la grande nocivité de ces ampoules, je vous renvoie sur ce lien qui décrit très bien la problématique :  http://www.idph-videos.com/danger-ampoules-basse-consommation.htm

Les téléphones sans fil Eco-DECT+

 

On ne le dira jamais assez : les téléphones sans fil numériques (technologie DECT), tout comme les téléphones portables, émettent des hyperfréquences très préjudiciables à la santé humaine et parmi les plus préoccupantes de l’habitat. Même quand on ne les utilise pas, ceux-ci génèrent de la pollution électromagnétique depuis leur base, c’est-à-dire 24 heures sur 24, et ceci dans un rayon de plusieurs mètres. Lors d’expertises, il m’arrive fréquemment de trouver des habitations entièrement couvertes par ces émissions très nocives provenant du téléphone. La sagesse devrait conduire à revenir au téléphone filaire mais qui accepterait, aujourd’hui, de se « priver » des nouvelles technologies ? On préfère faire l’autruche sur le danger très important que présentent ces appareils plutôt que de privilégier une attitude ringarde mais responsable consistant à employer le téléphone filaire et à exclure, en même temps, l’usage d’un portable…

Tous les téléphones sans fil fonctionnent sur une plage de fréquences qui se situe autour de 1900MHz, avec des informations pulsées à 100Hz. Le niveau d’émission est variable selon les modèles de téléphone mais il se situe autour de 10 000µW/m², soit 2V/m, à 1m, ce qui veut dire que l’on est aussi exposé que si l’on se trouvait en face d’une antenne-relais !

Quelques fabricants ont mis au point des téléphones beaucoup moins polluants, appelés Eco-DECT et, parmi ceux-ci, des modèles Eco-DECT + qui sont ceux qui émettent le plus faible rayonnement.

La réglementation européenne impose que figure, sur les téléphones, le DAS qui est le Débit d’Absorption Spécifique, qui mesure le niveau de radiofréquences émis vers l’usager lorsque l’appareil fonctionne à pleine puissance, dans les plus mauvaises conditions. Son unité est le watt par kilo (W/kg) ou milliwatt par kilo (mW/kg). La règlementation française (décret du 8/10/2003) impose un DAS<2W/kg (2 000mW/kg) sur 10g de tissu humain, au niveau du tronc et de la tête, ce qui est, pourtant, un niveau de nuisances considérable.

Les téléphones Eco-DECT ont, heureusement, un DAS beaucoup plus faible ; ils se classent en 4 catégories (norme allemande) :

-classe 1 : 0 à 30mW/kg ; appartient à la catégorie des Eco-DECT + +

-classe 2 : 31 à 80 mW/kg ; appartient à la catégorie des Eco-DECT +

-classe 3 : 81 à 130mW/kg

-classe 4 : 131 à 200mW/kg

Par ailleurs, ces téléphones Eco-DECT, contrairement aux autres téléphones numériques, ne rayonnent plus quelques instants après avoir été raccrochés et ils modulent leur puissance, lors des communications, en fonction de la distance qui vous sépare de la base, au lieu d’émettre à pleine puissance comme les appareils DECT.

Mon conseil : équipez-vous d’un téléphone ECO-DECT ++ ou Eco-DECT +. A ma connaissance, les modèles les moins polluants du marché sont les suivants :

-ORCHID LR4620

-SWISSVOICE FULLECO

-SIEMENS GIGASET Eco Mode +

Le dernier né de la gamme ECO DECT Low Radiation d'ORCHID : le LR 8620T
Le dernier né de la gamme ECO DECT Low Radiation d'ORCHID : le LR 8620T

Mise en évidence de la différence fondamentale entre action magique et action spirituelle

 

M’inspirant des travaux, menés en leur temps par Jean-Gaston BARDET, sur l’écriture esdraïque et son caractère sacré, je me suis livré à une petite expérience, simple et éloquente, pour mettre en évidence le fossé qui sépare les actions à caractère magique de celles s’appuyant sur le sacré originel ; en apparence, dans certains cas, on semble obtenir le même résultat mais, à y regarder de plus près, ce n’est pas du tout le cas, comme je vais essayer de vous le démontrer.

Pour ce faire, j’ai pris 3 verres que j’ai remplis de l’eau du robinet. J’ai pris un pendule classique en bois et l’ai suspendu au-dessus de chaque verre ; le pendule s’est mis à girer dans le sens des aiguilles d’une montre (qui est celui de mon sens d’harmonie). Jusque là, rien que de bien normal et d’ordinaire…

Pour faciliter la compréhension de mon expérience, j’appelle respectivement par les lettres A, B et C les différents verres utilisés. J’ai procédé aux actions suivantes :

-verre A : aucune action

-verre B : j’ai imposé les mains au-dessus de l’eau, en récitant une formule du type suivant (volontairement, je ne donne pas la formulation magique qu’elle contient) : « Que cette eau soit purifiée et que, par ma volonté et celle des esprits sur lesquels je m’appuie, elle devienne une eau extraordinaire ! »

-verre C : j’ai béni l’eau par un signe de croix, en traçant la croix sur l’eau, tout en disant « Je te bénis, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, par Marie. »

J’ai alors, à nouveau, présenté mon pendule au-dessus de chaque verre et ai obtenu les girations suivantes :

-verre A : sans changement (giration dextrogyre)

-verre B : giration lévogyre (sens inverse des aiguilles d’une montre)

-verre C giration lévogyre (sens inverse des aiguilles d’une montre).

A ce stade, le magicien dirait : « L’eau magique du verre B a été énergétisée comme l’eau bénite du verre C. ».

J’ai donc eu recours à 3 pendules hébraïques : « Magie », « L’Adversaire » et le Shin renversé que j’ai présentés, successivement, au-dessus des verres B et C et j’ai constaté que, sur le verre B, chacun de ces pendules giraient immédiatement, en tournant à droite, alors que, sur le verre C, ils ne bougeaient pas. Cela met en évidence le fait que l’eau du verre B était maléficiée tandis que celle du verre C était énergétisée et bénéfique à la vie. Si j’avais arrosé une plante avec l’eau du verre B, elle serait morte rapidement alors qu’en utilisant l’eau du verre C, elle aurait poussé rapidement et sainement. La magie prend et inverse, le sacré a un mouvement qui apporte…

Il est très important d’avoir conscience de cela pour éviter de singer l’ordre surnaturel en quête de pouvoir et de ne pas se laisser persuader que nous sommes l’égal de Dieu… En disant cela, je m’adresse à certains guérisseurs et à ceux qui seraient tentés de les imiter.

Voici le texte apposé sur chacun des pendules hébraïques utilisés pour cette expérience :

pendules hébraïques

Le SCAP

 

Tous ceux qui s’intéressent à la géobiologie ont entendu parler voire utilisé un SCAP pour neutraliser des rayonnements nocifs.

SCAP signifie « Symbole compensateur d’André PHILIPPE », selon le nom de celui qui est à l’origine de la création de ces symboles particuliers. Un SCAP est un dessin géométrique réalisé d’ après l’étude de nombres, de lettres et de symboles bénéfiques et qui fonctionne par émission et puissance de ses formes et de ses allégories.

Un SCAP peut être porté sur soi en pendentif ou en bracelet pour se protéger de nocivités. Son emploi le plus fréquent est dans les habitations et dans les appareils, de quelle que nature qu’ils soient, pour neutraliser des nuisances telluriques, électromagnétiques ou abstraites. Il est exécuté sur des supports comme du papier bristol, des planchettes de bois ou des médailles en métal et positionné, au pendule, sur le lieu à compenser. C’est dire qu’il ne coûte pratiquement rien puisque l’on peut le faire soi-même à l’aide d’un matériau quasiment gratuit. Bien entendu, on peut aussi l’ acheter.

Curieusement, les SCAP sont assez peu employés en dépit de leur efficacité : peut-être est-ce le fait de leur quasi gratuité-certains ayant tendance à considérer qu’un dispositif agissant coûte obligatoirement cher ; c’est sans doute aussi qu’ils sont assez peu connus. C’est pourquoi j’ai tenu à les évoquer pour encourager à les découvrir et à les essayer. Les résultats étonneront sûrement ceux qui les expérimenteront. Sachez aussi qu’ils sont actifs à distance moyennant le suivi d’un protocole strict.

Personnellement, je les utilise de temps en temps et les résultats obtenus ont toujours été satisfaisants.

Voici les plus connus :

Celui-ci n'a l'air de rien et pourtant...
Celui-ci n'a l'air de rien et pourtant...
SCAP
Ce SCAP, de base 3, est d'un usage universel et agit, aussi bien, sur les ondes nocives abstraites que sur les ondes nocives concrètes.
SCAP
Ce SCAP est semblable au précédent mais on lui a ajouté des caractères hébreux : le Yod, nombre 10 réduit à 1, indicatif du Père ; le Waw , nombre 6, indicatif du Fils ; et le Hé, nombre 5, indicatif de l'Esprit.
SCAP
Voici une des dernières versions de ce SCAP intégrant la Trinité divine.

Les circuits oscillants simples (bracelets, colliers, ceintures)

 

Qu’est-ce qu’un circuit oscillant simple ?

Un circuit oscillant simple est un fil métallique isolé courbé en cercle, soit fermé, soit ouvert avec les extrémités qui se chevauchent, soit avec les extrémités distantes l’une de l’autre.

Quelles sont ses propriétés ?

La propriété principale d’un circuit oscillant est d’entrer en résonance, celle-ci ne se produisant qu’à une certaine fréquence (que l’on appelle la fréquence de résonance). Lorsqu’il entre en résonance, il émet une onde électromagnétique. A l’inverse, lorsqu’il rencontre une onde électromagnétique dont la fréquence correspond à sa fréquence de résonance, il produit de l’énergie. C’est sur ce principe que fonctionnent tous les appareils émetteurs-récepteurs (radio, téléviseur, téléphone,...).

Ceci explique que les circuits oscillants ont des effets importants sur tous les êtres vivants (végétaux, animaux, humains). En particulier :

-ils ont une action sur la germination et la croissance des plantes qu’ils améliorent,

-ils atténuent voire suppriment la douleur,

-ils provoquent, chez un organisme agressé, les réactions de défense de celui-ci,

-ils diminuent voire compensent les négativités d’un lieu,

-ils réduisent notablement les effets de la radioactivité,

-ils équilibrent et stabilisent le champ oscillatoire là où ils sont placés.

Quels sont les différents oscillants que l’on peut employer ?

Les circuits oscillants simples sont utilisés depuis la nuit des temps. Ce sont principalement les bracelets, les colliers et les ceintures,  qui ont un impact favorable sur celui ou celle qui les porte, mis à part lorsque l’on est affecté par des inflammations. 

Il y a 3 types de circuits oscillants simples :

-l’oscillant ouvert,

-l’oscillant fermé,

-l’oscillant fermé par un diélectrique.

circuits oscillants

Comment choisir un oscillant ?

Avant de choisir l’oscillant simple que l’on va porter, il convient de prendre en compte les éléments suivants :

-la nature du métal qui le compose influe sur son action,

-de même, la longueur de son périmètre,

-les polarités du circuit qui doivent concorder avec celles du porteur (pour un homme, la polarité positive est généralement à droite de son corps ; pour la femme, c’est l’inverse) ; pour un petit oscillant ouvert, porté directement sur la peau, la face positive est à placer côté peau  (le maintenir dans cette position avec un adhésif),

-également, pour l’oscillant fermé par un diélectrique, la couleur de l’isolant,

-la période durant laquelle il sera porté et sa durée d’utilisation,

-un oscillant ne doit pas avoir servi à quelqu’un d’autre auparavant.

Le choix de ces différents paramètres se fait au pendule. Ce qui importe, c’est que l’oscillant soit en parfaite syntonie avec celui ou celle qui le porte. Dans ces conditions, son effet favorable sera rapidement et durablement ressenti.

Oscillant destiné aux plantes

Voir dans la rubrique "Jardinage" où est traitée l'utilisation d'oscillants simples en jardinage.


Oscillant destiné aux animaux

L’oscillant simple est également utilisé pour soigner ou protéger les animaux. Pour des raisons de commodité évidentes, la solution la plus simple est d’avoir recours à un collier. Celui-ci est fabriqué, par exemple, avec du fil de téléphone souple, éventuellement peint ou ceinturé d’un ruban adhésif de couleur (couleur définie au pendule). Comme pour l’être humain, il convient de préciser, au pendule, le type de circuit à employer ainsi que sa longueur.

Oscillant employé pour les habitations

Bien entendu, et c’est d’ailleurs une pratique relativement courante en géobiologie, une pièce d’habitation peut être protégée de certaines nocivités ambiantes par la mise en place d’un oscillant ouvert. Dans ce cas, il est très important de veiller à placer l’ouverture du circuit au Nord magnétique.

Cependant, il n’est pas toujours possible de poser un tel dispositif. Il peut alors être remplacé par la mise en place d’un pot de terre (genre pot de fleurs) rempli d’un mélange, par moitiés, de charbon de bois et de soufre, dans lequel est plantée une spire en fil de cuivre (voir dessin ci-après). On détermine au pendule :

-le diamètre et la longueur du fil,

-le nombre de spires,

L’endroit où placer le dispositif.

Le mélange de charbon de bois et de soufre est à changer régulièrement car il absorbe les nocivités et finit par se saturer (mélange à changer tous les 2 ou 3 mois. A vérifier au pendule).

La correction géobiologique est-elle toujours souhaitable ?

 

Cette question peut surprendre, surtout de la part d’un géobiologue. Pourtant, elle se pose inévitablement un jour ou l’autre.

D’ailleurs, elle n’est pas spécifique aux domaines de la radiesthésie et de la géobiologie ; elle concerne aussi d’autres disciplines comme, par exemple, la médecine. Comme la plupart des gens, longtemps j’ai pensé que lorsqu’une personne était malade et qu’elle demandait qu’on la soigne, il fallait l’aider : le médecin (ou un thérapeute),  avec ses connaissances et son savoir-faire,  devait s’efforcer de la guérir. De même, la pratique habituelle d’un géobiologue, que l’on sollicite pour faire le diagnostic d’une maison et qui y découvre des nuisances, est d’intervenir pour réduire voire supprimer celles-ci, de façon à permettre aux habitants d’y vivre dans de meilleures conditions. Ces actions sont considérées comme positives et, même, comme de « bonnes » actions.

Pourtant, en y réfléchissant d’un peu plus près, et sous un angle beaucoup plus large, une interrogation vient à l’esprit : comment connaître la chaîne des conséquences engendrées par de telles actions ? A court terme, une intervention de ce type est, pratiquement à coup sûr, bénéfique ! Mais, une chose est également certaine, elle  modifie aussi le chemin d’une vie ou, tout-au-moins, d’une partie de vie ! Et, par conséquent, le négatif transformé, d’abord, en positif, peut, par ce simple fait, générer, ultérieurement, une situation bien plus difficile et bien plus néfaste que ce qu’elle aurait été sans acte extérieur. Voila qui permet de prendre conscience qu’au lieu d’œuvrer au bien d’autrui on a vite fait de jouer à l’apprenti-sorcier...

Et il serait intéressant également, dans certains cas, d’examiner les motivations de celui ou celle qui aide : nourriture de l’ego (« moi, je suis capable de soigner cette personne »), chercher à se rendre intéressant ?  Le respect et l’humilité qui devraient toujours présider aux actions vers autrui font, trop souvent, défaut...

Pour mieux faire comprendre mon propos, je vais prendre un exemple qui se rencontre assez souvent en géobiologie. Un éleveur a beaucoup de problèmes avec son troupeau de bovins : un nombre de bêtes malades anormalement élevé et une production laitière très en-deçà de ce qu’elle devrait être ; le vétérinaire, consulté à différentes reprises, n’est pas à même de fournir d’explications. Des animaux viennent à mourir. En désespoir de cause, l’éleveur se résout à requérir l’intervention d’un géobiologue. Celui-ci se rend sur place et découvre rapidement que l’étable est située sur une zone très virulente en nuisances telluriques : une faille importante traverse le bâtiment, de part en part, ainsi qu’un cours d’eau souterrain pollué et, à l’emplacement des vaches mortes, est installée une cheminée cosmotellurique négative, à plusieurs bras. Le géobiologue réduit considérablement les nuisances par la mise en place de dispositifs adaptés et le niveau vibratoire de l’étable devient normal. Rapidement, l’état des animaux s’améliore et la production de lait augmente.

Si on s’arrête là, on se dit que l’histoire se finit bien. Mais le géobiologue ne sait pas que l’éleveur s’occupe mal de ses bêtes pour lesquelles il n’a aucune considération et son seul souci est de faire un maximum de profits pour un minimum de travail ; elles vivent dans des conditions insalubres et sont mal nourries. Vous me direz que, tout de même, leur situation s’est améliorée grâce à l’intervention du géobiologue. C’est vrai ! Mais cela veut dire aussi qu’elles vont, maintenant, vivre plus longtemps et qu’elles devront supporter les mauvais traitements pendant une plus longue durée. Leur sort a-t-il vraiment été amélioré ? Ce n’est pas si sûr ! Et le seul vrai bénéficiaire, c’est l’éleveur qui améliore ses rentrées d’argent ! ce qui n’est guère moral...

Autre exemple pris, cette fois-ci, dans l’étude géobiologique d’un logement. Encore un classique ! Un géobiologue intervient sur une habitation où une personne est malade et que la médecine n’arrive pas à guérir. Celui-ci découvre des phénomènes négatifs dans la chambre de cette personne et qui affectent notamment le lit où elle dort. Il fait le nécessaire pour neutraliser les nuisances. Par suite, la personne retrouve assez rapidement la santé. Vous allez me dire, non sans bon sens, que l’intervention du géobiologue est un succès total ! D’un certain point de vue, c’est incontestable ! Voyons maintenant ce qui se passe, quelque temps plus tard, dans cet appartement. La personne qui était malade, une femme d’une trentaine d’années, mariée, commence à tromper son mari et à avoir une vie de plus en plus dissolue, ce qui finit par aboutir à des tensions, beaucoup de peine et, enfin, à un divorce. Vous me direz, à juste titre, que c’est là une anecdote courante ! Oui, c’est vrai, mais ce qu’il faut voir, en arrière-plan, c’est que madame, lorsqu’elle était malade, était, en quelque sorte, protégée de ses tendances à la débauche par sa mauvaise santé, ce qui lui permettait d’expérimenter une vie de couple uni...

Est-ce à dire que les actions d’aide, dans quel que domaine que ce soit, sont à éviter ? Sûrement pas ! Mais elles ne doivent pas contrevenir à l’harmonie universelle ; elles doivent respecter le karma individuel et le karma collectif. En d’autres termes, elles ne doivent pas nuire, même au-delà des apparences. C’est pourquoi un radiesthésiste ou un géobiologue, avant d’engager une intervention, doit se poser une question essentielle : « Où se situe, sur le plan universel,  l’action que je m’apprête  à entreprendre, sur une échelle allant de -50 à +50 ? »  ; Si le résultat est  > 0, alors l’opération peut être entreprise puisqu’elle respectera les lois cosmiques. Mais, dans le cas contraire, elle doit être purement et simplement abandonnée.

correction géobiologique

Quelles précautions prendre, dans sa chambre, pour bien dormir ?

Même si, dans votre chambre, il n’y a pas de nocivités telluriques particulières (faille, cours d’eau souterrain, nœud tellurique, CCT-, etc.) nécessitant l’intervention d’un géobiologue, il se peut, néanmoins,  que vous y dormiez mal, tout simplement parce que vous êtes affecté par d’autres problèmes auxquels vous n’avez jamais prêté attention. Voici quelques unes des précautions qu’il est utile de prendre en compte, cette liste n’étant d’ailleurs pas exhaustive :

-pas de prise électrique dans un rayon de 50 cm du lit ;

-pas de lampe de chevet, ni de réveil-radio, ni d’autre appareil électrique dans un rayon de 1 m du lit ;

-pas de lit métallique, ni de sommier métallique ;

-pas de lit équipé de dispositifs électriques ;

-pas de couverture chauffante ;

-pas de lampe métallique dans la chambre , ni de lampe halogène;

-pas de chaîne hi-fi, ni de télé ;

-pas de lampe au plafond  située dans la pièce de l’étage inférieur, à l’aplomb du lit ;

-pas de téléphone sans fil dans la chambre et, surtout, au voisinage du lit ;

-se soucier de l’orientation de son lit (voir, à ce sujet, mon article « Comment orienter son lit ? ») ;

-Eviter d’avoir la tête du lit trop proche du mur (il est souhaitable de s’en écarter de 20 à 30cm), notamment si celui-ci est recouvert d’un lambris ;

-ne pas avoir le lit à proximité d’une cheminée ;

-ne pas avoir sa chambre au-dessus d’un garage, d’un atelier, d’une chaufferie,...;

-ne pas avoir sa chambre en-dessous d’un grenier dans lequel des objets métalliques volumineux sont entreposés ;

-utiliser des draps et couvertures en matières naturelles (coton, lin, laine,...) ;

- ne pas avoir de miroir en face du lit ;

-éviter d’avoir des objets métalliques à proximité du lit, notamment s’écarter d’au moins 1 m du radiateur ;

-ne pas avoir de tableaux métalliques aux murs et éviter certains objets décoratifs susceptibles d’émettre des ondes de forme négatives (masques africains, armes, tableaux abstraits, par exemple) ;

-si vous êtes asthmatique ou nerveux, installer un ioniseur et le faire fonctionner chaque nuit.

Double décagone avec feuille de hêtre et mèche de cheveux
Double décagone avec feuille de hêtre et mèche de cheveux

Comment bénéficier de l’énergie d’un arbre sans sortir de chez soi

 

Chacun sait que, si l’on est fatigué, se mettre le dos contre le tronc d’un arbre vigoureux, durant quelques minutes, permet d’être revigoré par l’énergie que dispense l’arbre. Autrefois, les bûcherons y avaient souvent recours. Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est qu’il est possible de recevoir cette même aide de la part du végétal sans sortir de chez soi.

Comment procéder ? Au demeurant, c’est fort simple et à la portée de tout un chacun !

D’abord, il faut, de préférence, déterminer le (ou les) arbre(s) avec le quel (lesquels) on est en résonance. Pour ce faire, poser la question en vous munissant de votre pendule radiesthésique, en balayant mentalement les principales espèces d’arbres que vous connaissez (chêne, hêtre, sapin, charme, etc.). ceci étant fait, prenez une feuille de cet arbre en lui demandant l’autorisation. Vous allez mettre cette feuille au centre d’un décagone ou d’un double décagone et vous allez poser dessus quelque chose qui vous identifie de façon formelle (on appelle cela, en langage radionique un témoin) : par exemple une photo, de la salive déposée sur un coton, un ongle, des cheveux, voire, à défaut, un petit morceau de papier sur lequel vous aurez écrit vos nom, prénoms, date et lieu de naissance. Pour savoir combien de temps vous devez laisser ce dispositif en place, reprenez votre pendule  et positionnez-le au-dessus : lorsqu’il se mettra à girer, vous saurez que le transfert d’énergie du végétal à vous-même est terminé et vous vous sentirez requinqué. Il faut savoir qu’une feuille cueillie au printemps est plus énergétique qu’une feuille cueillie à l’automne.

On peut même, pour cette expérience, se passer de prendre une feuille. On peut la remplacer par une photo de l’arbre (je rappelle qu’il faut choisir un arbre puissant et sain).

Ce que je viens d’écrire relève du même principe que celui qui est mis en œuvre pour informer de l’eau (voir mon article à ce sujet).

Un test très simple pour confirmer la réalité d’un point géopathogène

 

Ce test est très connu de tous les radiesthésistes et géobiologistes. Cet article s’adresse donc aux débutants et aux sceptiques.

Il s’agit de valider, par un test kinésiologique simple, la présence, dans une maison, d’un nœud géopathogène identifié et localisé par un géobiologiste. S’il y a un point de perturbation tellurique, son niveau vibratoire est nettement plus faible que dans le reste de la maison et, en particulier, dans la zone voisine du nœud. C’est cette différence qui est perceptible par un test musculaire. Pour faire celui-ci, il faut être 2 : celui qui se prête au test (personne A) et celui qui l’exécute (personne B).

-1ère étape : Les 2 personnes se mettent, debout, hors de la zone repérée comme négative. B se place derrière A ; ce dernier lève son bras droit à l’horizontale. B lui demande de résister (normalement) à la pression qu’il va exercer sur son poignet droit. Le bras de A va résister à la pression (le tonus musculaire n’est pas affecté).

-2ème étape : A va maintenant se positionner sur le nœud géopathogène et B va, à nouveau, exercer sur son poignet droit, le bras droit de A étant à l’horizontale, une pression similaire à la précédente. Le bras va s’abaisser (presque s’effondrer) immédiatement, sans pouvoir résister à la pression.

Cette méthode est très démonstrative et interpelle, en général, ceux qui doutent de la fiabilité de la radiesthésie et de la géobiologie. Toutefois, il faut reconnaître que quelques personnes se montrent insensibles à ce test et que leur bras résiste à la pression quelle que soit la zone intéressée.

Ce test  peut être utilisé pour confirmer d’autres nocivités, y compris des nocivités virtuelles : par exemple, celle d’un téléphone portable, ou encore d’une nourriture malsaine ; sur le plan virtuel, on peut aussi vérifier l’impact d’une suggestion très négative. En fait, il peut être fait appel à ce test kinésiologique pour toutes les expériences qui sont menées avec un pendule ou des baguettes ; ainsi peut-il en être, par exemple, de la  confirmation de la présence d’un Esprit de la Nature détectée au pendule.

mains
Comment orienter son lit

Comment orienter son lit ?

 

L’endroit où l’on dort mérite une attention particulière puisqu’on y séjourne un tiers de notre temps. Ce qui importe, d’abord, c’est de s’assurer, en le faisant vérifier par un géobiologiste, que votre lit n’est pas au-dessus d’un croisement tellurique actif (passage d’une bande du réseau diagonal sur un croisement du réseau Hartmann), d’un point étoile (superposition d’un nœud H avec un nœud C) ou d’une discontinuité du sous-sol (faille, cours d’eau souterrains, etc.). Mais il y a aussi intérêt, pour une qualité de sommeil optimale, à orienter correctement la position de son lit.

Il est fréquent d’entendre dire qu’il faut dormir la tête au Nord magnétique ! Une telle assertion est démentie lorsque l’on fait une recherche par radiesthésie. Cette dernière conduit, le plus souvent, à orienter la tête du lit à l’Est. Essayons de comprendre pourquoi. En fait, se positionner dans l’axe du champ magnétique terrestre, c’est se faire traverser par les lignes d’induction de ce champ, ce qui ne paraît pas, à priori, le plus souhaitable. Il me semble préférable de se soustraire à une telle influence et donc de se placer dans l’axe Est/Ouest. La Tradition a toujours préconisé de se reposer la tête au Levant, ce que confirme la recherche sensible.

Personnellement, je considère qu’à chaque individu ou chaque couple correspond une meilleure position pour dormir, même si celle-ci est, en général, plus ou moins, dans la direction de l’Est. Pour trouver celle-ci, il suffit, avec la convention mentale appropriée, d’en faire la recherche au pendule ou avec des baguettes parallèles. Dans certains cas, on s’aperçoit alors que, pour certaines personnes, l’orientation la plus favorable est au Sud, au Nord, à l’Ouest, ou à des positions intermédiaires...En somme, il n’y a pas de règle générale.

Quelques informations et réflexions...

-La géobiologie permet de mettre en évidence et de mesurer l’impact énergétique de certains actes ou certains gestes qui peuvent, pour certains, paraître anodins. Par exemple, quand vous rentrez dans une église et que vous trempez votre main dans l’eau bénite du bénitier puis que vous faites le signe de croix, instantanément votre « taux vibratoire » augmente, de façon notable. Pour s’en convaincre, il suffit de mesurer la dilation de votre corps énergétique (biochamp) ou encore de mesurer votre « taux vibratoire » à l’aide d’un pendule et d’un cadran de mesure Biovis. Cela démontre l’importance des rituels faits en conscience qui permettent ainsi à l’homme de se rapprocher du Divin.

-Autrefois, les jardins des abbayes et des presbytères étaient entourés de buis. Pourquoi ? Parce que, tout simplement, cette plante est un antiviral puissant et que les moines, pour cette raison, la consommaient régulièrement en infusion. En outre, sur le plan géobiologique,  le buis émet une énergie positive importante, ce qui permet d’équilibrer les lieux là où il est planté. D’ailleurs, en géobiologie, on emploie les plantations de buis comme moyen correcteur dans les terrains perturbés. Certains Esprits de la Nature y sont très sensibles et viennent s’installer dans les buissons de buis, apportant ainsi une vibration bienfaisante supplémentaire.

-L’eau provenant d’une source sacrée est duplicable, c’est-à-dire qu’il suffit d’en ajouter une petite quantité à une « eau normale » pour que celle-ci ait les mêmes propriétés vibratoires que l’eau sacrée. Et cette eau, lorsqu’on la conserve, des mois voire des années durant,  à l’abri de la lumière et dans un endroit tranquille et frais, ne s’altère pas. On peut la consommer sans problème à tout moment, tout en bénéficiant de ses qualités gustatives, sanitaires et vibratoires initiales. Ceci est également valable pour l’ »eau diamant » de Joël DUCATILLON et, dans une plus grande mesure encore, pour de l’eau sacralisée par un archange.

-un dessin ou un objet actif, ayant normalement un fort rayonnement positif, comme un mandala, par exemple, peut devenir puissamment négatif par un effet d’inversion provoqué par l’utilisation d’une colle chimique ou (et) d’un cadre métallique ou par le voisinage d’une pollution électromagnétique. L’inversion peut, d’ailleurs, se produire dans l’autre sens : Un objet rayonnant, par lui-même, négativement pouvant devenir bénéfique, temporairement, par exemple s’il a été aspergé d’eau bénite ou placé à proximité d’une bougie allumée.

Ce phénomène d’inversion touche aussi d’autres domaines : une église romane sacrée où les nazis ont fait  brûler des femmes et des enfants est devenue un lieu très perturbé et négatif où il ne fait pas bon séjourner.

De même, certains aliments (graines germées, oméga 3, etc.),  réputés pour leurs vertus bienfaisantes sur le corps humain et la santé,  peuvent s’avérer particulièrement nocifs pour des individus pollués par une nourriture malsaine ou (et) un environnement destructeur. Pour que ces personnes puissent bénéficier de l’effet réparateur de ces aliments, il leur faut, afin d’éviter le contrecoup d’inversion, d’abord se désintoxiquer.

-de nos jours, on connaît l’envoûtement comme une opération magique pratiquée à partir d’une figurine ou comme une emprise forte sur quelqu’un. Sait-on que l’envoûtement est, à l’origine,   selon l’expression utilisée par Jacques BONVIN, « l’art de mettre sous les voûtes » ? Ainsi dans les églises romanes, cet art a été employé,  dans l’architecture,  par la voûte de plein cintre qui provoque un éclatement  des énergies qui montent du bas vers le haut, incitant l’homme à se tenir debout, puis qui redescendent le long des murs, créant un circuit énergétique.

La voûte, sur croisée d’ogives, de l’église gothique,  répartit la poussée sur celle-ci, permettant la réalisation de murs moins épais tout en augmentant la hauteur et la longueur de l’édifice. Bien que différent du Roman, le Gothique est également «  l’art de mettre sous les voûtes », en offrant un chemin de passage de la droite à la courbe ; d’ailleurs, son étymologie, qui vient de gœthie, signifie littéralement envoûtement.

-Les vêtements sacerdotaux traditionnels du prêtre sont de forts émetteurs énergétiques ainsi que des habits protecteurs. L’étole, par exemple, par son chrisme central posé sur la nuque, court-circuite le chakra situé sur le point atlas, pour permettre à l’énergie captée par les chrismes latéraux de ne pas passer par le mental. Par ailleurs, elle permet de réguler l’énergie colossale que le prêtre reçoit devant l’autel, notamment au moment de la célébration de l’eucharistie. De même, la chasuble protège le prêtre et diffuse les énergies reçues. Aujourd’hui, le prêtre s’est affranchi de certains vêtements cérémoniels et, depuis Vatican II, l’autel a été changé de place et le prêtre officie face aux fidèles au lieu de leur tourner le dos. Par suite, la messe a perdu beaucoup de son pouvoir sacré et ce n’est pas sans raison que les églises sont de plus en plus désertées.

Pendule, baguettes ou biochamp ?

 

Voilà une question d’école ! Selon le formateur en géobiologie à qui l’on a affaire, la réponse –dans tous les cas, tranchée-n’est pas la même ! Les radiesthésistes ne jurent que par le pendule et les baguettes alors que d’autres considèrent que se passer d’instruments  et utiliser son biochamp est la méthode la plus sûre !

Personnellement, je fais appel aux deux techniques et ne les opposent pas. Ce qui importe, c’est d’obtenir des résultats.

Les baguettes (rad-masters) sont, pour le débutant, la solution la plus facile ; çà marche tout de suite et çà permet d’être opérationnel dans un temps record ; il faut y associer le pendule qui est un complément indispensable, notamment pour les mesures (en faisant appel à la règle de Bovis et à des cadrans). Avec ce matériel, on peut tout faire, et rapidement. Il faut des conventions mentales précises et rigoureuses et agir dans la neutralité ; sous ces conditions, le succès est assuré. Pour les mesures, il faut avoir conscience qu’elles n’ont qu’une valeur relative, mais ce n’est qu’un défaut apparent.

Le recours au biochamp est plus difficile. D’abord, pour ressentir son corps énergétique, il ne faut pas être squatté par une entité ou porter sur soi un Esprit de la Nature ; ensuite, il faut faire attention à ce que votre main gauche (celle avec laquelle vous allez sentir votre biochamp) ne soit pas devant un chakra. Enfin, il faut un certain entraînement pour percevoir une couche du corps énergétique. Tout ceci est assez subtil et nécessite de l’attention. Ceci étant, il n’y a pas à traîner avec soi un matériel et c’est bien commode. On peut penser aussi que le contact direct est plus fiable que celui qui utilise un intermédiaire amplificateur.

En ce qui concerne les protocoles employés par chaque méthode, ils sont assez semblables et lorsque l’on vérifie les résultats obtenus par l’une au moyen de l’autre, on obtient une confirmation systématique.

En fin de compte, je crois qu’il faut pratiquer la géobiologie avec la technique avec laquelle on se sent à l’aise et qui donne des résultats.

papillons

Il y a vouivre et vouivre...

 

Il est toujours gênant d’avoir un mot qui désigne deux phénomènes différents, dans le même domaine. C’est le cas, en géobiologie, avec la vouivre. Et cela peut entraîner des confusions et, même, des contresens.

-La vouivre, courant tellurique : c’est une très forte énergie qui circule dans le sol, qui  serpente, se ramifie, ondule en surface, de haut en bas. Le principal courant passe en Alsace, en empruntant  tous les hauts-lieux sacrés (monastères, cathédrales, églises,...). Elle est souvent représentée par un dragon ou un serpent. Elle a un sens et est accompagnée, 2 ou 3 mètres au-dessus, d’un courant cosmique. Elle a une action sur les chakras qui est différente selon que l’on est un homme ou une femme.

Elle choisit, souvent, comme porte de sortie, des grottes, des volcans ou des montagnes.

L’être humain n’a aucun pouvoir sur elle, sauf en faisant appel aux Esprits de la Nature.

-La vouivre, esprit de l’eau : c’est un Esprit de la Nature féminin associé à l’élément eau, dont la forme évoque celle d’un grand serpent, qui a une longueur comprise entre 4 et 8 mètres et un diamètre de l’ordre de 30 cm. Son énergie moyenne, comparée à la nôtre est, d’environ, 450%. Elle aime les hommes et, dès qu’on l’appelle, vient sans se faire prier. En outre, elle adore adombrer l’être humain et c’est une fabuleuse expérience que de s’y prêter. Cela m’est arrivé récemment, au cours d’un stage consacré aux Esprits de la Nature. En voici, ci-après,  la narration succincte.

Un cercle ouvert ayant été formé par les stagiaires se tenant par les mains, une vouivre, appelée par le formateur, a pénétré en nous, l’un après l’autre, par le 1er chakra, est ressortie par notre tête et a  investi successivement chaque participant. Curieuse sensation dans le corps que le déplacement de cette énergie serpentiforme !  Pour ma part, j’étais au point de départ du cercle et j’ai donc été le premier chez qui elle a pénétré ;  ma respiration s’est fortement accélérée quand elle a commencé à entrer en moi,  sans que je ne puisse rien y faire,  et ma main droite, qui tenait celle de mon voisin, s’est mise à chauffer très fortement et de façon inexplicable. Beaucoup ont ressenti cet échauffement singulier non seulement dans les mains mais aussi dans la tête. La vouivre a mis plus d’une demi-heure pour se déplacer en chacun d’entre nous. Chose curieuse, nous pouvions ressentir la personne chez qui elle était en train de s’introduire. Elle nous a prodigué des soins et, la nuit suivante, j’en ai ressenti les bienfaits : il y a plus d’un an et demi que je dors très mal et qu’une partie de la nuit, en raison d’un problème de santé chronique ; or, cette fois là, j’ai très bien dormi,  comme cela ne m’était pas arrivé depuis fort longtemps, ce qui ne peut, évidemment pas être une coïncidence.

Il y a vouivre et vouivre... (Suite)

Mon amie Florence, qui a participé au stage sur les Esprits de la Nature au cours duquel nous avons accueilli une vouivre dans notre corps, souhaite apporter son témoignage personnel sur cette expérience. Voici ce qu’elle en dit :

« Pour ma part, elle est allée directement au cœur ; maintenant je sais pourquoi :
1) je viens d'apprendre que j'y ai un petit souci et aussi au niveau des poumons,  donc c'était un soin et c'est pour cela que j'ai eu si mal!
2) elle m'a ouvert le chakra du cœur et, depuis cette expérience,  je ressens fortement l'amour pour moi et pour les autres. Je ne connaissais pas ce sentiment et maintenant je sais ce que « amour » veut dire et je n'ai plus la même vision des "choses" et des gens. Un grand merci pour cette expérience! »

L’eau informée

L’eau est le milieu idéal  pour mémoriser des informations et des énergies et pour les transmettre aux êtres vivants. Cette capacité est connue depuis très longtemps, au moins depuis l’époque mégalithique, puisqu’on la retrouve utilisée pour le choix de l’emplacement des menhirs, des dolmens, des cromlechs puis, plus tard, pour l’implantation des chapelles, églises, abbayes et cathédrales romanes.

On sait aussi, aujourd’hui, comment nous recevons, au cours de notre sommeil, des informations de notre Guide spirituel (ou notre « Double », si vous préférez) et comment elles sont conservées. Ces informations sont en effet stockées sur notre « Disque dur »personnel, lequel est l’eau dont notre corps est constitué à plus de 70%.

On appelle « eau informée », une eau dans laquelle on a volontairement enregistré une ou des informations particulières, dans un but déterminé. Un exemple connu est celui de l’ »eau diamant » qu’a fabriqué et diffusé Joël DUCATILLON.

En fait, n’importe qui peut produire de l’eau informée. Voici une méthode faisant appel à la radiesthésie :

Supposons que je souhaite soigner, de manière biologique,  une plante d’appartement, mais que je n’aie pas le remède approprié ; imaginons que le soin qui serait adéquat pour ce végétal soit une infusion de tanaisie, mais que je n’aie pas cette plante sous la main, et que je ne trouve pas l’infusion dans une jardinerie. Comment faire ? Eh bien, la solution est de donner la vibration de la tanaisie à de l’eau ordinaire et d’arroser, régulièrement,  la plante à soigner avec cette eau informée.

Pour informer l’eau, je vais procéder de la manière suivante :

Il me faut un « témoin » de la tanaisie ; pour cela, je vais rechercher dans un livre, une encyclopédie ou sur internet, une photo ou une image de la tanaisie. Ensuite, je vais remplir une bouteille en verre de l’eau du robinet et la poser, sans la fermer,  au milieu de la photo (ou de l’image) de la tanaisie. Je prends alors mon pendule, en giration au-dessus de la bouteille, et le laisse ainsi jusqu’à ce qu’il s’arrête (soit plusieurs minutes), c’est-à-dire le temps nécessaire pour que l’information « tanaisie » soit enregistrée dans l’eau ; bien sûr, il faut s’aider d’une convention mentale précise et simple du genre « je demande à ce que l’eau ait toutes les caractéristiques vibratoires de la tanaisie figurant sur la photo, le pendule girera jusqu’à ce que cette requête soit satisfaite. ». Lorsque le pendule s’arrête, l’information « tanaisie » a été transférée intégralement à l’eau. Pour fixer durablement cette information, il reste à poser la bouteille au milieu d’une feuille de format A4 sur laquelle aura été dessiné ou photocopié un décagone et de laisser, comme auparavant, et avec la convention appropriée, girer le pendule jusqu’à son arrêt, ce qui requiert encore quelques minutes. La bouteille est alors fermée hermétiquement et entreposée dans un endroit frais et à l’abri de la lumière.

Cette eau peut être utilisée comme s’il s’agissait de la tanaisie ; elle aura les mêmes effets.

Cette expérience peut être faite avec n’importe quel minéral ou végétal, selon vos besoins.

l'eau informée
Papillons

 

Plaidoyer pour une médecine de l’habitat

On aurait pu penser qu’avec la percée de la géobiologie et sa vulgarisation naîtrait une véritable médecine de l’habitat, d’autant que la médecine officielle reconnaît, de plus en plus, que les nocivités du lieu de travail et celles du lieu de vie sont à l’origine de problèmes de santé souvent graves et pour lesquelles elle se montre relativement inefficace.  On aurait pu aussi s’attendre à un durcissement de la réglementation relativement à la délivrance des autorisations de mise sur le marché d’un certain  nombre  de produits et d’appareils, pour s’assurer de leur innocuité. Eh bien, pas du tout ! Le principe de précaution est ignoré pour ne pas dire bafoué ! Le téléphone mobile est roi, alors que son impact sur la santé est avéré ! Le recours à la  wi-fi, aux effets si dangereux, est encouragé et cette technologie se développe de façon exponentielle ! Les maisons et les immeubles sont construits sans se préoccuper du tellurisme local, des matériaux employés, sans s’orienter en fonction des réseaux géomagnétiques, sans s’occuper de la proximité de transformateurs EDF, des lignes électriques MT et HT, de relais de la téléphonie mobile, de radars, etc. ! En fait, l’ignorance est reine (mais est-ce vraiment de l’ignorance ? ou bien les intérêts financiers des multinationales ne provoquent-ils pas la censure de toute information objective de nature à leur nuire ?) ! Je laisse à chacun le soin de se faire une opinion...

Combien de souffrances pourraient être évitées !

Non seulement, « on » occulte certaines nuisances de la « Fée du modernisme »  mais encore »on » prend des décisions aberrantes...au nom de l’écologie ; un des derniers exemples en date est celui des   ampoules à économie d’énergie, rendues obligatoires et qui sont bien plus polluantes que les ampoules qu’elles remplacent ! Et que dire du scandale du recyclage de matériaux issus du démantèlement d’usines nucléaires qui se retrouvent dans le béton proposé aux entreprises et aux particuliers, et qui a fait l’objet d’un décret en catimini le 5 mai 2009 ? Les exemples de ce type sont légions ! Que font les médias, en dehors de nous abreuver d’informations tronquées ou secondaires ? Quelle manipulation de l’opinion !

Revenons-en à l’habitat (et au lieu de travail). Pour moi, des mesures importantes devraient être prises au niveau des règles d’urbanisme pour que toute nouvelle construction satisfasse à des préalables :

-expertise du terrain par un géobiologue pour vérifier que le tellurisme du lieu est compatible avec une construction ;

-mise sur plan, par cet expert, des nuisances telluriques et autres (réseaux électriques, transformateurs EDF, relais de la téléphonie mobile, etc.).

-préconisations du géobiologue à l’architecte pour une orientation de la construction et pour le positionnement des murs en fonction des réseaux géomagnétiques.

-définitions des mesures compensatoires, par le géobiologue, pour neutraliser les nuisances relevées ou à venir (par exemple, imposer des circuits électriques blindés, plusieurs prises de terre,...).

Voilà pour les mesures préventives.

Reste à traiter tout l’existant ! Tout un programme ! C’est là que la médecine de l’habitat, c’est-à-dire la géobiologie, peut beaucoup faire.

A mon sens, chaque maison devrait faire l’objet d’une expertise géobiologique car il y a forcément, en son sein,  des ondes nocives qui altèrent la santé de ses habitants, ne serait-ce que ce que nous réunissons sous le vocable « électrosmog » et qui concerne les nuisances électriques, magnétiques et électromagnétiques. De la même manière que l’on fait, en médecine,  un bilan santé, on devrait faire un bilan géobiologique de sa maison.

A plus forte raison, si vous souffrez de maux rebelles  que la médecine n’arrive pas à soigner efficacement, vous devriez avoir le réflexe de soupçonner des problèmes liés à votre habitat (ou votre lieu de travail) et faire appel à un géobiologue. Il faut savoir que beaucoup de maladies peuvent être dues au lieu où l’on dort et où l’on séjourne et que, faute de correction du milieu, cela peut, dans certains cas, conduire irrémédiablement à la mort. Je vous cite, ci-après, les principaux domaines médicaux concernés, mais la liste n’est pas exhaustive :

-cancérologie

-asthme

-bronchite chronique

-gastro-entérologie

-endocrinologie

-gynécologie et obstétrique

-neuropsychiatrie

-ophtalmologie

-rhumatologie

-maladies du sang

-dermatologie

-arthroses

-fatigue anormale

-vieillissement précoce

Selon l'éminent Docteur HARTMANN, 60% des maladies et 80% des cancers trouveraient leur origine dans une exposition à un phénomène tellurique. Une telle évaluation donne à réfléchir !

J’espère, par ces quelques lignes, vous avoir fait prendre conscience que la médecine de l’habitat devrait être une nécessité et qu’elle peut vous soulager de maux devenus chroniques ou incurables.

L’un des problèmes de la géobiologie, pour sa reconnaissance officielle, est qu’elle fait appel, en partie (et en partie seulement), à la radiesthésie, discipline n’entrant pas dans le domaine de la Science. Même le soutien appuyé de savants comme le professeur Yves ROCCARD n’a pas suffi à convaincre la plupart des scientifiques, arcboutés sur leurs convictions et leurs préjugés, et cela est particulièrement vrai en France. Pourtant quelques médecins font appel à des géobiologues lorsqu’ils voient que leur traitement est sans effet et que la maladie peut avoir une origine dans l’habitat ; malheureusement, dans certains cas, il est déjà trop tard.

Je formule l’espoir que la géobiologie soit enfin considérée et qu’elle finisse par être enseignée à l’Université et fasse partie du cursus des médecins.

hauts-lieux sacrés
Eglise romane de Condéon (Charente)

N’est-il pas curieux que les hauts-lieux sacrés soient construits au-dessus de cours d’eau souterrains ?

 

En lisant mon article intitulé « Pourquoi les zones situées à l’aplomb d’un cours d’eau sont-elles particulièrement néfastes à la vie ? », l’un de mes correspondants s’est étonné de l’affirmation contenue dans la question,  qui semble très contradictoire par rapport au choix qui a été fait par les constructeurs celtes et romans d’édifier les hauts-lieux sacrés justement sur ces endroits telluriquement perturbés. C’est une observation pertinente, en tout cas à première vue…

Effectivement, construire au-dessus de  rivières souterraines est, à priori, un mauvais choix puisque l’on sait que ces endroits là sont vibratoirement négatifs et géopathogènes. Cependant, le constructeur d’autrefois se déterminait en prenant en compte un ensemble de facteurs et critères complémentaires, et non pas un seul, et, en outre,  il possédait l’art de transformer le tout en énergie bienfaisante. Il serait fastidieux d’expliciter tout son travail car il faudrait, au préalable, rappeler tout un savoir sur lequel il était basé. Je vais toutefois essayer d’éclairer le sujet par quelques réflexions qui vous permettront, je l’espère, d’appréhender le type d’approche qui était effectué.

Pour répondre à la question basique « Pourquoi élire le sanctuaire sur des nappes d’eau souterraines ? », je dirai simplement que l’eau lui apporte l’information tellurique dont il a besoin et qu’elle contient (l’eau est un formidable support mémoriel, un extraordinaire « disque dur »), de telle sorte que puisse être réalisée la symbiose entre le Ciel et la Terre. Mais, pour que cette information arrive en surface, il faut aussi que soit créé un point de remontée ; c’est pourquoi,  sur l’emplacement du courant d’eau principal, à l’aplomb ou voisinage de l’autel, il y a un croisement de lignes positives de réseau tellurique, au moins de niveau 3, qui est une sorte de point de déflagration qui met le sanctuaire en résonance avec le cosmos. A ce dispositif s’ajoutent : le passage d’un courant tellurique (à ne pas confondre avec un réseau tellurique), c’est la fameuse vouivre de la Tradition (dont l’apport énergétique est considérable),  souvent, -et c’est encore un élément fortement géopathogène-,  une faille (ou, à défaut, une crypte), qui permet au courant tellurique de sortir de terre et d’apporter sa merveilleuse vibration, un vortex qui rayonne une énergie positive puissante et concentrique (harmoniques) et une cheminée cosmotellurique positive (je renvoie le lecteur à mon article intitulé « Le tellurisme d’un lieu sacré : chapelle de L’Hor », où il pourra trouver, en caractères bleus,  la définition de certains des phénomènes évoqués ici). S’il n’y avait que les rivières souterraines, le lieu serait inévitablement néfaste et inapproprié pour une église (ou un autre sanctuaire), mais tout ce système de phénomènes telluriques associés judicieusement confère à l’endroit un caractère magique et sacré formidablement propice à l’installation d’un temple.

Presque toujours,  les églises romanes sont bâties sur une zone d’au moins 3 cours d’eau souterrains (1 central et 2 perpendiculaires), la partageant en 3 zones   vibratoirement, physiquement et symboliquement distinctes. Les menhirs sont situés au croisement de 2 rivières souterraines et les dolmens sont parcourus par une veine d’eau longitudinale.

Il arrive qu’en l’absence de cours d’eau, l’homme ait construit,  sous ces sanctuaires, en lieu et place,  des canaux artificiels ou posés un lit de galets de rivière (ceux-ci ayant enregistré la mémoire de l’eau et pouvant donc, comme un courant d’eau, la restituer).

Par ailleurs, les sanctuaires sont orientés en fonction de l’orientation des cours d’eau souterrains et des réseaux telluriques pour pouvoir équilibrer parfaitement les énergies (ce qui explique pourquoi l’axe de certaines églises est courbe).

L’architecture n’est pas en reste. Le constructeur roman a, systématiquement,  eu recours à l’architecture sacrée et au symbolisme pour mettre en harmonie le visible avec l’invisible ; il a, par exemple, utilisé l’envoûtement (c’est-à-dire l’art de mettre l’homme sous l’influence des voûtes) en faisant ainsi passer le pèlerin de la droite à la courbe, passage propice à la transformation spirituelle.

Bien d’autres éléments pourraient être évoqués pour faire comprendre que les constructeurs des sanctuaires celtes et des églises romanes n’ont rien laissé au hasard, tant sur le plan du visible que celui du subtil. Tout est merveilleusement orchestré. Malheureusement , beaucoup d’édifices anciens ont perdu tout ou partie de leur caractère sacré en raison de l’ignorance qui s’est progressivement installée et qui fait que, par exemple, beaucoup d’autels ont été déplacés de leur position d’origine (en particulier depuis Vatican II) et que des aménagements ou reconstructions ultérieurs ont été réalisés sans tenir compte de la science antique des bâtisseurs.

 

Comment, dans une maison ou un appartement, se protéger des failles ?

 

Les failles, en sous-sol, qu’elles soient sèches ou humides (les plus nombreuses),  font partie des phénomènes telluriques les plus dangereux lorsqu’elles se trouvent sous une maison ou un immeuble. Elles sont dues  aux mouvements de l’écorce terrestre qui provoquent des cassures et des effondrements ; elles ne sont pas souvent visibles en surface.

Les failles entraînent la rupture des strates et mettent ainsi, l’une en face de l’autre, des couches de terrain qui ne sont pas de même nature, avec des polarités différentes. Il en résulte un effet de pile et une décharge électrique permanente, engendrant une ionisation positive importante qui remonte à la verticale, au-dessus du sol. Cette nocivité est virulente et concentrée sur une bande de l’ordre de 50 cm. Ses effets sur la santé sont principalement les suivants :

-arthrose des genoux, des épaules, du rachis,

-lésions cartilagineuses du bassin (coxarthrose),

-rhumatismes,

-atrophie de la moelle épinière,

-cancer.

Il est donc primordial de se protéger d’une telle radiation, en particulier si la faille se situe à l’aplomb du lit où vous dormez. Une des solutions les plus simples, et à la portée de tout un chacun, est de mettre en place un écran plombé. Pour cela, se munir soit d’un carton très épais, soit d’un panneau d’aggloméré de bois de faible épaisseur, de la  largeur et de la longueur de votre lit (ou un peu inférieures pour ne pas être visible). Sur ce support, coller, sur les 2 faces et d’un seul tenant, un papier d’apprêt au plomb employé en tapisserie pour les murs humides, en faisant quatre fois le tour, pour bénéficier d’une protection suffisante. Placer cet écran sous le lit,  au-dessus de la faille. Les ions positifs (nocifs) sont alors absorbés et détruits par le plomb et la nuisance de la faille est ainsi annihilée.

Voila une solution simple, peu coûteuse et efficace.

lieux sacrés

Le tellurisme d’un lieu sacré : chapelle de L’Hor (Moselle)

L’un des domaines les plus intéressants de la géobiologie est celui de l’étude du tellurisme des lieux sacrés, en particulier des sites celtes (notamment les mégalithes) et des édifices religieux romans. Il ne fait aucun doute que les civilisations antiques et jusqu’au Moyen-âge avaient une connaissance très précise des phénomènes telluriques et savaient utiliser ceux-ci, en particulier pour l’édification des lieux de culte afin que ceux-ci bénéficient des conditions énergétiques les plus propices à la prière, à la méditation et à l’initiation. Non seulement les lieux sacrés étaient positionnés en fonction des particularités du tellurisme existant mais encore certains réseaux telluriques étaient manipulés de telle sorte que le visible et l’invisible soient harmonisés et que certaines zones soient protégées. A bien des égards, ce savoir est stupéfiant et, aujourd’hui encore, il n’a pas  été totalement retrouvé. Et peu de géobiologues, sauf quelques passionnés, s’y intéressent.

Pour introduire ce sujet, j’ai choisi d’investiguer sur le site d’une chapelle-celle de Notre Dame de L’Hor, présentée par ailleurs dans une autre rubrique de ce site-, située à proximité de chez moi et édifiée sur un ancien sanctuaire celte. En outre, sa construction initiale remonte au 9ème siècle, soit à une époque où l’art des bâtisseurs était transmis oralement et systématiquement appliqué aux édifices religieux (étant toutefois précisé que cette chapelle a été détruite et reconstruite à plusieurs reprises, la dernière remontant à 1732, soit à une date où l’art des bâtisseurs avait été abandonné). Comme vous allez le voir, j’y ai trouvé des choses très intéressantes bien que ma recherche sur le terrain ait été courte (moins d’une heure) et donc très incomplète.

La difficulté de compréhension pour le profane est la non connaissance des phénomènes telluriques et cosmiques. Je vais donc devoir commencer par quelques définitions de ceux-ci, en m’évertuant à être concis et en me limitant aux seuls phénomènes évoqués dans la suite de cet article.

-Le réseau Hartmann ou réseau nickel : il s’agit d’un réseau géomagnétique maillé sur l’ensemble du globe (sauf, peut-être, les pôles), constitué de murs énergétiques, d’une épaisseur théorique) de 21 cm, orientés nord/sud et est/ouest, espacés (lorsqu'ils ne sont pas déformés ou altérés) de 2 m, dans le sens nord/sud et de 2,50m, dans le sens est/ouest ; comme tous les réseaux, il a une fréquence qui lui est propre et qui est celle du nickel. Avec le réseau Curry ou réseau fer, il est le réseau le plus actif. Quand on parle d’une ligne, il s’agit, en fait, d’un mur énergétique. Ces lignes peuvent avoir plusieurs niveaux (de 1 à 7 pour le réseau Hartmann). Pour un niveau 2, par exemple, cela signifie que toutes les 7 (base fractale) lignes simples, il y a une double ligne, soit un mur 2 fois plus épais. Par conséquent, plus le niveau de la ligne est élevé, plus le mur énergétique est épais et puissant.

Les lignes sont alternativement positives et négatives : c’est un réseau polarisé. Lorsqu’ elles se croisent, elles constituent des nœuds. Ceux-ci sont positifs, si les 2 lignes sont positives, négatifs si les 2 lignes sont négatives, neutres dans les autres cas. Quand ces nœuds sont négatifs, on dit qu’ils sont géopathogènes (donc nuisibles au vivant).

-les cheminées cosmo-telluriques (CCT) : il s’agit de phénomènes énergétiques, en forme de colonne( en fait, plutôt, en forme de fleur), avec une corolle à leur sommet, implantés dans le sol à l’aide d’un bulbe et d’une racine (éthériques, bien sûr ! ), sur une profondeur comprise entre 70 et 200 m, et s’élevant au-dessus du sol à une hauteur de plus de 100 m. Leur cœur a un diamètre de 60 cm et le diamètre de leur corps est de 4 m.En général, elles ont des bras(de 1 à 12)mais certaines n’en n’ont pas. Elles sont alternativement cosmique (lévogyre) puis tellurique (dextrogyre), Elles "respirent" (ce qui se ressent très bien lorsque l’on se place sur elles). L’un des bras est toujours orienté au nord. Elles stationnent toujours sur des nœuds du réseau Hartmann et elles sont positives ou négatives en fonction de la polarité de ceux-ci. Les bras sont toujours nocifs. On peut  appeler les CCT et les déplacer. On les trouve dans les hauts-lieux et dans certaines églises et en de nombreux endroits.

-les vortex : comme les CCT, ils sont des tourbillons éthériques, toujours positifs, et ayant le tellurisme le plus puissantle plus puissant que l’on connaisse, qui vont par paires et qui sont reliés par un bras de liaison ; ils sont spiralés, chaque spire étant épaisse de 60 cm, et, entre chaque spirale, le bras de liaison atteint de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres. Le nombre de spires est de 3, 7 ou 12voire plus. Leur diamètre est de 24 mètres. Comme les CCT, ils ont une corolle et une racine. Ils descendent dans le sol à 55 m et s’élèvent à plus de 80 m au-dessus du sol. Leurs lieux de prédilection sont les lieux de culte (actuels et anciens).

-le taux vibratoire d’un lieu, d’un être, d’un végétal, d’un minéral ou d’un objet : il définit la qualité biotique selon une échelle de mesure, qui est l’échelle Bovis, bien connue des radiesthésistes. Ce taux se mesure à l’aide d’un pendule.

Après ce long encart, venons-en au relevé que j’ai effectué sur le site de la chapelle « Notre Dame de L’Hor ». A la suite de cet article, vous pouvez consulter le croquis qui illustre les constatations telluriques (j'ai enlevé ce croquis car il était difficilement lisible). En approchant de l'entrée est positionné un carré magique qui permet d'activer la chapelle. 

La fontaine (miraculeuse) est positionnée sur une ligne nord/sud    positive du réseau Hartmann de niveau 2 ; elle est parcourue par un vortex et une cheminée cosmotellurique sans bras.    

2 petites cheminées cosmotelluriques sont centrées respectivement sur l’autel extérieur et la croix (voir schéma).

Au niveau rayonnement énergétique, voici les quelques mesures auxquelles j’ai procédé :

-taux vibratoire (TV) de l’eau de la fontaine : 70 000UB (le TV d’une bonne eau est à 10 000UB) ; cela traduit bien le caractère miraculeux de cette eau qui bénéficie des apports énergétiques d’1 CCT et d’1 vortex ainsi que du nœud très positif du réseau Hartmann ; la résonnance couleur de cette eau est le jaune orangé magnétique ; la consommer est donc particulièrement indiqué pour l’intellect et la mémoire.

-taux vibratoire (TV) sur l’autel extérieur : 30 000UB

-TV moyen, à l’intérieur de la chapelle : 40 000UB

-TV sur l’autel situé dans le chœur de la chapelle : 75 000UB ; là-encore, on remarque le gros apport énergétique d’1 CCT et d’1 vortex (le centre de l’autel est situé sur l'autre extrémité   du vortex installé sur la fontaine)

-TV sur chacun des autels latéraux : 35 000UB

Chacun de ces taux est élevé voire très élevé et montre bien que nous sommes en présence d’un haut-lieu, même s’il n’est pas répertorié comme tel.

Par ailleurs, j’ai relevé un rectangle délimitant, à 25-30 mètres de la chapelle une barrière magique manifestement mise en place par les Celtes pour protéger les abords de leur sanctuaire. Cette barrière est constituée par une ligne négative du réseau Hartmann,  démultipliée par 7 et donc manipulée par l’homme.

Ces quelques constatations m’amènent aux observations suivantes :

-la chapelle se trouve placée comme le sanctuaire celte car :

·         -Elle est orientée selon les lignes positives du réseau Peyré de niveau 3, ce qui est courant sur tous les lieux sacrés celtes,

·         -J’ai identifié l’emplacement du sanctuaire (en détectant les murs de fondation),

·         -Elle s’inscrit, de manière équilibrée, dans l’enceinte de la barrière magique.

-la fontaine est antérieure à la construction initiale de la chapelle et sa fonction miraculeuse date des Celtes.

-Le plus intéressant du site n’est pas la chapelle mais le sanctuaire celte, même s’il n’existe plus. Un travail d’investigation permettrait de le reconstituer, au moins en plan, ainsi que tout le dispositif tellurique utilisé.

-les quelques données que je viens de livrer sont succinctes mais permettent, néanmoins,  de se rendre compte de l’intérêt du site qui, à ma connaissance, n’a jamais fait l’objet d’une étude géobiologique.

J’ai conscience que ce que j’ai soumis à votre lecture peut, à certains égards, paraître rébarbatif  et laisser dubitatif (lorsque j’évoque des entités éthériques bien étranges comme les CCT et les vortex, mais pourtant bien réelles).

Il me serait agréable de recevoir, par mail, vos commentaires et vos éventuels questionnements sur la teneur de cet article.

Informations complémentaires sur la chapelle de LHOR :

Cette chapelle abrite des entités positives :

-présence, sur l'autel, d'une entité de niveau 2 qui vibre en ultra-violet,

-présence, sur l'autel de droite du transept, d'une entité de niveau 1 qui vibre en orange.

Par ailleurs, j'ai noté la présence d'une entité de très haut niveau (niveau 5), au-dessus de la fontaine extérieure, dont la vibration est d'un blanc très pur.

Il n’est pas aussi anodin que çà de brancher une lampe de chevet !

 

Peu de gens savent qu’une lampe de chevet, une lampe de bureau ou une lampe posée sur une commode, si elle est branchée dans le mauvais sens, va rayonner un champ électrique permanent  qui affectera les personnes (mais aussi les plantes ou les animaux) placées à proximité.

Normalement, lorsque la lampe est éteinte, le courant est interrompu et, en même temps le champ électrique rayonnant produit, et donc la nuisance pour les êtres vivants. Seulement, l’interrupteur placé sur les fils, entre la lampe et la prise électrique, est unipolaire, c’est-à-dire qu’il ne « coupe » qu’un seul fil. Or, si c’est le neutre (le -) qui est « coupé », la phase (le +) n’est pas interrompue et, par conséquent, le câble reste  sous tension jusqu’à la lampe et, bien que celle-ci soit éteinte, le champ électrique rayonne ses méfaits comme si la lampe était allumée. Il suffit de débrancher et de rebrancher en inversant les plots dans la prise pour faire cesser la nuisance.

Ce qui est embêtant, c’est que, lorsque l’on branche la lampe, on ignore quel est le fil « coupé » et on ne sait donc pas si la tension électrique est maintenue ou non jusqu’à la lampe. Alors, comment faire ? En fait, il y a plusieurs solutions à ce problème, de la plus simple et économique à la plus sophistiquée  mais onéreuse :

-il suffit de débrancher la lampe lorsque l’on ne s’en sert pas !

-remplacer l’interrupteur par un interrupteur bipolaire

-mettre une multiprise avec interrupteur juste avant la prise et utiliser cet interrupteur pour éteindre la lampe

-vérifier le sens du branchement avec un détecteur de champ électrique

-remplacer le câble d’alimentation de la lampe par un câble blindé (ce qui suppose que la prise de branchement soit reliée à la terre).

Ce type de problème n’est pas spécifique aux lampes. Il  concerne tous les appareils équipés d’un interrupteur unipolaire (par exemple, les réveils radios). La pollution électrique produite est très loin d’être négligeable, surtout lorsqu’elle est produite à côté d’un lit (cas des lampes de chevet et des réveils radios). Si, de surcroît, le lit ( ou la lampe) est métallique, la nuisance sera amplifiée.

Sachez que, sur le plan de la santé, ces branchements sont la cause de rhumatismes, d’insomnies, de malaises, de problèmes dentaires, de difficultés à cicatriser des plaies, de tumeurs,  d’algodystrophie, etc. C’est donc une question à prendre très au sérieux et que se pose tout bon géobiologue lorsqu’il procède à des investigations dans une habitation.

triskel

Pourquoi  les zones situées à l’aplomb d’un cours d’eau souterrain sont-elles particulièrement néfastes à la vie ?

Quand un géobiologue fait l’expertise d’une maison ou d’un appartement, l’une des premières choses dont il se soucie est de vérifier qu’elle ou qu’il ne soit pas implanté(e) sur une zone parcourue par un ou plusieurs cours d’eau souterrains car il sait que ceux-ci génèrent de sérieuses nuisances pour ses habitants : difficulté d’endormissement , insomnies, sommeil agité, fatigue systématique au réveil, fatigue chronique, nécessité d’uriner souvent la nuit, stress, angines et bronchites chroniques, rhumatismes, eczémas, asthme, énurésie infantile, cancers, etc.  Quand  il s’agit d’une étable,   les animaux qui y séjournent subissent également des agressions de la part de ces circulations d’eau dans le sous-sol qui se traduisent, par exemple, par de l’agressivité, un amaigrissement, des maladies, une perte de rendement du lait (pour les vaches laitières), des diarrhées, etc.

Pourquoi ces zones sont-elles géopathogènes ?

Le déplacement de l’eau engendre du frottement sur les matériaux rencontrés (sable, graviers, roches) si bien que les molécules d’eau s’ionisent positivement (électricité statique), et cette ionisation remonte verticalement à la surface du sol, sous forme d’un champ électrostatique nuisible qui se propage. Il en résulte :

-une modification du magnétisme terrestre que le radiesthésiste-géobiologue détecte au moyen de baguettes ou du pendule ;

-une majoration de l’électricité positive  (ions +) de l’air  qui, entre autres, attire la foudre ;

-un accroissement de la puissance du champ d’ondes ultra-courtes et un ralentissement du rayonnement infrarouge.

Cette négativité est forte lorsque deux cours d’eau se croisent (zone porteuse de l’onde très dangereuse du « vert électrique négatif ») et elle est considérablement renforcée si, de surcroît, l’un des cours d’eau suit une faille.

Elle dépend aussi de l’orientation de chaque cours d’eau (l’orientation ouest/est est, de loin, la plus redoutable) et de la qualité de l’eau en circulation.

Dans les sous-sols, cette ionisation provoque des taches d’humidité, souvent en forme de cloche, avec une polarité des murs inversées.

Je vous rappelle mon annonce, en début de cette rubrique, si vous souhaitez savoir ce qu’il en est pour l’endroit où vous habitez.

Savez-vous que l’on peut utiliser des coquilles Saint-Jacques pour améliorer le taux vibratoire d’une pièce ?

 

On a beaucoup dit et écrit sur la coquille Saint-Jacques, emblème des pèlerins de Compostelle et sculptée sur les façades de cathédrales, d’églises et de chapelles. Je ne parlerai donc pas de ce qui la caractérise, que ce soit en géométrie sacrée ou que ce soit en symbolique, il existe toute une littérature là-dessus, et mon propos est ailleurs.

Je vous propose simplement d’utiliser des coquilles Saint-Jacques (vides, bien sûr, mais possédant encore leur petite attache noire qui sert à relier les 2 valves) comme appareil émetteur de vibrations positives (ondes de forme),  pour améliorer l’ambiance vibratoire d’une pièce.

Il vous faut 4 coquilles, en bon état. Vous allez les placer, par terre,  dans une pièce, par exemple sous un meuble, ou dans un endroit où elles seront discrètes (le mieux est de chercher le meilleur emplacement au pendule). Toutes ces coquilles seront orientées,  point d’attache vers le nord, soit partie concave au sud. 3 coquilles seront placées en triangle, face concave vers le sol, la 4ème sera posée au-dessus, face concave vers le ciel. Voilà le dispositif, il est simple et rapidement mis en place et ne nécessite qu’une boussole (en plus des coquilles) ! Et, s’il vous manquait une coquille pour le mettre en œuvre, sachez que vous pouvez la remplacer (celle posée sur les autres) soit par une photo, soit par un dessin de coquille Saint-Jacques et que, pour autant, le résultat n’en serait pas affecté.

Des expériences que j’ai effectuées, il ressort que les vibrations d’une pièce peut être portée, par exemple, de 10 000UB à 16 000UB une fois cet « appareil » posé. C’est dire que le bénéfice  de ce dispositif gratuit est appréciable.