Les Esprits de la Nature

esprits de la nature, élémentaux, fées, gnomes

""Il est des lieux où souffle l'Esprit.

Il est des lieux qui tirent l'âme de sa léthargie,

des lieux enveloppés baignés de mystère."

Maurice BARRES

… » La géographie de la Terre est beaucoup moins connue que le dit la science, il y a des régions où l’on peut aller et revenir, mais qui ne sont pas représentables sur une carte »…
René Guénon .

Voici un lien conduisant à un article très intéressant sur la guerre qui serait faite sournoisement aux Sylphes par la DARTA : http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/10/03/25239576.html.

Je ne saurais dire si ce qui est avancé dans ce document est exact mais c'est tout-à-fait possible...et l'opinion publique est loin de soupçonner de pareils agissements...

Merci à Dane de m'avoir transmis ce lien.

 "Vous trouverez plus de choses dans les forêts que dans les livres ;

les arbres, les pierres vous apprendrons ce que les Maîtres

ne sauraient enseigner.

Pensez-vous que

vous ne puissiez sucer le miel de la pierre,

l'huile du rocher le plus dur ?"

Saint-Bernard

gnome, élémentaux, esprits de la nature
Gnome

"Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté

Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté

Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées

Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées."

 

Stéphane MALLARME

Exercice facilitant la connexion avec le Deva d’un lieu



Chaque lieu de la planète est sous la protection d’un Deva. Il est possible de se connecter avec celui-ci. Je vous propose un exercice qui facilite le ressenti de ce Deva :
-Se mettre à genoux, le dos parfaitement droit, comme pour une prière.
-Se détendre parfaitement, par exemple en utilisant la respiration rythmée.
-Se mettre en état de méditation et écouter la vibration de la Terre en soi.
-Solliciter la venue du Deva et se mettre à son écoute.
Vous l’aurez compris, il s’agit de s’intérioriser et de ressentir. Cet exercice très simple a des effets très puissants et ouvre à une communication intime avec la Nature.

Les Esprits de la Nature
Dessin réalisé par Dane Poulet, en connection avec des Esprits de la Nature et qu'il a intitulé "Célébration"

Vérification de la présence d’un Esprit de la Nature avec un pendule hébraïque

 

Chez moi séjournent, en permanence, trois Esprits de la Nature : une fée qui est installée, à demeure, sur le fauteuil de mon bureau, et deux nains qui ont élu domicile dans la partie sud/est de ma cave, à l’emplacement du stockage des vins. Ces Intelligences de la Nature, qui habitaient en forêt, sont venues chez moi après m’avoir accompagné lors de randonnées et elles y sont restées. Je perçois, en général, leur présence mais, lorsqu’il m’arrive de ne pas leur prêter attention, elles ne manquent pas de se manifester télépathiquement.

Pour le profane, cela peut ressembler à un délire car, visuellement parlant, on ne voit rien. Ce n’est que mon témoignage !

J’ai donc eu l’idée d’utiliser un pendule hébraïque pour détecter ces présences. Voici ce qui figure sur ce pendule :

Pendule hébraïque
Détecteur de vies

 

Quand quelqu’un met ce pendule à l’endroit où j’indique qu’il y a un Esprit de la Nature, celui-ci se met à girer dans le sens d’harmonie car il détecte la présence d’une vie. Cela permet de vérifier que cette présence est bien effective.

Esprits de la Nature
Photo d'un Deva du Feu (cliché pris par Dane Poulet et publié avec son autorisation (http://mystereetsacre.canalblog.com/)

Une nouvelle façon d'aborder les Crop Circles

 

par Daniel HARRAN,  docteur ès sciences


Environ 200 agroglyphes sont observés tous les ans, dans un grand nombre de pays, dont la France. Ce phénomène est étudié depuis une trentaine d'années, y compris par quelques scientifiques, et pourtant il nous est toujours aussi mystérieux. Les preuves d'intelligence sont évidentes dans ces magnifiques dessins, mais leur origine nous est inconnue. D'où l'hypothèse qui vient
naturellement à l'esprit de les attribuer à des êtres venus de l'espace. C'est en effet aujourd'hui l'hypothèse dominante, qui consiste à associer les crop circles aux ovnis, d'autant plus que certaines observations rapportent des phénomènes optiques inexpliqués dans le ciel au moment de la réalisation de
certains agroglyphes.

Mais aucune avancée n'a été faite au-delà de l'énoncé de cette hypothèse. Aucune compréhension ni sur les techniques mises en œuvre – dont l'homme est bien incapable si l'on regarde de près – ni sur l'identité des auteurs.

Et si l'homme faisait fausse route dans cette recherche ?

Les conditions dans lesquelles apparaissent ces dessins montrent qu'ils sont créés par des êtres intelligents qui nous sont invisibles. Ce sont donc des êtres spirituels, des esprits. Or l'homme moderne n'a pas connaissance que d'autres êtres intelligents existent sur Terre que lui-même, d'où l'hypothèse extraterrestre.

Mais c'est là qu'apparaît la faille dans ce raisonnement. Car le développement spectaculaire des sciences et techniques depuis quelques siècles, qui a révolutionné notre mode de vie, a entrainé la perte de connaissances anciennes pour l'homme, la connaissance du monde des esprits en particulier. Les anges,
comme les gnomes, les lutins, les ondines etc. sont pour l'homme d'aujourd'hui des fruits de l'imagination, mais pour les anciens c'était des êtres réels, ils pouvaient les percevoir et ils les respectaient. D'ailleurs, même aujourd'hui les clairvoyants, et parfois les jeunes enfants peuvent les voir.

Et si l'être humain a évolué, s'il a développé de nos jours une vision
complètement  matérialiste du monde et que en conséquence il ne croit que ce qu'il voit, les êtres du monde invisible n'en sont pas moins présents autour de nous et le monde spirituel n'en existe pas moins.

Un certain nombre d'agroglyphes révèlent des connaissances étonnantes, par exemple en mathématiques, ou sur l'être humain, ou sur le système solaire. Mais en même temps l'observation attentive de leurs caractéristiques montre que :

-les dessins n'étaient toujours que de simples cercles jusqu'à il y a 25 ans, alors qu'ils sont maintenant de plus en plus élaborés chaque année, d'où l'idée d'un apprentissage nécessaire,

- cette évolution de la complexité des motifs est très différente selon les pays,

- des imperfections existent dans certains dessins,

- leurs auteurs ne maîtrisent apparemment pas l'écriture,

- etc.

Ces observations ne sont pas compatibles avec l'hypothèse que leurs auteurs seraient des êtres très évolués, elles contredisent donc l'hypothèse extraterrestre. Elles montrent que ces auteurs ont des moyens d'expression limités, et elles sont en accord avec le fait qu'ils seraient des " êtres élémentaires ". Car un bon nombre d'auteurs qui les perçoivent et ont écrit des livres à leur sujet, décrivent ces esprits de la nature comme des êtres très
intelligents et très indépendants. Mais les hommes d'aujourd'hui ignorent ce monde de l'invisible. C'est la raison pour laquelle ces êtres se rappellent à nous de façon insistante.

Dans les agroglyphes, c'est la Nature qui s'adresse à nous, par l'intermédiaire des esprits de la nature qui en sont les forces vives. Ils sont une invitation à éveiller notre conscience, en nous rappelant que notre monde ne se limite pas à notre environnement matériel.

Cette interprétation est développée dans le site internet

http://www.agroglyphes.fr

et approfondie dans le livre " Crop circles : le défi à la science " écrit par
Daniel Harran.

Daniel Harran, maître de conférences en physique, explique comment cette interprétation est selon lui la seule qui soit en mesure de rendre compte de toutes les observations, et qui permette de comprendre pourquoi les plus anciens et les plus beaux des crop circles sont réalisés tous les ans en Angleterre, dans la région de Stonehenge. C'est par une étude rationnelle du phénomène qu'il a pu apporter des réponses à ce phénomène considéré comme irrationnel, après s'être réapproprié tout d'abord des connaissances anciennes et oubliées.


http://www.agroglyphes.fr

 

Cet article provient du site : http://fantastiquephoenix.free.fr

Les « émanants »

Bonne Fontaine
"Le chien"

Voici une photo qui a été prise au-dessus de la fontaine miraculeuse de Bonne Fontaine, à Danne-et-Quatre Vents, en Moselle. Avant de prendre le cliché, j'ai vérifié qu'il y avait la présence d'un Esprit de l'Eau et j'ai sollicité de celui-ci le privilège d'avoir sur la photo un "émanant", c'est-à-dire, une silhouette ou un symbole parfaitement compréhensible...On voit clairement, en bas et à droite, le dessin d'un chien.

Esprit de l'eau
Figure photographiée dans l'eau

Cette photo a été prise, le 10 février 2011,au-dessus d'un bassin dans lequel coule l'eau d'une fontaine dite miraculeuse. D'une certaine façon, ce cliché rejoint ceux présentés plus loin dans le diaporama relatif à la "Créativité des Esprits de l'Eau". D'un autre côté, il est très différent puisqu'il fait apparaître une silhouette entièrement blanche se détachant spectaculairement sur le fond de l'eau. Je précise que l'eau dans le bassin avait une très faible épaisseur (quelques centimètres).

Avant de prendre la photo, je me suis assuré qu'un Esprit de l'Eau était bien présent et je lui ai demandé, juste avant de prendre la photo, s'il voudrait bien m'y faire un signe.

Troublant, n'est-ce-pas ?

Orbes fibro-radiés (photo Dane POULET)
Orbes fibro-radiés (photo Dane POULET)

 Voici une photo extraordinaire prise par un ami, Dane POULET (http://cerclelumineux.canalblog.com/), à l'occasion d'une fête de village, sur laquelle on voit une multitude d'orbes très particuliers puiqu'ils sont en forme d'étoiles en relief, dites "fibro-radiées". Il semble que ce soit la 1ère fois, au monde, qu'un tel cliché ait été pris. Selon les déclarations d'un chercheur scientifique, il s'agit d'un phénomène qui n'a, jusqu'alors, pu être observé que dans un accélérateur de particules... et dont il déclare que " ce sont des vecteurs de rééquilibration par rapport à des lignes de potentiel dont la source est inconnue ici".

Du test auquel j'ai procédé, il ressort que, présentement, il ne s'agit pas d'Intelligences de la Nature comme les orbes auxquels nous avons affaire habituellement. Mystère, mystére !

Agrandissement d'orbes étoiles
Agrandissement d'orbes étoiles

Comment attirer les Esprits de la Nature et collaborer avec eux

 

Beaucoup de gens manifestent leur souhait de ressentir, de « voir » et de communiquer avec les Esprits de la Nature. Certes, il n’y a pas une méthode éprouvée qui permette d’y aboutir. Cependant, notre comportement, notre attitude vis-à-vis de la Nature et, d’une façon plus large, notre manière d’appréhender l’ensemble du monde vivant, sont de nature à nous rapprocher ou, au contraire, à nous éloigner des Intelligences qui ont en charge la Nature. C’est pourquoi, je vais dresser une petite liste, non exhaustive, bien sûr, de ce qui peut favoriser la venue, l’approche et le contact avec les Elémentaux.

-La 1ère des choses, c’est d’aimer la Nature et de s’y promener souvent, particulièrement en forêt, le long des ruisseaux d’eau claire et pure, en bordure des lacs, des torrents et des bords de mer, dans les montagnes, dans les prés, etc. En faisant cela, ressentir les parfums de la Nature, écouter et apprécier tous les sons mélodieux et enchanteurs de toute la vie qui l’anime (le chant des oiseaux, le bruissement d’un animal qui s’éloigne, le murmure d’un ruisseau,...), regarder, avec émerveillement, la beauté des arbres et des plantes, admirer le prodigieux agencement des végétaux et des rochers, s’immerger dans l’ambiance de paix et d’harmonie des lieux naturels jusqu’à se sentir faire partie intégrante d’eux-mêmes, jusqu’à se sentir vibrer à leur unisson,...

-S’intéresser, par des actes concrets, à la vie de la Nature : cultiver un jardin, planter des arbres, apporter du soin et de l’attention aux végétaux, nourrir les oiseaux l’hiver,...

-Croire en l’existence des Esprits de la Nature car ainsi ils se sentiront acceptés et seront plus à même de se manifester à vous. Et le fait de reconnaître leur présence participe à l’élévation de leur propre énergie et aussi...de la vôtre.

-Etre naturel , « brut  de décoffrage », joyeux et enthousiaste , avec une « âme d’enfant » ; votre sensibilité et votre perception subtiles s’en trouveront affûtées et les Esprits de la Nature seront attirés par vous.

-Parler aux Elémentaires, même si on ne les « entend  » pas ; eux vous entendront.

-Aider les Esprits de la Nature dans leurs tâches : lorsque vous voyez un végétal malade, envoyez-lui de l’énergie par votre désir de le soulager, visualisez une coque de pure lumière pour le soigner, aimez-le ; appelez un Esprit (une fée, un Deva,...) pour unir vos efforts dans le soin.

-Sensibiliser les autres à la Nature, dans toutes ses composantes, y compris les plus intimes et les plus magiques.

-Prendre régulièrement le temps de converser avec un ou plusieurs Esprits de la Nature ; pour cela, installez-vous dans un coin tranquille de nature, relaxez-vous, fermez les yeux et demandez si un Esprit de la Nature veut bien venir parler avec vous ; attendez de sentir sa présence, remerciez-le d’avoir répondu à votre requête et engagez le dialogue ; après chaque question, laissez venir en vous la réponse et mettez votre mental de côté. Une relation commencera à s’établir et s’approfondira d’autant plus que vous renouvèlerez le rendez-vous. Manifestez votre désir de collaborer.

Ces quelques conseils, qui vous paraîtrons sans doute évidents, sont pourtant essentiels pour qui veut vraiment s’intéresser aux Intelligences de la Nature. C’est pourquoi il ne faut pas les sous-estimer. Ce n’est pas la curiosité qui doit vous guider mais bien un appel intérieur profond.

La créativité des Esprits de l'Eau

Ces clichés ont été pris au-dessus d'un ruisseau, dans les Vosges, au mois de janvier. Ils montrent des visages, des créatures et des symboles qui ont été formés par des Esprits de l'eau. Avant de prendre les photos, je me suis assuré de leur présence et leur ai demandé de bien vouloir exprimer leur créativité.

Ces photos ont été faites normalement, sans utilisation de la macro, ni du flash.

Les Islandais croient, en majorité, en l’existence des Intelligences invisibles de la Nature ce qui, en Europe, les distingue singulièrement des autres peuples et, ce qui est encore plus remarquable, c’est qu’ils prennent en compte, de manière tangible, la présence de ces Etres dans la construction de leurs infrastructures (routes, voies ferrées, etc.) et de leurs habitations.

Ainsi, par exemple, les routes sont tracées en contournant des endroits habités par des Esprits de la Nature : une colline où un elfe a élu domicile entraîne un changement de tracé afin de la préserver ; un rocher qui « abrite » une fée amène à détourner une route, jusqu’à la rendre localement sinueuse et étroite, pour éviter de le détruire ou de l’endommager. Même sur des voies importantes et stratégiques, de telles dispositions sont adoptées.

De même, en Islande, on ne construit pas sa maison dans des  lieux connus pour être des zones où séjournent des Esprits de la Nature, même sur une parcelle située en agglomération et même s’il s’agit d’un terrain qui jouxte plusieurs bâtiments. Une autorisation de construire, régulièrement délivrée par les autorités administratives,  peut même être retirée si une information survient indiquant que des Intelligences de la Nature sont établies sur la parcelle prévue.

Ceci pourra faire sourire certains...

D’autres qui reconnaissent l’existence de ces Etres pourront s’étonner de telles précautions car les Esprits de la Nature peuvent, sans problème, quitter un lieu pour en habiter un autre. De plus, ils ne disposent pas, comme nous,  du libre- arbitre et n’agissent pas dans leur intérêt personnel. Leur rôle est totalement voué à la préservation, au développement et à l’épanouissement de la Nature. Dans ce cadre, ils ont mission de veiller à ce que l’ordre naturel  ne soit pas bouleversé et d’assurer un équilibre favorable à la Vie. Ce sont eux qui ont travaillé à une harmonisation de l’espace : la présence et l’emplacement de rochers, de bosquets, de forêts, de déclivités, de collines, de plateaux,...ne sont pas le fruit du hasard ; il n’est pas du tout anodin de modifier un lieu ! L’homme intervient souvent de manière anarchique, égoïste, sans se soucier des vies minérales, végétales et invisibles, sans comprendre qu’il détruit un équilibre qui a demandé des millénaires pour être atteint...

Comment se fait-il que les Esprits de la Nature se manifestent aux Islandais et pas ailleurs ? Personnellement, je pense qu’ils  préviennent les hommes où qu’ils soient. Le problème est de les entendre pour prendre en compte leurs avertissements. Sans doute, les Islandais sont-ils plus ouverts à leur présence en raison, non seulement de leurs traditions, mais aussi à cause des conditions climatiques et locales particulièrement difficiles qu’ils ont à surmonter et qui nécessitent qu’ils soient très vigilants par rapport à la nature (rudesse du climat, changements brutaux des manifestations naturelles, volcans en activité, geysers, tremblements de terre, etc.).

Islande

Les principaux Esprits de la Nature

Avant-propos : L’énumération et les indications qui suivent ont été empruntées, pour une partie, à Jean-Pierre MARTINEZ (http://www.esprit-de-la-nature.fr/) ; je me suis contenté de  compléter sa liste et de modifier certains renseignements (assez peu d’ailleurs puisque la plupart de mes investigations ont confirmé ses données), en fonction de ma propre expérience et de mes mesures personnelles.

Les descriptifs indiqués ci-après, notamment les dimensions, ne sont pas à prendre de manière absolue ; d’une part, les EN se présentent à nous selon l’imagerie que nous en avons (résultant essentiellement de la tradition, des contes et des légendes) et, d’autre part, leur taille est assez variable. Par exemple, pour les lutins, je vous précise qu’ils sont hauts de 20 à 40 cm mais, en réalité, il en existe qui sont bien plus petits. Tous ces renseignements sont donc relatifs et ne sont pas à prendre au pied de la lettre. L’objectif est de donner une idée et de disposer d’un état comparatif entre les différents Esprits de la Nature.

Par ailleurs, il convient de mentionner le fait que la liste suivante est très loin d’être exhaustive ; il ne s’agit que des principaux EN. Il en existe un très grand nombre d’autres dont certains, d’ailleurs, nous sont inconnus.

Enfin, selon les pays et selon les régions, un même Esprit de la Nature ne porte pas forcément le même nom.

-Les Esprits de l’eau :

  • La vouivre : serpentiforme, longue de 4 à 8 mètres, ayant un diamètre de 30 à 40 cm, fait augmenter le biochamp de300 à 450%. Apprécie la compagnie des hommes qu’elle aime adombrer.
  • L’ondin et l’ondine : mesure de 40 à 50 cm, a un diamètre de 20 à 30 cm, fait augmenter le biochamp de 350 à 500%. Vient facilement lorsqu’on l’y invite.
  • Le triton : a un corps rond, d’un diamètre de 30 à 60 cm, fait augmenter le biochamp de 250 à 400%.
  • La sirelle : elle ressemble à une petite nymphe aux bras palmés, fait augmenter le biochamp de 1 000%.
  • La nymphe : comme la sirène, elle a un corps de femme et une queue de poisson, longue de 1,50 m, fait augmenter le biochamp de 1 200 à 1 500%.
  • La sirène : un peu plus grande que l’homme, fait augmenter le biochamp de 1 500 à 2 000%. Se trouve en bord de mer.
  • La fée de l’eau : a une taille variable, est multi-émanation, fait augmenter le biochamp de 2 000 à 7 000%.
  • Le Déva de l’eau : idem fée de l’eau.

-Les Esprits de l’air :

  • Le ryel : a l’apparence d’un oiseau, haut de 1 m et large de 60 cm, fait augmenter le biochamp de 400%.
  • Le sylphe : haut  de 3,50 m à 4,00 m,  large de 1,20 à 2,00 m, fait augmenter le biochamp de 1 500%.

La sylphide : haute der 2,50 m, large de 0,80 à 1,00 m, fait augmenter le biochamp de 1 000%.

Ils aiment s’installer sur les points hauts, sur les nuages et sur les oiseaux. Apprécient le contact avec les hommes.

  • L’elfe : sensiblement de la taille de l’homme, fait augmenter le biochamp de 500 à 1 500%. Apprécie particulièrement les buis et les sapins. Aime accompagner les artistes et les créateurs.
  • La vestale : haute de 3 m, fait augmenter le biochamp de 1 000 à 1 200%.
  • La licorne : a l’apparence et la taille d’un poulain, fait augmenter le biochamp de 2 500 à 3 000%.
  • La fée de l’air : d’une taille variable, fait varier le biochamp de 2 000 à 10 000%.
  • Le Déva de l’air : idem fée de l’air.

-Les Esprits de la Terre :

  • Le torn : haut de 10 cm, fait augmenter le biochamp de 200%, vit dans les pierres.
  • Le lutin : haut de 20 à 40 cm et large de 20 cm, fait augmenter le biochamp de 250%, aime fréquenter les jardins.
  • Le gnome : haut de 50 à 90 cm et large de 50 cm, fait augmenter le biochamp de 300 à 350%, se plait dans les cavités du sol (taupinières).
  • Le farfadet : haut de 60 cm, fait augmenter le biochamp de 400%.
  • Le nain : haut de 1,00 à 1,50 m, fait augmenter le biochamp de 400 à 500%.
  • Le rhome : haut de 25 à 50 cm, fait augmenter le biochamp de 250 à 400%.
  • Le troll : haut de 3 m, fait augmenter le biochamp de 600%,  peu bavard.
  • Le faune : haut de 3 m, de forme humaine mais ayant des sabots, 2 cornes et une queue, fait augmenter le biochamp de 1 200%,  vit dans las arbres, c’est son esprit masculin.
  • La petite fée de la terre : haute de 1,20m, fait augmenter le biochamp de 400%.
  • La fée de la terre : d’une taille variable, fait augmenter le biochamp de 2 000 à 10 000%.
  • Le Déva de la terre ; idem fée de la terre.

-Les Esprits du feu :

  • La salamandre : d’une taille de 20 à 60 cm et d’un diamètre de 20 cm, fait augmenter le biochamp de 300 à 1 000%.
  •  Le feu-follet : a l’apparence d’une flamme, fait augmenter le biochamp de 1 200%.
  • La fée du feu : d’une taille variable, fait augmenter le biochamp de 30 000 à 40 000%.
  • Le Déva du feu : idem fée du feu.

-Autres esprits que l’on rencontre dans la Nature :

  • Le dragon : notre compagnon d'enfance (jusqu'à 14 mois), fait augmenter le biochamp de 500 à 5 000%, a une grande queue, aime les courants telluriques.  
  • Le géant : d’une taille de 20 à 30 m, fait augmenter le biochamp de 15 000%.
  • L'orbe : boule sphérique de lumière, d'un diamètre de 25 à 60 cm de diamètre, fait augmenter le biochamp de 400 à 2500% ; l'orbe est polarisé : certains orbes peuvent être photographiés.
grotte
Photo sur laquelle apparaissent des orbes

Comment sentir,  communiquer et converser avec les Esprits de la Nature ?

Tous ceux qui s’intéressent aux Esprits de la Nature souhaitent pouvoir les percevoir et communiquer avec eux. Comment faire ?

En fait, nous disposons de plusieurs moyens pour cela, tous en rapport avec nos perceptions extrasensorielles. Passons-les en revue :

-Le clair ressenti : il s’agit de percevoir, au moyen des mains, les corps d’énergie. Contrairement à une idée reçue, chacun possède cette faculté, au moins à l’état latent. A défaut d’être né avec cette perception développée, il est possible, par un entraînement quotidien, de l’éduquer et de la renforcer jusqu’à pouvoir s’en servir facilement. Il est alors possible de « palper » un Esprit de la Nature et de pouvoir déterminer, sa taille et sa forme et de sentir son champ énergétique et la qualité et le rayonnement de celui-ci.

-le biochamp (voir le lien suivant pour la définition et la compréhension de celui-ci : http://www.esprit-de-la-nature.fr/geobiologie/biochamp-outil-base-t29.html) : il permet également de localiser et d’identifier un Esprit de la Nature en conversant avec lui, au moyen de réponses fermées. Le biochamp se dilate pour tout ce qui est positif (y compris la réponse « oui » à une question) et se contracte pour tout ce qui est négatif (y compris la réponse « non » à une question). Si, par exemple, vous voulez savoir si un Esprit de la Nature est présent dans votre environnement immédiat, formulez une question du type suivant : « Est-ce qu’un Esprit de la Nature est présent sur cette parcelle de terrain ? Si oui, je lui demande de bien vouloir venir à cet emplacement. » (Vous désignez alors un endroit précis avec la main). Avant de poser votre question, vous avez pris la précaution de localiser, avec la main gauche, la couche de votre biochamp proche de votre corps physique et vous gardez cette main sur cette couche. Vous vous mettez à l’emplacement que vous avez indiqué et observez le déplacement de votre biochamp ; s’il se dilate, cela veut dire que la réponse à votre question est positive et qu’il y a donc bien un Esprit de la Nature dans l’espace que vous explorez. Pour poursuivre la conversation avec lui, posez-lui une nouvelle question en lui proposant de se déplacer pour répondre. Cette technique peut paraître un peu compliquée de prime abord mais, en réalité, avec un peu d’habitude, elle se révèle assez facile et rapide.

-La clairvoyance : tout le monde sait de quoi il retourne et je ne m’étendrai donc pas sur cette faculté. Elle suppose l’ouverture du 3ème œil (6ème chakra), ce qui est loin d’être le cas pour la majorité d’entre nous. Sachons toutefois qu’il est possible de développer cette faculté, par exemple, par la pratique régulière du yoga et de la méditation.

-La télépathie : là-encore, il s’agit de quelque chose de connu et qui ne nécessite donc pas d’être expliqué. Je voudrais toutefois attirer l’attention sur le fait que nous disposons tous de cette capacité mais que, pour la plupart d’entre nous, nous n’y prenons pas garde et supposons, à priori, que nous ne la possédons pas. C’est une erreur ! En réalité, lorsque nous faisons taire notre mental et que nous sommes attentifs aux messages qui s’impriment spontanément en nous, nous nous rendons compte que nous recevons des réponses de la part des êtres invisibles à qui nous posons des questions. Et nous sommes alors surpris de la pertinence et de la précision des messages reçus.

-Les appareils de radiesthésie et de géobiologie (pendule, baguettes) : voila qui peut surprendre mais il est très facile de communiquer avec les Esprits de la Nature avec un pendule ou (et) des baguettes. En fait, cette méthode se rapproche de celle du biochamp. On peut, en effet, utiliser le même protocole : pour une réponse « oui », le pendule va girer, dans le sens dextrogyre (ou les baguettes se croiser). L’instrument n’étant  qu’un amplificateur de notre ressenti, il n’est pas étonnant qu’il réagisse...Plus simplement, la réponse est aussi obtenue  directement sans proposer un déplacement à l’Esprit de la Nature. Pour ceux qui n’ont jamais essayé, je leur conseille d’en faire l’expérience, ils seront étonnés (voire sidérés) d’obtenir si facilement des résultats. Quand on a pu ainsi engager une conversation avec un Esprit de la Nature, il est souhaitable, en lui demandant la permission, d’essayer de le ressentir avec les mains ; on perçoit alors une sorte de résistance au toucher (densité), des picotements agréables au creux des mains et une sorte d’euphorie spontanée ; c’est assez grisant. On peut suivre ses contours et donc en délimiter le volume et discerner l’intensité de son rayonnement.

-Autres moyens : il y a évidemment d’autres moyens comme la claire audience (capacité d’entendre des sons), la claire olfaction (capacité de l’odorat), le recours aux chakras, ...mais ils sont plus marginaux. Les moyens que je viens de présenter peuvent d’ailleurs être combinés, notamment lorsque l’on recherche une confirmation (mais attention à garder la neutralité nécessaire).

Esprits de la Nature
Le gnome buveur de Jean-Troll
radiesthésie, géobiologie, esprits de la nature
Cadran pour EN

Cadran pour recherche et détermination des Esprits de la Nature

 

Voici un cadran, pour radiesthésistes ou (et) géobiologistes, que j'ai réalisé, qui permet de déterminer facilement, après que l'on ait localisé un Esprit de la Nature, dans la maison ou dehors, à quelle catégorie il appartient (feu, eau, terre ou air) puis à quelle famille (fée, lutin, etc.). Ceci étant fait, il y a lieu, d'une part, de chercher sa valeur énergétique (ou son taux vibratoire) et, d'autre part, sa taille. Toute cette recherche s'effectue au pendule ou avec les mains.

Esprits de la Nature
Un gnome dessiné par Jean-Troll

Voici ce qu'un clairvoyant peut voir en regardant ces roches avec ses yeux de Lumière :

les fées
La roche aux 2 fées
Fées
Une autre roche aux fées
Esprits de la Nature
Ces magnifiques dessins du petit peuple de la Nature sont l'oeuvre de Jean-Troll

 

Hêtre, mon ami l’Etre

 

Dans la forêt, tu  lances ta colonne majestueuse,

Tes racines s’étalent sur le sol, comme des griffes,

Ton houppier forme un dôme protecteur,

Et tes branches s’élancent vers le ciel comme des bras ouverts.

 

Ton écorce lisse, d’un gris taché d’argent, est douce à toucher,

Tes feuilles alternes décrivent des formes elliptiques ou ovoïdes parfaites,

Les écureuils et les geais viennent s’approvisionner, l’automne, de tes faines délicieuses,

Sous ton couvert, hormis parfois quelques fougères, l’espace est dégagé et accueillant.

 

Un beau jour d’été, tu es devenu mon instructeur et mon ami.

Tu m’as fait partager le flux puissant de tes énergies d’en bas et d’en haut,

Me faisant instantanément comprendre que la Vie n’est pas duelle,

Que l’Unité seule mène à la transcendance et à la compréhension.

 

Tu m’as appris que toute peur est une prison,

Que la confiance en soi en libère et ouvre aux autres,

Tu m’as montré que la timidité empêche d’être soi-même et bloque nos énergies,

Tu m’as ouvert à ton Royaume où l’assurance et la stabilité gouvernent.

 

Tu m’as initié à ton contact :

Poser mon front sur ton tronc m’a permis d’assurer mes pensées et de retrouver ma sérénité ;

T’offrir ma gorge lui a redonné du tonus et mon élocution s’en est trouvée grandement facilitée ;

Placer ma poitrine contre toi a stabilisé mes émotions…

 

Et, par-dessus tout, tu as enrichi mon cœur par ton amitié.

Esprits de la Nature
L'arbre-gardien, dessin de Jean-Troll
fées, elfes
Bulles de savon

 Cette magnifique composition vient du Blog de Fée Esel

 

L’esprit Glamour

 

Chacun connaît ce que signifie le nom « glamour », emprunté à l’Anglais pour désigner, en Français, la séduction exercée par une célébrité. Mais, ce que vous ignorez sûrement, c’est qu’un « glamour » est aussi un Esprit de la Nature qui, comme beaucoup d’élémentaires, est protéiforme et que l’on rencontre, en général, au Pays de Galles.

fée

 

L’ondine de mon enfance

 

 J’avais 8 ans. Nous habitions en pleine campagne. A quelques centaines de mètres de la maison, dans une prairie parsemée de bosquets, au bas d’une déclivité, coulait un ru  qui, au printemps, avait un débit assez rapide. Il y avait un endroit de ce ruisselet où je me rendais quasi-quotidiennement, dès le mois d’avril, parce que je m’y sentais particulièrement bien, je devrais plutôt dire merveilleusement bien. Les bords du ru étaient tapissés de longues herbes qui ondulaient et se courbaient dans le sens du courant ; par endroits, il y avait du cresson. J’aimais écouter la mélodie si douce er harmonieuse de l’eau circulant sur ce lit moelleux et gracieux de verdure et j’en regardais le mouvement si limpide, si pur que, rapidement, j’avais le sentiment d’en faire partie intégrante. Ce n’était plus mon corps que je ressentais, j’étais ce filet d’eau dynamique, scintillant sous le soleil, j’étais le bien-être idéal…Je me mis à construire des petits moulins à l’aide de morceaux de branches coupées judicieusement et à les disposer sur le cours d’eau. Et je regardais ceux-ci tourner sous la poussée de l’eau jusqu’à en être littéralement hypnotisé…Le miroitement du soleil ajoutait encore à la magie de ces moments-là. Et un jour, le regard perdu dans cette fascination, je vis une forme luminescente et irisée qui dansait sur la crête du flot, à contre-courant, en sautillant un peu comme les enfants quand ils jouent à la marelle ; elle avait l’apparence d’une fée miniature, tout-à-fait charmante et exubérante, faite de lumière colorée flamboyante. J’avais le sentiment qu’elle manifestait sa joie infinie de vivre sur une eau si limpide et sous un soleil si agréable ; en même temps, il me semblait-mais peut-être est-ce totalement faux-qu’elle m’offrait ce ballet si féérique. C’était un enchantement indescriptible et je regardais, subjugué, cet incroyable spectacle.

Dès lors, à chaque fois que je venais là, lorsqu’il faisait beau et que le courant d’eau était abondant, j’avais droit au même privilège, avec, comme fond sonore, au premier plan,  le bruit candide du ruissellement et, en second plan,  celui du chant enjoué des oiseaux alentours. Les danses de l’ondine étaient invariablement les mêmes et, pourtant, jamais elles ne m’ont lassé durant les deux saisons printanières au cours desquelles elles me furent proposées…

Ce vécu de mon enfance est resté profondément ancré en moi. Je ne sais pas s’il est à l’origine du goût prononcé que j’ai  pour les contes et s’il explique mon attrait et mon intérêt pour les Esprits de la Nature et mon affinité avec eux. En tout cas, il constitue, pour moi, un souvenir d’une richesse merveilleuse.

sirène, ondine
esprits de la nature, élémentaux, fées, gnomes, lutins

 

Témoignage d’Hervé

 

Voici le témoignage d’Hervé que je trouve éloquent et inspirant. Nous pourrons ultérieurement développer ce fascinant sujet. 

 

Je ne connais pas Hervé ; nous nous sommes « rencontrés » sur un forum, à l’occasion d’un sujet que j’avais lancé sur les Esprits de la Nature. Souhaitant ouvrir une rubrique dédiée à ceux-ci,  sur ce site, je l’ai contacté pour lui demander l’autorisation de publier ce qu’il a écrit sur le forum d’Essania. Il a gentiment accepté et en voici donc la retranscription :

 

«  Dans mon service à l'hôpital (je suis infirmier) , surtout lorsque je suis dans l'énergie de mon cœur et bien "centré" en moi-même , il arrive très très souvent qu'un petit elfe "s'installe" sur mon épaule droite !

Je ne pensais pas qu'on pouvait trouver autant d'Esprits de la Nature dans un tel lieu !

On m'a expliqué que c'était parce qu'il y avait beaucoup de Guides de Lumière qui "soignaient" les malades , en "parallèle" des médecins et infirmiers .Leur Présence est parfois extrêmement puissante !... et c'est aussi parce qu'un hôpital est souvent édifié sur un "croisement" de lignes d'énergie de guérison
Pour en revenir au petit elfe sur mon épaule , celui-ci me joue parfois des "tours" ! Il joue et rit tout le temps !
On me l'a décrit mais je sens très fortement sa "présence" et j'ai appris à reconnaître ses "vibrations" lorsqu'il se manifeste sur mon épaule ... et je "sais" ce qu'il fait !
Il y a aussi des périodes où je ne le "sens" pas , mais j'ai compris que ça dépendait de moi , de mon Amour , de mon ouverture de cœur et de ce que je rayonne.
Je voulais ajouter que les hôpitaux , surtout les plus anciens , ont été édifiés sur des zones de croisements de lignes d'énergie de guérison , parce que très souvent ces lieux étaient déjà des lieux de guérison autrefois.
Pour ceux qui peuvent les voir, ces "lignes" d'énergie sont de couleur verte.
En ce qui concerne "mon" petit elfe , je ne le "sens" pas toujours , mais il paraît que lorsqu'il est avec moi il "prend" mon apparence et , comme j'ai des lunettes et que j'aime sourire , IL A LUI AUSSI DES LUNETTES et me "caricature" en souriant d'une manière exagérée ... tout en dansant la danse de Rabbi Jacob sur mon épaule (j'ai été élevé dans la religion juive , même si je m'en suis détaché depuis) !!! Il s'amuse aussi parfois à mettre son bonnet sur ma tête (il peut prendre la dimension qu'il veut) ... et je le "sens" quand il le fait ! C'est très rigolo ! Puisqu'on en est aux anecdotes avec les Esprits de la Nature, je voulais continuer à apporter mon témoignage.
L'une des choses que j'aime le plus faire, c'est d'aller dans la forêt, loin des foules, et "rencontrer" les arbres en communiant avec eux et avec toute la Nature.
Quelle merveille de pouvoir vraiment "communier" avec un arbre. L'Amour de la Nature est un merveilleux Guide.
Lorsque je me sens triste, je vais dès,  que je le peux,  "communier" avec un arbre qui m'attire, en l'entourant de mes bras ou en m'adossant à son tronc . Je peux vous assurer que le "résultat" est spectaculaire ! Je me sens régénéré en quelques minutes, rempli à nouveau d’énergie, de Joie et d'Amour ... et je me sens également à nouveau "relié" à la Terre, et ma vision est plus claire !
J'en ressens, à chaque fois,  une extraordinaire gratitude et je REMERCIE la Nature, les arbres , etc. ...

Je me souviens même, qu'une fois,  je me sentais très fatigué et un peu triste , "vidé" d'énergie , et je suis allé dans un parc au cœur d'une ville du Sud-ouest de la France , et là , j'ai été "attiré" par un Tilleul . Je l'ai salué, je l'ai enlacé avec beaucoup d’Amour, et je me suis adossé à son tronc. Au bout de 5 ou 6 minutes, je me suis senti complètement régénéré , à nouveau rempli d'énergie lumineuse , le cœur heureux ... et les mains brûlantes , prêtes à soigner ! J'avais retrouvé ma "forme" et mon sourire et j'ai chaleureusement remercié cet arbre !
Et je dirais même que lorsqu'on est à plusieurs à pouvoir "communier", d'un même élan, avec la Nature, celle-ci répond encore plus puissamment !

Une chose extraordinaire à faire, et que j'aimerais vraiment faire mais je n'en ai pas eu encore l'occasion, c'est d'aller communier avec la Nature avec la femme qu'on aime, et le faire en "communion amoureuse". Ce serait FABULEUX !

Hervé 

 

Je vous laisse à l’inévitable méditation que cette narration devrait vous inspirer…

 

En général, lorsque l’on évoque les Esprits de la Nature, les questions fusent, même de la part des plus que sceptiques quant à l’existence des Elémentaux. Je suis ouvert à celles-ci dans la mesure où elles se font dans le respect de chacun. Vous pouvez donc me contacter, si vous le souhaitez,  pour répondre à votre légitime curiosité ou à votre intérêt.

 

 

 Témoignage d'Hervé (suite)

 

 

« Je voudrais vous compter une petite anecdote concernant "mon" elfe :

Il y a 4 jours, j'étais en train de téléphoner à un ami qui voit très bien les auras, les Esprits de la Nature et les Guides de Lumière, et il me disait que "mon" petit elfe venait très souvent lui rendre visite et lui donner de mes nouvelles !
J'étais au téléphone avec mon ami - parce que j’avais besoin qu'on me remonte un peu le moral qui était très "moyen" ce jour-là ,  lorsque, tout à coup,  je "sens" instantanément une "présence" qui semble s'être "matérialisée" sur mon épaule droite ... et une présence "familière".
Je le dis à mon ami et voilà qu'il me dit : "C'est lui , c'est ton elfe ! Il vient de se téléporter sur ton épaule !" Et je lui dis "Ah bon ? C'est pour ça que cette présence me semble énergétiquement familière ! Comment le sais-tu ?», et il me répond : "Parce qu'il vient de me le dire dans ton téléphone ! Il vient de dire "Coucou c'est moi ! Je suis arrivé !" ... et je lui dis : "Tu l'entends dans le téléphone ?" et il me répond : "Ben oui !" WOW !!!"
J'ai trouvé çà à la fois totalement "naturel" et merveilleux ... et aussi très amusant !!! »  

la roche du Diable, le Donon, esprits de la nature, élémentaux
Vue sur le massif du Donon , de la plateforme de la roche du Diable
la roche du Diable, esprits de la nature, élémentaux
Autour de la roche du Diable
la roche du Diable, esprits de la nature, élémentaux
Autour de la roche du Diable
Autour de la roche du Diable
Autour de la roche du Diable
Autour de la roche du Diable
Autour de la roche du Diable

 Vous pouvez, par radiésthésie, kinésiologie (voir mon article sur le sujet, dans la rubrique "Spiritualité"), par sensation des mains ou tout moyen qui vous est familier, détecter, sur ces photos, la présence d'Esprits de la Nature et les identifier (fées, gnomes, lutins, faunes,...).

Esprits de la Nature
Une fée et l'arbre-gardien dessinés par Jean-Troll

 

A la rencontre des Esprits de la Nature

 

En cette belle journée de printemps de la veille de Pâques, j’avais décidé de passer l’après-midi  en forêt, à proximité des Vosges, dans un des très beaux sites qui me sont familiers, et d’y faire une promenade de quelques heures. Je me rendis, tout d’abord,  dans un lieu qui s’appelle « la roche du Diable » et auquel on accède assez rapidement, après avoir gravi un sentier abrupt pendant  vingt minutes ; là se trouve un ensemble rocheux assez haut et très pittoresque, composé de grès des Vosges rouge, avec des sculptures naturelles remarquables, dont certaines évoquent des Elémentaux tels qu’ils sont représentés par la tradition. Vous pouvez en voir des photos ci-avant et dans la rubrique « Photos ». Le dessus de cet ensemble est un vaste promontoire boisé qui offre un point de vue superbe sur le massif du Donon. L’ambiance y est particulièrement sereine et on y ressent un air pur et revigorant. Comme à chaque fois que je viens ici, j’y perçus la présence de nombreux Esprits de la Nature mais, cette fois-ci, cette perception me parut plus sensible, plus fine que d’habitude. J’étais merveilleusement détendu, appréciant cette atmosphère, à la fois, caressante comme le souffle léger d’une brise d’un matin de printemps au lever du soleil, lumineuse grâce à une clarté singulière qui imprimait aux reliefs mille nuances, formidablement équilibrée tant sur le plan des sensations olfactives et visuelles que sur celui des impressions subtiles. Je crois que les mots qui caractérisent le mieux le sentiment qui fut le mien sont « féérie » et légèreté, et çà tombe bien puisque c’est précisément des fées et consorts dont je souhaite vous parler…

Pour ceux qui me liront et qui ne croient aucunement en l’existence des Esprits de la Nature, ils penseront que je rêve ou que je divague, que j’élucubre et que je ne suis pas tout-à-fait net…C’est leur droit, je le respecte et je ne cherche nullement à convaincre. Pour les autres qui sont ouverts à la possibilité d’une dimension invisible mais bien réelle et à ceux qui ont vécu des expériences similaires aux miennes, mes propos trouveront, peut-être,  un écho…

Je reviens donc à ma narration. Il n’est pas facile de témoigner de ces choses-là, on ne sait pas vraiment comment s’exprimer ni par où commencer…

 Dans les dispositions qui étaient les miennes, je décidais de laisser les Esprits de la Nature, que je sentais tout autour de moi, disposés comme une farandole, guider mes pas et de ne pas suivre un sentier balisé, au risque de me perdre. Ils m’entraînèrent joyeusement en des endroits où je n’étais jamais allé, tous plus beaux les uns que les autres. Ce qui me frappa, c’est qu’ils avaient en commun de présenter des roches, souvent monumentales, dans des formes variées et, la plupart de ces roches étaient comme taillées, modelées et faisaient ainsi apparaître des visages assez précis suggérant des Esprits de la Nature (gnomes typiques, elfes, dragons, personnages léonins, fées, trolls, dragons,…). Je sentais une énergie puissante, rayonnante, incroyablement agréable. Plus je cheminais, plus l’environnement devenait féérique, tout était magnifié, comme sublimé. Frappés par ces nombreux visages que l’on voulait manifestement me montrer, je demandais quelle signification ils avaient. Je reçus la réponse suivante : « Ces statues ne sont pas le fruit du hasard, ni la stricte conséquence du travail de l’érosion et du temps. Tu l’as compris, elles sont en relation étroite avec les êtres qui régissent la Nature. Partout où elles se trouvent habitent des Etres de la Nature. Elles ont plusieurs missions : notamment, elles influencent, ordonnent et équilibrent l’environnement grâce à leurs formes et leur rayonnement ; elles ont aussi pour rôle d’attirer l’attention des humains et d’ouvrir certains de leurs chakras. Elles interagissent également avec les peuples animal,  végétal et minéral. ». J’examinais attentivement ces figures de pierre et je fus frappé de leur perfection et leur esthétisme. Je me rendis compte que, ce faisant, je percevais encore mieux les énergies que j’identifiais comme étant les Elémentaux…

A ce point de mon exposé, je prends conscience que je ne vous ai pas dit comment je « voyais » les Esprits de la Nature et que, du coup, mon récit peut apparaître un peu nébuleux. Ma perception de ce monde se fait, simultanément,   par le sentiment fort d’une présence à mes côtés voire en moi, par un ressenti par les mains (picotements vifs au creux des mains, sensation de résistance lorsque ma main touche l’Esprit, impression subite de chaud ou de froid), par la prise de conscience d’une énergie accrue, par un sentiment de grande paix et par une communication télépathique. Tout ceci étant, je le répète, concomitant. Il m’arrive, en outre, de sentir le déplacement d’un gnome, d’une fée ou d’un elfe et, plus exceptionnellement, de voir une forme luminescente....

Au cours de ma promenade, je tombais sur un arbre malade et je m’arrêtais pour lui prodiguer des soins éthériques. Je lui confectionnais une coque de lumière pour le panser et le protéger et appelais une fée pour le régénérer. Avant de poursuivre mon chemin, je m’adressais à lui en ces termes : « Je te fais cadeau de cet œuf de Pâques de lumière et je te souhaite un bon rétablissement. A bientôt. » (L’allusion à Pâques tient au fait que nous étions le samedi précédant Pâques). Je ne m’étais pas rendu compte que des promeneurs étaient arrivés discrétement derrière moi et qu’ils me regardaient faire en silence…Je les saluais, un peu gêné, et repris ma randonnée.

Tout l’après-midi fut un enchantement, les Elémentaux que je rencontrais s’ingéniant à me rendre l’atmosphère chaleureux et magique, et, ce qui peut paraître et est effectivement curieux, c’est que, au bout de plus de 4 heures de marche,  je me retrouvais exactement à mon point de départ, sans avoir eu à chercher mon chemin et sans jamais revenir sur mes pas. Et, voyez-vous, cela aussi participe au ravissement…

êtres de la nature, élémentaux, fées, gnomes, lutins
Sculptures naturelles dans la roche

 

La légende du géant et de la petite fée

 

Il était une fois (Eh oui, c’est une légende !), vivait, dans les Vosges du Nord, un géant qui habitait  une grande grotte ; cette grotte était en fait un coquillage gigantesque que la mer avait déposé là il y a des millions d’années, du temps où la montagne était immergée.

Personne  ne demeurait dans le voisinage du géant qui se sentait souvent très seul, et cela lui pesait malgré la magnificence du lieu. De plus, en raison de sa taille imposante, les animaux de la forêt fuyaient à son approche. Il ne parlait donc à personne et ne pouvait rien partager de ses idées, ses espoirs et de son ressenti. Au fil du temps, il devenait de plus en plus pessimiste et malheureux.

Une nuit, il fit un beau rêve : une petite fée, aux cheveux de blé et au corps lumineux, habitant un rocher de la forêt,  lui apparut ; cette fée était si belle, si resplendissante, si rayonnante qu’à son réveil elle exerçait encore sur lui une attirance indicible.

Il se mit en tête de la chercher jusqu’à ce qu’il la trouve et de lui offrir le bien le plus précieux qu’il détenait ; le présent qu’il voulait lui donner était une perle de nacre très volumineuse, provenant de sa roche-coquillage, qui, par ses propriétés particulières, éclairait sa demeure le soir. Il pensait ainsi, avec celui-ci, montrer à cette fée si magnétique l'amitié qu'il lui portait.

Il prit donc sa perle et partit à sa recherche. Il parcourut la forêt dans tous les sens, examina chaque roche mais rentra chez lui sans l’avoir trouvée. Il recommença le lendemain, puis le surlendemain, en vain. Le désespoir commençait à s’installer en lui, au point qu’il envisageait même d’abandonner sa quête. Mais, la nuit suivante, la petite fée lui apparut à nouveau en rêve et s’adressa à lui en ces termes : « J’habite près de chez toi mais je suis si petite par rapport à toi que tu passes à côté de moi sans me voir, viens je t’attends. ».

Le lendemain matin, il reprit donc ses recherches, dans un rayon proche de sa grotte, en apportant une extrême attention. Très vite, il la découvrit à proximité d’une roche particulière, constituée d’arcades, qui allait, de fleur en fleur, s’abreuver de la rosée du matin. Il la regarda émerveillé et fasciné mais, tout-à-coup, il prit conscience de sa lourdeur et de sa maladresse et il se sentit déconfit et incapable de l’aborder. Il allait rebrousser chemin lorsque la petite fée se mit à lui parler : « S’il te plaît, ne t’en vas pas, je souhaite, moi aussi que nous devenions amis. Tu sais, je suis très sensible à ta gentillesse et, comme tu es très fort, ta présence me rassurerait et me protègerait. Moi, je t’apprendrai tout ce qui est dans ma  nature et en mon pouvoir. Qu’en dis-tu ? ». Le géant s’approcha d’elle, timidement, et ils s’assirent côte à côte. Puis ils se mirent  à parler et le soir arriva qu’ils parlaient encore…Une profonde amitié était née.

Ils se rencontrèrent chaque jour, partageant leurs expériences et leurs sentiments et, chaque jour, ils se sentaient de plus en plus proches.

Un jour, ils se sentirent comme n’étant qu’un seul être ; alors, ils disparurent du plan terrestre et une nouvelle étoile scintillante apparut dans le ciel…

 

Les lieux évoqués dans cette légende existent réellement : la grotte est la grotte Saint-Léon, qui se situe dans la commune de WALSCHEID, en Moselle ; c’est la plus vaste grotte des Vosges (profonde de 32  mètres et large de 24  mètres) ; quant à la roche dont il est question ici, elle est à quelques kilomètres de la grotte, sur le territoire de la commune de SAINT-QUIRIN, en Moselle ; elle s’appelle la roche des fées…

esprits de la nature, élémentaux, fées
La légende du géant et de la petite fée
fées, ange