Spiritualité, philosophie, sciences du vivant, informations

Les faiseurs de pluie

Dans certaines contrées du globe , la sécheresse sévit souvent et longtemps, ce qui rend la vie particulièrement difficile à ses habitants. Dans les pays qui vivent encore dans le respect des  vieilles traditions (par exemple, dans une partie de l'  Afrique), on fait appel aux "faiseurs de pluie", ces sorciers ou chamans qui, lorsque la saison pluvieuse se fait trop attendre, se réunissent  autour d'un sanctuaire pour appeler la pluie , à l'aide de rites, d'offrandes, de chants et de danses et, à la fin de la cérémonie...la pluie se met à tomber ! Pour la plupart des Occidentaux , cela paraît étrange et improbable ! Et pourtant !

De son côté, la technologie occidentale déploie ses moyens d'apprentis-sorciers sur le climat, depuis plusieurs décennies, et est en mesure, elle-aussi, de décider de faire pleuvoir et même d'agir, plus largement ,artificiellement sur la météorologie au point d'engendrer des phénomènes de tous ordres (tempêtes, typhons, tsunamis, sécheresses, etc.)...Depuis les années 60, en utilisant des générateurs d'iodure d'argent pilotés par des ordinateurs, on peut ensemencer des nuages et provoquer des pluies ou des précipitations de neige. Cette technique a, d'ailleurs, été utilisée  par les Américains lors de la Guerre du Vietnam pour rendre impraticable les voies de circulation aux déplacements des engins militaires ennemis. Ce contrôle de la météo n'est évidemment pas sans conséquences et se révèle polluant.

Déjà, au début du XXème siècle, Charles Mallory HATFIELD, par un procédé employant des fumées produites à partir de produits chimiques, pouvait faire pleuvoir à la demande ; il devint d'ailleurs très célèbre dans le monde entier.

A notre époque, les expériences de manipulation du climat se multiplient, dont certaines sont secrètes. D'aucuns ont prétendu que la tempête de 1999 avait été provoquée par les Américains pour peser sur une décision du gouvernement français de l'époque  (celui de Lionel JOSPIN) : il est, évidemment, impossible de vérifier une telle supposition. De même, selon certaines sources, une tempête aurait aussi été déclenchée par les Russes dans les Balkans, et notamment en Roumanie, à des fins politiques.

Wilhelm REICH, au milieu du XXème siècle, a construit un appareil, le cloudbuster, composé de tubes de cuivre et d'orgonite, et sensé faire tomber la pluie, mais il n'a jamais été officiellement reconnu par la communauté scientifique. Don CROFT a ensuite, à partir de cet appareil,   inventé le chembuster, qui comporte, outre des tubes en cuivre et des orgonites, des cristaux de quartz bi-terminés,  et qui favoriserait  une pluviométrie "équilibrée" entre les saisons sèches et les saisons humides. Là encore, on ne peut se faire clairement une opinion sur ces dispositifs très contestés.

chembuster
chembuster

Plus récemment une société suisse, travaillant pour le compte des Emirats arabes unis, aurait mis au point un procédé de déclenchement de pluies dans des régions arides à l'aide de parasols ioniseurs géants envoyant massivement des ions négatifs dans l'air pour agréger les poussières et ainsi créer des petits nuages. Ce système aurait été employé, avec succès, de nombreuses fois.

D'autres technologies sont, sans doute, étudiées et employées de par le monde. Nul doute aussi que ces systèmes modernes sont à l'origine d'anomalies climatiques et de catastrophes dites "naturelles". Nous sommes bien loin des "faiseurs de pluie" de la Tradition !

La pensée occidentale  s'appuie sur le principe de causalité et c'est pourquoi elle rejette tout système qui ne permet pas de remonter à sa cause. Elle est donc limitée et ne permet pas de comprendre que le monde est unifié et que tout est relié, hors de l'approche linéaire de l'espace-temps. La pensée orientale a une autre vision du monde et est attentive aux coïncidences significatives. Voici une histoire très connue, très souvent citée parce qu'éloquente, qui illustre mon propos :

Il y eut une terrible sécheresse dans la partie de la Chine où vivait Richard Wilhelm. Après que les gens eurent essayés, en vain, tous les moyens connus pour obtenir la pluie, ils décidèrent d'envoyer chercher un faiseur de pluie. Cela intéressa beaucoup Wilhelm qui s'arrangea pour être là quand le faiseur de pluie arriva. L’homme vint dans une charrette couverte : un petit vieux desséché, qui renifla l’air avec une répugnance évidente quand il sortit de la charrette et qui demanda qu'on le laissât seul dans une petite cabane en dehors du village ; même ses repas devaient être déposés à l’extérieur, devant la porte. On n’entendit plus parler de lui pendant trois jours ; puis, non seulement il plut mais il y eut aussi une grosse chute de neige , ce qui ne s’était jamais vu en cette époque de l’année. Très impressionné, Wilhelm dénicha le faiseur de pluie et lui demanda comment il se pouvait qu'il ait pu faire de la pluie, et même de la neige. Le faiseur de pluie répondit : " Je n'ai pas fait la neige ; je n'en suis pas responsable." Wilhelm  insista : il  y avait une terrible sécheresse jusqu'à sa venue et puis après trois jours il y avait eu des quantités de neige. Le faiseur de pluie répondit :« Oh, cela je peux l’expliquer . Voyez- vous, je viens d’un endroit où les gens sont en ordre ; ils sont en Tao, alors le temps aussi est en ordre . Mais en arrivant ici, j'ai vu que les gens n'étaient pas en ordre et ils m'ont aussi contaminé. Je suis donc resté seul jusqu'à ce que je sois de nouveau en Tao, et alors, naturellement, il a neigé."

(Extrait du livre "Rencontres avec l'âme. L'imagination active selon Jung", de Barbara HANNAH)..

Pour terminer, je voudrais vous conter une petite histoire personnelle qui relève de cet ordonnancement acausal et qui élève la qualité d'un moment temporel, de manière magique.

Je me trouvais, en compagnie de ma sœur, en vacances en Auvergne, au mois de juin 2010. Il faisait, journellement, un temps exécrable et très pluvieux. Nos vacances étaient prévues essentiellement pour des randonnées pédestres pour profiter de la nature singulière de cette région. Les conditions climatiques, particulièrement défavorables, gênaient ce programme, sans toutefois le bouleverser. Un jour que nous avions entrepris l'ascension du Puy de Dôme, les précipitations pluvieuses s'intensifièrent à tel point que nous dûmes absolument nous arrêter et nous mettre à couvert (plutôt symboliquement d'ailleurs car la végétation des arbres était fort insuffisante  et la pluie bien trop généreuse pour que nous en soyons protégé). Nous restâmes ainsi,  cependant, à attendre mais, au bout d' une heure, la pluie continuait de se déverser d'abondance et il nous semblait que rien ne pourrait l'arrêter. C'est alors que je dis à ma sœur que j'allais m'adresser au Deva de la Pluie pour demander un cadeau exceptionnel : que la pluie s'arrête, durant au moins 3 heures, pour nous permettre de terminer cette ascension et de pouvoir admirer, au sommet du puy, la magnifique étendue des monts et cratères de l' Auvergne. Sitôt annoncé, sitôt fait : avec respect, j'ai sollicité la venue du Deva de la Pluie et je l'ai prié de bien vouloir nous accorder la grâce d'interrompre, pendant quelques heures, la pluie. A peine avais-je formulé cette requête que, comme par miracle, les précipitations se sont arrêtées brutalement et que le ciel s'est éclaircit de manière totalement inattendue.  Ma sœur m'a regardé, incrédule, effarée, n'en croyant pas ses yeux, répétant "Mais ce n'est pas possible !". Cà l'était pourtant ! Ma demande, sincère et confiante, avait été exaucée ! Et le reste de l'après-midi nous bénéficiâmes d'une belle éclaircie. Sitôt rentrés à notre location, la pluie se remit à tomber...

Comment vieillir un vin avec un circuit oscillant ?

 

Depuis quelques années sont commercialisés certains dispositifs pour accélérer le vieillissement des vins. Ainsi sont proposés, par exemple, des becs verseurs magnétiques permettant d'améliorer, sur le champ, la qualité d'un vin par oxygénation et par libération des saveurs. Il y a aussi la "clé du vin", munie d'une pastille en alliage de cuivre, d'or et d'argent, et qui est un instrument de bonification accélérée du vin (c'est, en tout cas, ce que ses fabricants et vendeurs prétendent...) grâce à l'oxydoréduction. En fait, ces procédés ne vieillissent pas vraiment le vin : au mieux, ils ne font que stimuler le développement des senteurs du vin et assouplir sa structure...Quoiqu'il en soit, il n'est pas question, ici, d'engager une controverse à ce sujet.

Comme les fêtes se profilent, je viens vous présenter un catalyseur à vin, peu connu bien que déjà ancien, et qui fonctionne sur le principe du circuit oscillant inventé par Georges LAKHOVSKY au début du siècle dernier et que l'on peut fabriquer soi-même. Un bon dessin valant mieux qu'un long discours, voici un schéma descriptif de cet appareil :

circuit oscillant

J'appelle votre attention sur les points suivants:

-le circuit oscillant doit respecter précisément les dimensions indiquées ci-avant car  elles définissent la longueur d'onde sur laquelle l'appareil est réglé :un diamètre de 33.5 cm, une section de fil en cuivre de 6mm² ;

-les extrémités du circuit sont pliées sur une longueur de 12 mm et  enfoncées dans des emplacements creusés dans le support en bois, l'écartement de ceux-ci étant de 3.5 cm ;

-hormis le circuit oscillant qui est en cuivre, tout l'appareil est en bois, exceptée la vis destinée à régler en hauteur le support sur la tige et à le bloquer;

-l'angle formé par le circuit, par rapport à l'horizontale, est de 22.5° ;

-l'ouverture du circuit est orientée au Nord ;

-pour bonifier le vin, il faut poser la bouteille, dans cet appareil, environ 48 heures à l'avance, bouchon ouvert.

Pour construire le circuit oscillant, il suffit d'acheter du fil électrique, ayant la section requise, d'une longueur d'1 m environ et de le couder en cercle.

Avec un tel dispositif, on peut également améliorer la qualité de l'eau, mais on peut aussi hâter la germination de graines végétales ainsi que leurs qualités (meilleure résistance aux maladies) ou encore accélérer la croissance  (ainsi que les qualités gustatives de leurs fruits) de pieds de tomates ou d'autres légumes. De nombreuses expériences ont été faites avec ce type d'appareils, avec des résultats fort intéressants.

Circuit oscillant type LAKHOVSKY

Voici la photo d'un dispositif du même type utilsé actuellement (21/01/2014) pour faire germer des graines de tomates :  la ficelle permet de régler l'angle d'inclinaison du circuit oscillant et de le maintenir. Le circuit peut être déplacé verticalement grâce à une réglette coulissante, de manière à le positionner au mieux. Il est, bien entendu, orienté au Nord par rapport à son axe d'ouverture (non visible sur la photo).

Comment choisir un ioniseur ?

 

L'ionisation de l'air est un élément qui est généralement, dans la vie quotidienne,  peu pris en compte alors qu'elle a un rôle important pour la santé des êtres vivants.

Pourtant beaucoup d'expressions  sont suggestives de cette importance : par exemple, ne dit-on pas qu'"Il y a de l'électricité dans l'air ! " pour exprimer une tension ressentie par chacun ? Cette "électricité" exerce une influence notable sur notre organisme, notre humeur, notre comportement. Avant un orage, l'atmosphère est lourd car il est saturé en ions positifs (néfastes à la vie) et peu chargé en ions négatifs (favorables à la vie),  soit ceux qui possèdent une surcharge d'électrons (d'où le fait qu'on les qualifie de négatifs). Ces ions négatifs (que le professeur Métadier nommait "oxions") sont presqu'exclusivement des ions d'oxygène. Ils sont très nombreux dans les lieux naturels comme les forêts ; c'est pourquoi, dans ces endroits, on se sent bien. Quand un orage se déclenche, les éclairs produisent des ions négatifs à profusion et l'on ressent du bien-être. Malheureusement, l'homme  est responsable de la création d'une production colossale d'ions positifs si nuisibles à la vie, notamment par l'activité industrielle et les moyens modernes employés. Il s'ensuit qu'il vit dans un milieu électriquement déséquilibré, pauvre en ions négatifs et riche en ions positifs .

L'action des ions négatifs sur la santé a été établie, depuis plusieurs décennies, par d'éminents scientifiques : notamment sur la diminution de l'acidité du sang, sur l'accroissement des globules rouges, sur les graisses du sang et le cholestérol, sur le rééquilibrage de la tension artérielle, sur la ventilation pulmonaire, sur une amélioration du rythme respiratoire, sur l'impact favorable sur le système digestif, sur les performances musculaires, sur le système hormonal , sur la diminution du stress, sur le métabolisme de l'oxygène, sur le choc anaphylactique,...

C'est pourquoi des appareils ont été conçus pour produire une ionisation artificielle de l'air qui permette de compenser, dans une habitation, dans des bureaux ou ailleurs, le déficit en ions négatifs (oxions).

Pour choisir un appareil efficace, il faut prendre en compte les paramètres suivants :

-production très importante d'ions négatifs (des milliers de milliards d'ions négatifs par seconde) : 7 000milliards d'ions à la seconde pour une pièce de 9 m², 8 000 pour une pièce de 9 à 20 m², 9 000 et plus pour une pièce de plus de 20 m²,

-diffusion des ions soit par champ électrique, soit par courant d'air (ventilation), à forte puissance,

-réglage du débit des ions,

-indication, par le fabricant, du débit d'ions par seconde à la sortie de l'appareil, mais aussi des concentrations des ions par cmᶾ à diverses distances de l'appareil,

-très faible voire absence de production d'ozone et d'oxydes d'azote.

Un ioniseur est un appareil très intéressant pour assainir l'air (en particulier, dans la chambre à coucher, durant toute la nuit) mais aussi pour se débarrasser de maladies comme l'asthme, la bronchite aigüe ou chronique, la sinusite, l'insomnie,...en utilisant alors l'ioniseur comme appareil à inhalations et en se plaçant juste devant lui, à bonne hauteur, la déperdition en ions négatifs  étant, à cette distance, très faible.

Un bon ioniseur coûte un prix qui peut faire reculer les personnes intéressées. Pourtant c'est, de mon point de vue, un équipement qui vaut la peine de faire un effort financier vu son impact sur le confort de vie et les bénéfices à en attendre sur l'état de santé. C'est pourquoi j'encourage à en faire l'acquisition.

Personnellement, je recommande les appareils  de la gamme Atmostat  (cf. le lien suivant : http://www.atmostat-ionisation.com/frecap.htm ) tout simplement parce que je connais la qualité de ces ioniseurs. Le prix d'un Atmostat  ATM 2000 est, actuellement, d'un peu plus de 800€. Attention aux appareils bon marché qui, souvent, ne sont que des gadgets et sont sans intérêt.

Ioniseur ATM 2000
Ioniseur ATM 2000

Voici des informations techniques sur ce ioniseur ATM 2000 :

  •   existe en 2 couleurs : blanc et noir.
  • Dimensions, L : 380 mm H : 140 mm P : 285 mm.
  • Son alimentation est de 220 Volts.
  • Emet des ions négatifs réglable en 5 gammes de 10 000 à 25 000 milliards d'ions/seconde.
  • Possède un filtre électrostatique.
  • Possède également une fonction spéciale pour la nuit pour une ionisation et ventilation contrôlées.
  • Poids  de 3,3 kg.
  • Circuit électrique est protégé.
lampe à sel

Les soi-disant bienfaits des lampes à sel

 

Je me décide à écrire un article sur les lampes à sel car, dans la plupart des habitations où j'investigue (en tant que géobiologue), j'en rencontre régulièrement. Elles sont généralement placées dans le salon et les chambres à coucher. Lorsque j'interroge les personnes sur les raisons les ayant amené à acquérir ces lampes, j'obtiens quasi-systématiquement une réponse du type suivant :

-ces lampes produisent une ionisation bénéfique, compensant, en partie, la dégradation de l'atmosphère provenant des pollutions électromagnétiques,

-elles sont reposantes et agréables à regarder.

Le premier de ces pseudo arguments est, bien sûr, celui que le vendeur a fait valoir...Certains fabricants n'hésitent pas à donner des "preuves scientifiques" des bienfaits dit incontestables de ces lampes et le charabia employé va de pair : "caractéristiques biophysiques et biochimiques", "oscillation électromagnétique", "structure atomique électriquement neutre", etc. Ils emploient aussi les arguments des défenseurs du bio (les sels sont naturels, n'est-ce pas !) et de ceux qui se revendiquent "Nouvel Age", dans un savant mélange de phrases et de mots percutants que l'on fait évoluer en fonction du client à qui l'on a affaire. Il faut dire que, la plupart du temps, ceux qui vendent ces lampes font leur commerce dans les salons de bien-être, les salons bio, les salons zen, et tutti quanti...Et, pour apporter à la confusion, très souvent, ils vendent aussi des pierres naturelles, des cristaux et autres et prodiguent leurs conseils (par forcément éclairés) en lithothérapie...

Soyons sérieux !

Personnellement, je connais assez bien le phénomène de l'ionisation de l'air, depuis les années 1980,  notamment pour en avoir discuté longuement et pour avoir échangé de nombreux courriers à ce sujet avec le professeur METADIER, qui a fait autorité, en France, pour ses recherches dans ce domaine, en collaboration avec des savants soviétiques. Quand on sait, d'une part, que pour une pièce de 9 à 20 m², il faut un flux minimal de 8.000 milliards d'ions négatifs à la seconde, pour que l'ionisation apportée soit suffisante et que, d'autre part, ils doivent être diffusés, par exemple par ventilation, car leur durée de vie est infiniment courte, il paraît tout de suite évident qu'une lampe à sel  est bien incapable d'assurer ces conditions (et pourtant je vois des fabricants de lampes à sel qui osent affirmer que leurs lampes ont une ionisation supérieure à un ioniseur !).

S'il est vrai qu'une lampe à sel produit bien des ions négatifs (ceux qui sont bénéfiques à la vie), il n'est pas moins vrai que :

- cette production est infime,

-et elle est détruite aussitôt que produite par le champ électromagnétique de la lampe,

-et , par conséquent, elle n'arrive jamais à destination.

Par contre, les effets négatifs de la lampe à sel (généralement passés sous silence) sont bien là :  ce sont  ceux des lampes classiques (champ électromagnétique) auxquels s'ajoute la diffusion de nanoparticules de chlorure de sodium dans l'atmosphère.

Conclusion : hormis leur aspect esthétique, ces lampes, comme toutes les lampes, sont polluantes et, assurément, non bienfaisantes.

Pour terminer, je vous renvoie à un  témoignage sur les problèmes de santé qui peuvent être provoqués par ces lampes :  http://www.lamacrobiotique.com/LISEZ-MOI/lampeasel.html

A celles et ceux qui ne seraient pas convaincus, je leur propose de faire mesurer, avec un appareil fait pour cela, l'ionisation d'une pièce où est allumée une lampe à sel : il ne sera alors nul besoin d'argumenter pour être édifié !

Un conseil : si vous voulez vraiment bénéficier d'une ionisation réelle, par exemple dans votre chambre, équipez-vous d'un bon ioniseur (solution très appréciable pour traiter certains problèmes de santé...).

Réflexions concernant la prière

La prière est un acte que l'on retrouve dans toutes les religions. Qu'elle soit ou non codifiée, elle peut se définir comme une requête adressée à notre Créateur ou un acte de communion avec lui, soit directement, soit par l'entremise d'un intercesseur (un saint, par exemple).

La pratique de la prière varie selon les cultes et les cultures. Pour certains, pour prier, il est indispensable de se rendre dans un sanctuaire ( église, temple, synagogue, mosquée, chapelle, etc.) ; pour d'autres, elle peut se faire n'importe où, y compris chez soi. Certains croyants ont, en outre, besoin, pour prier, d' objets de culte ou de techniques particulières (crucifix, chapelets, statues, mantras,...).

Je crois beaucoup au pouvoir de la prière, quel que soit le dogme auquel on se réfère. Pour moi, la divinité à laquelle on s'adresse représente un modèle idéal, exemplaire, un archétype universel : ainsi un chrétien qui prie la Vierge Marie fait appel au même champ de forces supérieures que le bouddhiste tibétain qui prie la déité  Arya Tara ; ce champ de forces, qui s'accroît sans cesse,  peut être considéré comme une sorte d'égrégore : peu importe le nom et le visage qu'on lui donne...Ce qui compte, c'est sa force agissante. Pour entrer en résonance avec cette force, il faut impérativement se trouver en état modifié de conscience (EMC) ; c'est pourquoi la prière comporte obligatoirement une phase qui amène à un état particulier de paix, d'isolement, de déconnexion de la conscience ordinaire et qui est un état méditatif au cours duquel les rythmes cérébraux  passent  en fréquences alpha et thêta. Le méditant se trouve alors sur un plan où ses pensées vont influencer la réalité et ceci, d'autant plus que sa méditation sera profonde et ses pensées puissantes et renouvelées.

Les grandes figures spirituelles sont indéniablement  utiles à la prière car elles sont des références, des principes d'amour, de compassion, de protection, de consolation et de réconfort dans lesquels nous pouvons trouver le lâcher-prise et l'abandon nécessaires pour élever suffisamment notre niveau vibratoire et pour être ainsi en mesure d'agir directement  sur la réalité matérielle et de concrétiser des désirs profonds.

Evidemment, je ne cherche pas, par ces réflexions, à démystifier le caractère sacré de la Prière mais à montrer comment elle opère . Je souhaite aussi, par ces propos, faire prendre conscience des impératifs qui s'attachent à toute prière et du fait que les résultats qui en découleront sont liés directement à celui qui prie (état de méditation plus ou moins profond, force et pureté de ses pensées, durée de la prière, etc.). Celui qui n'obtient rien d'une prière ne peut que s'en prendre à lui-même...

La réincarnation

L'intérêt pour ce sujet va en grandissant en Occident depuis un certain nombre d'années. Certains essaient d'apporter des preuves de la réincarnation mais cela est, évidemment, impossible. Nous resterons toujours, dans ce domaine mystérieux comme dans bien d'autres, dans la croyance ou la non croyance. Les débats sont souvent passionnels et leur finalité est, en général, d'imposer son opinion aux autres...

Mon propos ici n'est pas de faire valoir ma propre conviction mais de faire remarquer qu'il y a plusieurs approches et plusieurs doctrines de la réincarnation.

Commençons par le bouddhisme auquel beaucoup de gens adeptes de la réincarnation se réfèrent. Et bien, pour cette religion, ou plutôt pour cette philosophie, la réincarnation n'a pas grand chose à voir avec celle que l'on conçoit chez nous. Les bouddhistes ne croient pas en l'existence d'une âme , d'un esprit, d'une conscience ou d'un "soi" immortel et, par conséquent, dans sa continuité d'une vie à une autre. Pour eux, la réincarnation porte sur différents éléments comme la personnalité, les tendances, les traits de caractère, les pensées,... qui se réincarnent dans différents êtres, qu'ils soient humains ou animaux. " Le samsâra forme ainsi un cycle de vies qui s'enchaînent les unes après les autres selon la loi de causalité. La souffrance ainsi se perpétue de vie en vie ; mais selon Buddhaghosa, chaque vie ne dure, en réalité, qu'un seul instant." (cf. Wikipedia).

La conception hindouiste de la réincarnation est plus proche de la nôtre : c'est le même esprit qui se réincarne dans un nouveau corps pour vivre une nouvelle expérience terrestre et, ceci, avec les vies antérieures occultées. La vie vécue est dans la continuité des vies précédentes, avec effet de causalité. C'est ainsi, d'ailleurs, que le système des castes trouve sa justification et est accepté par la communauté hindouiste : celui qui est riche et puissant bénéficie des mérites obtenus lors de ses vies précédentes ; de même, le pauvre récolte ce qu'il a acquis lors de ses vies antérieures. Telles sont expliquées les injustices apparentes. Comme les bouddhistes, les hindouistes croient en la métempsychose, la réincarnation se faisant par le canal de toutes les espèces vivantes et non pas seulement de l'espèce humaine. Leur but est de mettre un terme au cycle des réincarnations pour échapper aux souffrances qu'il génère ; pour cela, leur philosophie prône de se dépouiller de tout désir et d'arriver à un état d'indifférence des attraits terrestres.

La vision occidentale de la réincarnation est bien différente. Tout d'abord, nous pensons que c'est toujours la même personne (son âme, son esprit, son être intérieur immortel) qui se réincarne et, ceci, toujours sous forme humaine. Contrairement aux conceptions orientales, nous croyons que chaque vie est une opportunité de grandir, de nous enrichir et d'évoluer spirituellement. Et, par conséquent, notre idée de la réincarnation est infiniment plus optimiste que celle du bouddhisme ou de l'hindouisme.

Il y a encore bien d'autres conceptions de la réincarnation assez éloignées de la nôtre. Par exemple, celle des spirites héritée d'Alan KARDEC pour qui la réincarnation est associée à un changement de plan : l'existence se prolongerait ainsi en prenant un nouveau corps dans un nouveau monde plus évolué, pour les plus avancés d'entre nous, les autres revenant sur terre...

Comme vous le voyez dans ce court exposé, l'idée de réincarnation est donc très différente selon les traditions, les religions et les doctrines.

Le voyage hors du corps

 

Le voyage hors du corps (aussi appelé voyage astral), au-delà de la fascination qu'il peut exercer en raison des expériences fantastiques qu'il permet de vivre, est surtout un moyen unique d'élargir notre conscience jusqu'à nous permettre d'acquérir la certitude que nous sommes des êtres spirituels immortels empruntant un véhicule temporaire (le corps physique). Il offre aussi l'opportunité de comprendre le sens de la vie et de la mort, de se rendre véritablement compte que l'univers est énergie et est multidimensionnel, de dépasser nos peurs et nos blocages, d'acquérir une plus grande conscience de la réalité et de saisir l'importance de nos pensées dans la création et donc l'importance de notre responsabilité dans ce que nous sommes appelés à vivre.

En général, nous vivons notre première expérience de VHC consciente de manière spontanée. Le problème qui se pose ensuite est de trouver le moyen qui permette de réitérer cette expérience extraordinaire volontairement. Un certain nombre d'ouvrages traitent des techniques qui peuvent être employées ; peu de ceux-ci sont vraiment explicites et complets et certaines des techniques qui y figurent s'avèrent peu efficientes ou difficiles à mettre en œuvre. Tous s'accordent cependant sur le fait que le VHC nécessite d'être parfaitement détendu, relâché et sur le point de s'endormir et donc de se trouver dans un état modifié de conscience .

D'après mon expérience, la méthode la plus facile à expérimenter est celle qui est axée sur la visualisation. Quand vous êtes couché et que vous vous trouvez dans un état de pré-somnolence, attachez-vous à porter votre attention sur un endroit que vous connaissez bien et que vous aimez. Imaginez, en détail, tout ce qui s'y trouve, même les plus petits objets, avec les couleurs, les odeurs, les sons, les sensations,... et voyez-vous dans cet endroit, avec ce que vous y faites et ce que vous ressentez. Il est important de faire intervenir son affectif et d'être totalement dans la scène jusqu'au moment où vous allez vous sentir entrer dans le sommeil. A cet instant charnière, exprimez en vous votre souhait de sortir de votre corps, de manière calme mais ferme, et en réitérant celui-ci le plus longtemps possible : "Je sors de mon corps...Je sors de mon corps...". Surtout ne pas faire intervenir votre volonté mais seulement votre désir. Un point capital : ne jamais penser à son corps physique endormi et, surtout, ne pas chercher à le regarder lorsque la sortie hors du corps est faite. Si vous n'arrivez pas à sortir, demandez aux Etres de Lumière de vous y aider et tendez doucement, par la pensée, un bras. Lorsque vous vous rendez compte que vous n'êtes plus dans votre corps, exprimez le désir de voler et...miracle...vous volerez ! Restez confiant et formulez vos souhaits : ils s'accompliront ! Sachez que toute peur, toute crainte vous fera instantanément revenir dans votre corps physique. Quand on sort de son corps, celui-ci est en état de catalepsie et on entend un bruit analogue à un vrombissement du au fait que, pour changer de plan, il nous faut changer notre état vibratoire. Il ne faut surtout pas s'en alarmer, sinon c'est le retour, illico-presto, à votre condition habituelle !

Avant de réussir à sortir de son corps, à son gré, et dans la maîtrise de l'expérience, il est souvent nécessaire de tenter quotidiennement l'exercice pendant un certain nombre de jours. Il ne faut surtout pas se décourager et abandonner prématurément : 1 mois voire plus sont nécessaires, le temps de s'absoudre des facteurs inhibiteurs. Mais le jeu en vaut la chandelle ! Alors, bonne chance pour ce voyage fabuleux dans des réalités insoupçonnées !

LE KYBALION

Le Kybalion est un ouvrage particulier et singulier qui porte sur l’étude de la philosophie hermétique de l’ancienne Egypte et de l’ancienne Grèce et qui se veut transmettre l’enseignement d’Hermès TRISMEGISTE, « le Maître des Maîtres ». Ecrit en anglais, et publié en 1908 par un groupe qui se fait appeler « Les Trois Initiés », il a été traduit en français par André DURVILLE et on le trouve, en version gratuite (sous format pdf ou autre) sur internet (voici un lien : http://jean-paul.barriere.pagesperso-orange.fr/Babaji/kybal1.htm).

Cet ouvrage peut paraître difficile à assimiler et, c’est d’ailleurs le cas à bien des égards ; il a toutefois le mérite d’être assez court. Je conseille vivement sa lecture qui est cohérente et éclairante. Les principes énoncés et plus ou moins explicités méritent attention. C’est, en tout cas, mon point de vue.

 

VOICI DES CITATIONS DU KYBALION :

 

"Les lèvres de la sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la Raison."

"Sous les pas du Maître les oreilles de ceux qui sont prêts à comprendre sa doctrine s'ouvrent toute grandes."

"Quand les oreilles de l'élève sont prêtes à entendre, c'est alors que viennent les lèvres pour les remplir de Sagesse."

"Les principes de la vérité sont au nombre de sept ; celui qui les connaît et qui les comprend possède la clef magique qui ouvrira toutes les Portes du Temple avant même de les toucher."

"Le Tout est Esprit ; l'Univers est Mental".

"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut."

"Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre".

"Tout est Double ; toute chose possède des pôles ; tout a deux extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même signification ; les pôles opposés ont une nature identique mais des degrés différents ; les extrêmes se touchent ; toutes les vérités ne sont que des demi-vérités ; tous les paradoxes peuvent être conciliés."

"Tout s'écoule, au dedans et au dehors ; toute chose a sa durée ; tout évolue puis dégénère ; le balancement du pendule se manifeste dans tout ; la mesure de son oscillation à droite est

semblable à la mesure de son oscillation à gauche ; le rythme est constant."

"Toute Cause a son Effet ; tout Effet a sa Cause ; tout arrive conformément à la Loi ; la Chance n'est qu'un nom donné à la Loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien

n'échappe à la Loi,"

"Il y a un genre en toutes choses ; tout a ses Principes Masculin et Féminin ; le Genre se manifeste sur tous les plans."

"L'Esprit, de même que les métaux et les éléments, peut passer d'un état à un état différent, d'un degré à un autre, d'une condition à une autre, d'un pôle à un autre pôle, d'une vibration à une autre vibration. La Vraie Transmutation Hermétique est un Art Mental".

"Derrière l'Univers du Temps et de l'Espace se cache toujours la Réalité Substantielle, la Vérité Fondamentale."

"Ce qui est la Vérité Fondamentale, la Réalité Substantielle, n'a nul besoin d'une dénomination spéciale, mais les Hommes Eclairés l'appellent LE TOUT",

"Dans son Essence, LE TOUT EST INCONNAISSABLE."

"Cependant, l'exposé de la Raison doit être reçu avec la plus grande hospitalité et traité avec respect."

"L'Univers est Mental ; il est contenu dans l'âme DU TOUT."

"LE TOUT crée dans son Esprit Infini des Univers sans nombre qui existent pendant des milliers de siècles ; et cependant, pour LE TOUT, la création, l'évolution, le déclin et la mort d'un million

d'Univers ne paraît pas plus long qu'un clignement de paupières."

"L'Esprit Infini DU TOUT est le sein des Univers."

"Au sein de l'Esprit Paternel et Maternel, les enfants mortels sont chez eux."

"Il n'existe personne, dans l'Univers, qui soit sans Père, ni Mère."

"Les demi-initiés, reconnaissant la non-réalité relative de l'Univers, s'imaginent qu'ils peuvent défier ses Lois ; ce sont des sots insensés et présomptueux qui vont se briser contre les écueils et que les éléments déchirent à cause de leur folie. Le véritable initié, connaissant la nature de l'Univers, se sert de la Loi contre les lois, du supérieur contre l'inférieur, et par l'Art de l'Alchimie, il transmute les choses viles en des choses précieuses ; c'est ainsi qu'il triomphe. La Maîtrise ne se manifeste pas par des rêves anormaux, des visions et des idées fantastiques, mais par l'utilisation des forces supérieures contre les forces inférieures, en évitant les souffrances des plans inférieurs en vibrant sur les plans supérieurs. La Transmutation, non pas une négation présomptueuse est l'épée du Maître."

"S'il est vrai que Tout est dans LE TOUT, il est également vrai que LE TOUT est dans Tout. Celui qui comprend parfaitement cette vérité possède déjà un grand savoir."

"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut."

"Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre."

"Tout est Double ; toute chose possède des pôles ; tout a deux extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même signification ; les Pôles opposés ont une nature identique mais des degrés différents ; les extrêmes se touchent ; toutes les vérités ne sont pas des demi vérités ; tous les paradoxes peuvent être conciliés."

"Tout s'écoule, au dedans et au dehors ; toute chose a sa durée ; tout évolue puis dégénère ; le balancement du pendule se manifeste dans tout ; la mesure de son oscillation à droite est

semblable à la mesure de son oscillation à gauche ; le rythme est constant."

"Toute Cause a son effet ; tout effet a sa cause ; tout arrive conformément à la Loi ; la Chance n'est qu'un nom donné à la Loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causation, mais rien n'échappe à la Loi.

"Il y a un genre en toutes choses ; tout a ses Principes Masculin et Féminin ; le Genre se manifeste sur tous les plans."

"Posséder le Savoir, si on ne le manifeste pas et si on ne l'exprime pas dans ses Actes est comme la thésaurisation d'un précieux métal, une chose vaine et folle. Le Savoir, comme la Santé est

destiné à Servir. La Loi de l'Utilisation est Universelle, celui qui la viole souffre parce qu'il s'oppose aux forces naturelles."

"Pour changer votre état d'esprit ou vos états mentaux, modifiez votre vibration."

"Pour détruire une mauvaise période de vibration, mettez en activité le Principe de Polarité et Concentrez votre pensée sur le pôle opposé de celui que vous voulez annihiler. Tuez l'indésirable en

modifiant sa Polarité."

"L'Esprit, aussi bien que les métaux et les éléments, peut être transmuté d'état à état, de degré à degré, de condition à condition, de pôle à pôle, de vibration à vibration."

"Le Rythme peut être neutralisé par une application correcte de l'Art de la Polarisation."

"Rien n'échappe au Principe de la Cause et de effet ; mais il existe plusieurs Plans de Causalité et tout individu peut utiliser les lois des Plans Supérieurs pour maîtriser les Lois des Plans

Inférieurs."

"Le sage sert sur le plan supérieur mais est servi sur le plan inférieur. Il obéît aux lois venant d'en haut, mais sur son propre plan et sur les plans inférieurs, il est maître et donne des ordres. D'ailleurs en agissant ainsi, il constitue une partie du Principe au lieu de s'y opposer. Le sage fait partie de la Loi ; en comprenant bien ses mouvements il l'utilise au lieu d'en être l'esclave aveugle. Le sage, par rapport à l'homme ordinaire peut être comparé au nageur habile, allant et venant de tous côtés ; par rapport à la bûche qui est emportée de tous côtés ; cependant le nageur et la bûche, le sage et l'imbécile sont également sujets à la loi. Celui qui comprend cette vérité est bien dans la voie de la maîtrise. »

"La Vraie Transmutation Hermétique est un Art Mental."

"LE TOUT est ESPRIT ; l'Univers est Mental."

Réflexions (sommaires) sur notre relation à la Terre et aux mondes végétal et animal

 

J’ai toujours été frappé par le fait que la plupart des hommes considèrent les végétaux et tout ce qui compose les paysages (lacs, ruisseaux, montagnes, etc.) comme des objets de consommation ou de décor. Loin d’eux l’idée que ceux-ci puissent avoir un esprit et une conscience. Pour les animaux, ils leur concèdent un statut à peine supérieur : il n’y a qu’à voir comment sont traités la plupart des animaux d’élevage ! Et il est bien connu qu’il n’y a pas plus primaire et sot qu’une poule ! Quand à la Terre, on l’exploite de façon brutale et outrancière, sans se soucier de son sort…ni du nôtre !

Tout ceci paraît incroyable et fou ! L’avidité du pouvoir et de l’argent conduit à ravager les écosystèmes et à ne reculer devant aucun mensonge pour justifier ce carnage !

L’écologie, trop restrictive à mon goût parce que trop matérialiste, a connu, à certains moments, une poussée résultant de prises de conscience d’une partie de l’humanité. Pourtant, celle-ci reste limitée : le chômage et la crise financière l’ont reléguée dans la profondeur des consciences…et le pouvoir politique en profite.

Nos ancêtres respectaient la Terre et tous les êtres, visibles et invisibles qui l’habitent, et vivaient en bonne intelligence avec eux. Ils avaient de la reconnaissance pour ces êtres qui les aidaient et sans qui nous ne pourrions subsister. D’ailleurs, ils communiquaient avec eux et les consultaient. Quel contraste avec les hommes d’aujourd’hui qui vivent totalement séparés de ces mondes, comme si leur existence n’avait aucune importance !

Pourtant j’ai remarqué que presque tous les jardiniers (je sous-entends, ici, bien sûr, ceux qui aiment jardiner) parlent aux plantes et, souvent à haute voix, sans toujours s’en rendre compte, ce qui montre bien que la communication avec le monde végétal n’est pas totalement rompue. Et puis, il y a des actions et des gestes que les gens ne relient pas à la communication intuitive avec les mondes végétal et animal et qui, pourtant, le sont la plupart du temps : par exemple, tout-à-coup, vous pensez qu’il faut arroser les plantes de la maison et, sans doute, imaginez-vous que cette pensée vient de vous ! Eh bien, il y a fort à parier qu’en fait ce sont les plantes qui ont manifesté ce besoin et vous l’ont communiqué de manière intuitive. Et il en est ainsi de bien des idées soudaines…

Tout ce qui vit est interconnecté : la science de pointe, elle-même, l’affirme de plus en plus, emboîtant le pas à ce que la Tradition a toujours enseigné. Mais a-t-on conscience de tout ce que cela implique ? En tout cas, cela plaide pour que nous renouions des liens étroits avec les animaux, tant domestiques que sauvages, et avec les Intelligences de la Nature, dans un respect total, de manière à œuvrer, ensemble, pour une vie terrestre enfin harmonieuse. Pour beaucoup, une telle déclaration de foi reste utopique, même si elle paraît séduisante.

Je ne cherche pas à convaincre, sachant bien que c’est parfaitement inutile. Toutefois la situation est suffisamment grave pour que certains humains acceptent d’arrêter de se voiler la face, affrontent enfin vraiment les défis et les problèmes du Vivant et se mettent à construire au lieu de détruire.

Fraternité et spiritualité

 

Depuis quelques décennies, et plus particulièrement ces dernières années,  sous l’influence de divers courants et divers auteurs (Anne et Daniel MEUROIS-GIVAUDAN, Neale Donald WALSCH, KRYEON, etc.) ainsi qu’Internet, un engouement vers la spiritualité s’est développé. Beaucoup parmi ces « branchés » imaginent pour bientôt un âge d’or et une vie où toutes les aspirations seront satisfaites. Une certaine euphorie habite ceux qui pensent qu’ils vont ascensionner dans un avenir proche ; ils sont persuadés que leur rêve va devenir réalité et qu’enfin la notion de fraternité se vivra au quotidien. Leur langage emprunte beaucoup à la littérature ésotérique et ils expliquent le monde à coup de karma, aura, chakras, etc. Moi-même, je suis influencé par ce mouvement qui porte vers l’Espoir et qui présente la Création sous un aspect beaucoup moins manichéen que celui auquel nous sommes habitués. Je ne le rejette donc nullement. Toutefois, il faut prendre du recul par rapport à toutes les informations, expériences et convictions qui sont rapportées et trier dans l’énorme production qui nous est présentée car les allumés de toutes sortes trouvent ici un exutoire sur mesure et le charlatanisme prospère dans des proportions jamais atteintes.

Croire que l’on est avancé spirituellement parce qu’on a le sentiment que ce qu’on a lu est LA VERITE  et qu’on l’a compris intimement, ou parce que l’on applique scrupuleusement les préceptes ou les enseignements de tel « Grand Maître », ou encore parce que l’on met en pratique des techniques de développement personnel (respiration rythmique, alimentation « saine », jeûne, mantras, etc.), est totalement illusoire et trompeur.

N’en déplaise à tous ces nouveaux « initiés », la seule expérience initiatique est celle de notre vie sur terre, dans l’ici et le maintenant. Ce n’est pas en faisant un « voyage astral » que nous développerons le sens de la Fraternité ! Pour s’en convaincre, il suffit de poser une question toute simple : « Pensez-vous  que, dans la société, il est normal qu’il y ait des disparités de rémunération ou de revenus ? ». Vous allez me dire qu’une telle interrogation n’a rien à voir avec la spiritualité ! Détrompez-vous ! D’abord, voyons la réponse habituellement faite : « Oui, il est justifié que quelqu’un qui a fait des études supérieures soit beaucoup mieux rémunéré qu’un ouvrier. De même, un patron d’entreprise, qui a pris des « risques », doit gagner beaucoup plus que ses salariés... ». Ah bon ! Et cette réponse est aussi celle de ces pseudo-initiés dont je viens de parler. En termes clairs, cela veut dire qu’ils ne veulent pas renoncer à leurs avantages et, par conséquent, ils ne désirent pas vivre dans un partage équitable. Mince alors ! Ils sont pourtant persuadés que nous sommes tous frères et qu’ils sont sur le chemin de la Réalisation ! Ouvrons les yeux, voulez-vous : nous ne sommes pas aussi avancés que cela ! D’ailleurs, il suffit de constater que les écarts entre riches et pauvres se creusent, que la misère augmente exponentionnellement, que les guerres et conflits succèdent aux guerres et conflits, que la pollution s’accroit, que la violence et l’insécurité se développent sans cesse, etc.

Oh, je ne viens pas en moralisateur ! Je suis comme les autres, ni mieux ni plus mal. Comment pourrais-je stigmatiser ? Mais je prétends que la première marche à gravir sur le chemin de la spiritualité est celle de la prise de conscience, sans concession, de notre égoïsme et de notre attachement (je devrais dire dépendance) à la matérialité. Il ne sert à rien de se gaver de belles idées, de beaux concepts et de beaux idéaux si nous ne franchissons pas cette première marche. Ensuite, évidemment, il faut agir, en plein accord avec nous-mêmes, et c’est autrement difficile que de faire une méditation...

Pour répondre à une observation qui m’a été faite au sujet du « mérite » d’un étudiant supérieur par rapport à un manœuvre, je me permettrai simplement de poser la question suivante : croyez-vous, vraiment, que le sort de l’étudiant, pendant ses études, ait été plus difficile que celui du manœuvre qui, dans le même temps, travaillait, chaque jour, avec un marteau-piqueur, dans le bruit, l’agitation et par n’importe quel temps ? Les études ne durent que quelques années mais le travail du manœuvre se poursuit jusqu’à sa retraite ou...jusqu’à sa mort. Et pourtant, le manœuvre est celui qui est le plus mal payé ! Et, le pire, c’est que l’opinion est d’accord pour considérer cela comme normal ! Là-aussi, il me semble qu’il est urgent de prendre conscience que tout homme doit être respecté : Il n’y a aucune raison que le manœuvre soit infiniment moins bien traité que l’ancien étudiant devenu cadre ! Chacun apporte ses compétences à la collectivité et chacun a les mêmes besoins et chacun a des aspirations. Il existe des entreprises- malheureusement trop peu nombreuses-où l’entrepreneur reçoit le même salaire que ses employés et l’ambiance dans celles-ci est infiniment supérieure à celle des autres sociétés : chacun se sent respecté et considéré et, en quelque sorte, a le sentiment d’appartenir à une véritable fraternité. Pour moi, c’est le véritable commencement d’une spiritualité en voie d'évolution.

Lac de la Maix

A voir absolument :

Le terrible contrat des hommes : http://infosois.fr/jaccepte._.pps

oeuf de Pâques

Les œufs du vendredi de Pâques

 

D’après ce qui est communément admis, la tradition chrétienne  des œufs de Pâques remonterait à l’instauration du Carême.

Le carême est une période de jeûne de 40 jours, qui va du mercredi des Cendres au samedi saint inclus, et au cours de laquelle l’Eglise romaine avait interdit la consommation des œufs. Par suite, les œufs pondus pendant cette période s’accumulaient et il fallait, dès le dimanche de Pâques, commencer à manger les plus récents et cuire les autres ; ces derniers étaient alors décorés et offerts pour célébrer la résurrection du Christ. Puis, avec la démocratisation du chocolat,  est venu le temps de la « chasse aux œufs en chocolat », pour les enfants, durant le week-end de Pâques...

Ce que l’on sait moins,  c’est que les œufs pondus le Vendredi Saint auraient une vibration particulière, bien plus forte que celle des œufs pondus les autres jours, puisqu’elle serait environ 40 fois plus élevée , ce qui tiendrait à une conjonction cosmique tout-à-fait singulière, en relation avec la mort symbolique du Christ (bouleversement cosmique,  avec rayonnements négatifs de la planète Vénus,  qui suit l’équinoxe de printemps). Dans certaines traditions, sans doute en passe de se perdre, les paysans élevant des poules, offrent à leurs meilleurs amis et parents, les œufs de ce jour saint qui, outre leur grande vibration, ne peuvent pas être couvés mais peuvent se conserver plusieurs mois.

ronfleur, anti-ronflement

Comment diminuer voire supprimer le ronflement ?

 

Voici une "recette", tirée du livre "Traité de géobiologie", de B.BABONNEAU, B.LAFLECHE et R.R.MARTIN, pour diminuer voire supprimer les ronflements d'un dormeur : il faut placer, sous le lit, à l'horizontale, et parallèlement au mur, une barre de fer, ayant un diamètre de 6 mm et une longueur de 1.26m.

Surprenant, non ?

chargeur d'orgonite
TBB

Les orgonites

 

De nombreux sites expliquent, en détail, ce que sont les orgonites et je ne vais donc pas vous faire, à leur sujet, un exposé de plus, qui n’apporterait rien de nouveau. Je me contenterai de rappeler que ce sont des « appareils »,  générateurs d’orgone,  qui harmonisent le niveau vibratoire d’un lieu, et qui sont composés, essentiellement, d’une résine polymère et de petits copeaux de métal ; ils comprennent, en outre, pour certains, un ou plusieurs cristaux de quartz  bi terminés, un ou plusieurs minéraux ainsi que des dispositifs à émission de forme.

Les orgonites sont ainsi utilisées pour rééquilibrer une pièce ou un endroit à forte pollution électromagnétique (emplacement d’un PC, d’un téléviseur, d’un modem, du compteur électrique, etc.).

  J'  J'attire votre attention sur les points suivants :

  -         -Ne prenez pas une orgonite qu’il faut orienter (exemple : une pyramide) car dès qu’elle est bougée, elle n’émet plus normalement et peut même, dans certains cas, s’avérer produire l’effet inverse de celui escompté (émission négative) ;

   -      -Une orgonite se sature assez vite ; par conséquent, il faut régulièrement (tous les 8 à 10 jours) la nettoyer en la passant sous de l’eau courante et en formulant, en même temps, une « prière » du type suivant : « Que cette eau enlève toute pollution et négativité à cette orgonite et qu’elle l’imprègne d’amour et d’équilibre ! ». Ceci étant fait, il faut ensuite la recharger (indispensable) en la mettant à la lumière du jour, sur une banquette de fenêtre, pendant plusieurs heures, ou, plus simplement,  en utilisant un « chargeur », ce qui est bien plus rapide (je vous conseille de vous fabriquer ce chargeur en utilisant la « barre penta-anti nocivité ter » ou « Penta Bébel bidule » ou « PBB » dont voici les liens pour en imprimer le gabarit :    http://img13.imageshack.us/i/barrepentaquatrocots2.jpg/ et  http://img212.imageshack.us/i/barrepentaquatrofonds2d.jpg/ .  Vous imprimez, en couleur, ce « PBB »,   sur du carton (au moins 220g), et le collez pour en faire un volume. Faire attention : l’étoile doit avoir la pointe dirigée vers le haut et le dessus et le dessous doivent être percés en leur centre. Une fois le « PBB » construit, il faut encore l’orienter, en mettant un côté dans l’axe est/ouest. Voilà, le chargeur est prêt à fonctionner. Pour recharger votre orgonite, il suffit de la poser dessus et de l’y laisser quelques minutes.).

   -     -Mettez une orgonite sur votre compteur électrique ainsi qu’aux endroits où l’ »électro smog » est important (ordinateurs, modems, téléphones sans fil, téléviseurs, fous micro-ondes, etc.).

ondes de forme, réharmoniseurs, équilibreurs
Orgonite posée sur le chargeur TBB

Des exercices simples et terriblement efficaces sur le plan énergétique

 

Voici deux exercices dont la pratique est simple et courte mais dont l’impact énergétique est très puissant. Je les ai trouvés, tous les deux, sur le site « Géobiologie et esprits de la nature ». Bien sûr, avant de vous les conseiller, je les ai testés et je les applique de temps en temps.

-Marche ou course avant-arrière :

Le matin, ou le soir, durant 5 à 10 minutes, faire quelques pas en marchant ou en courant, alternativement en avançant puis en reculant. Il en résulte un nettoyage de vos énergies négatives et une dynamisation physique avec une sensation de bien-être. Je vous mets, ci-après,  le lien sur cette expérience qui vous permettra, mieux que des explications, de comprendre en regardant une vidéo :

http://www.esprit-de-la-nature.fr/geobiologie/geobiologie-elevation-niveau-energetique-course-t494.html

Pour ce qui me concerne, je fais suivre cet exercice d’un autre exercice consistant à tourner dans un sens puis dans un autre ; je trouve que l’énergie en résultant est encore accrue.

-Utilisation du son « Igmaé » :

Ce son, qualifié par son auteur, de « son d’Amour et de guérison », peut être chanté seul ou en groupe. Très vite, il produit en soi une résonnance étonnante, formidablement agréable, en plein accord avec le vivant.

Je l’ai utilisée, avec profit, pour activer les énergies d’un lieu.

Voici le lien adéquat pour mieux vous informer à ce sujet et visionner une vidéo :

http://www.esprit-de-la-nature.fr/geobiologie/igmae-son-amour-guerison-geobiologie-t138.html

Bougies

 

Les ondes de forme et le zome

 

Je ne vais pas ici tenter de vous définir et vous expliquer ce que sont les ondes de forme car je ne saurais pas vraiment le faire. Pour de telles informations, je vous renvoie à Wikipédia.

Mon propos est simplement de vous dire que, selon la théorie des ondes de forme,  toute forme émet une onde qui agit sur l’environnement. Certaines formes, qui ont, en particulier, été étudiées en géométrie sacrée, ont une influence importante sur la qualité vibratoire du lieu où elles se trouvent, en raison du fait qu’elles sont en relation  étroite  avec les lois qui gouvernent le vivant.

C’est le cas des zomes qui sont des volumes géométriques composés de losanges disposés en double spirale.

Vous trouverez, sur ce site, dans la rubrique consacrée aux mosaïques, les photos d’un zome 7 que j’ai réalisé en émaux de Briare et pâtes de verre.

S’il y a des ondes de forme aux effets bénéfiques, il en est d’autres qui ont l’effet inverse et qui peuvent aller jusqu’à tuer. Nous sommes dans un monde de polarités duelles…

L’étude des ondes de forme est un sujet captivant mais difficile parfois. Elle est étroitement reliée à la radiesthésie et à la géobiologie.

Elle a donné lieu à de nombreux ouvrages qui pourront satisfaire l’intérêt éventuel du lecteur. Quelques sites, que vous trouverez facilement, en faisant une recherche à partir du mot « ondes de forme », présentent ce sujet et montrent quelques formes célèbres pour leur résonnance sur le milieu (pyramides, dodécaèdre, etc.).

ondes de forme
zome 7

Le zome 7 que j'ai réalisé présente des défections, sur le plan énergétique. Ceci est dû aux matériaux de surface utilisés(émaux et pâte de verre) et au fait que les surfaces des losanges ne soient pas unies. Il en résulte des lignes de fuite qui abaissent considérablement son taux vibratoire. Pour limiter ces fuites, d'une part, j'ai mis le zome dans l'endroit de la maison qui lui convient le mieux et, d'autre part, je l'ai orienté en fonction des couleurs radiesthésiques, tout ceci au moyen d'un pendule. Finalement, le zome vibre à 24000 unités Bovis, ce qui est faible pour un zome, mais ce qui en fait, tout de même, un objet diffusant une bonne vibration.

 

Comment s’équilibrer aux énergies cosmo-telluriques simplement et facilement ?

 

Il existe de nombreux enseignements et méthodes pour nettoyer ses corps énergétiques et émotionnels et  recharger son corps énergétique et ceux-ci sont, en général,  efficaces s’ils sont appliqués avec rigueur et répétition. Le problème est que souvent, ils exigent de la discipline, du temps et que leur compréhension n’est pas forcément évidente au profane. Ils requièrent une solide motivation et une constance d’application qui peuvent  décourager.

Pour ceux qui, comme moi, sont un peu paresseux et peu enclins à s’imposer une « gymnastique » quotidienne intangible pour revitaliser et équilibrer leurs corps subtils, je vais proposer quelques gestes et recettes simples, d’ailleurs connus, en vous incitant à les adapter en fonction de votre ressenti, de votre intuition et de vos envies. Il est, en effet, à mon sens, primordial de faire cela avec plaisir et non pas de s’assujettir à des mesures jugées nécessaires et utiles…

 

Pour bien commencer la journée…

1-Lorsque l’on se lève, le matin, commençons par remercier le Créateur de nous proposer une nouvelle journée. Regardons le Ciel, qu’il soit d’azur ou qu’il soit chargé de nuages, et voyons en lui la magnificence et le Divin. Saluons- le, comme un compagnon fidèle et précieux et ressentons l’amour si pur qu’il nous procure. N’est-ce pas une attitude simple et pourtant si riche ?

2-Marchons quelques minutes pieds nus, si possible dans l’herbe (dans la rosée ou la neige, c’est un enchantement !), et respirons en conscience, c’est-à-dire avec le sentiment que l’air est chargé de lumière et d’énergie et sentons  celles-ci se déverser en nous. Si nous avons un jardin, un parc ou simplement un coin de nature chez nous ou proche de chez nous, promenons-nous sereinement en observant toute la Nature avec tous nos sens en action : sentons les parfums, admirons les formes, les couleurs et tous les merveilleux ordonnancements, laissons-nous charmer par l’activité du monde animal, y compris par tous ces petits insectes si habiles et si charmants, et ces oiseaux si gais et piaffeurs, examinons ces pierres dont certaines sont si singulières et rayonnantes, allons à la rencontre des arbres si accueillants, repaissons-nous des innombrables fleurs qui offrent une symphonie extraordinaire, touchons tous ces « êtres », percevons leur énergie… Donnons à ce moment de détente et de partage un caractère privilégié, je dirai même sacré.

A ce stade, nous avons déjà bien commencé la journée…

 

Et pour que la journée soit magique…

Si nous avons encore un peu de temps, le week-end notamment,, nous pouvons encore prolonger la magie du rééquilibrage.

Pour cela, allons voir un arbre proche de chez nous, ou dans notre jardin, de préférence un arbre bien charpenté et  qui nous « parle ». Saluons-le courtoisement (Eh oui, c’est un être comme vous et moi et donc qui mérite respect) et demandons- lui la permission de nous recharger d’énergie par son intermédiaire. Lorsque nous sentons que celle-ci nous est accordée, plaçons-nous face à lui et entourons son tronc de nos bras et mains, comme nous le ferions avec une personne pour lui témoigner toute notre affection. Et, LAISSONS-NOUS ALLER totalement, les yeux clos. Restons-ainsi jusqu’à ce que nous sentions le besoin d’arrêter. Pendant cet échange, confions à l’arbre nos soucis, nos émotions, nos attentes en lui demandant de bien vouloir transformer notre « négatif » en positif. L’idéal est, en même temps, de visualiser nos « scories » descendre, par le tronc de l’arbre, dans ses racines puis de se répandre dans le sous-sol pour y être transformées ; ensuite, en nous centrant sur notre respiration, à chaque inspir, visualisons une colonne de lumière dorée entrant par la cime de l’arbre, descendant dans son tronc, puis bifurquant par notre corps pour le régénérer.

Quand nous cessons cet échange, remercions chaleureusement l’arbre et souhaitons-lui une bonne journée.

Faire cette expérience une fois par semaine est extrêmement bénéfique.

 

Et, si nous avons encore un peu de temps…

L’exercice que je vous propose maintenant a pour objet de rééquilibrer les chakras et il est très aisé à pratiquer. Préalable : le lâcher-prise…

Imaginons que, sous chaque pied se trouve une boule d’énergie.

Commençons par visualiser celle se trouvant sous le pied gauche. Voyons-là se déplacer doucement remontant le long du côté gauche de notre corps : d’abord, le pied, puis la jambe, la cuisse, la hanche, ensuite le ventre, le cœur, le bras et la tête ; à ce niveau, nous la sentons flotter, puis nous la voyons entamer une redescente par le côté droit jusqu’à atteindre le pied droit.

Nous allons alors refaire un déplacement de la boule d’énergie mais en partant, cette fois-ci, du pied droit pour remonter le long du corps, dans sa partie droite, avant de redescendre , par le côté gauche, pour aboutir au pied gauche.

Cet exercice se pratique les yeux fermés, pour mieux se concentrer. Et, l’idéal, est de le répéter encore deux fois, mais ce n’est pas une obligation.

Visualisons alors l’énergie qui est en nous et qui se déverse autour de nous, dans une sorte de rayonnement resplendissant mais doux et équilibré. Ressentons, en même temps, la chaleur qui se dégage de nous. Examinons cette lueur diffuse qui est devant nous, autour de nous et derrière nous. Si, durant cette « inspection », nous nous balançons, n’y prêtons pas attention, veillons simplement à être parfaitement détendu.

Pour ne pas complexifiez les explications, je n’ai pas parlé du contrôle de la respiration durant l’exercice mais  il va de soi que celle-ci doit s’accorder à chaque phase du déplacement de la boule d’énergie : lorsque la boule monte, nous devons être en inspir ; lorsqu’elle descend, nous expirons lentement.

Par ailleurs, et cela se comprend aisément,, cet exercice est à pratiquer très préférentiellement le matin, le plus tôt possible. Mais, là-encore, ce n’est pas une obligation…

détente, chakras

 

Ces arbres qui soignent

 

Autrefois, les bûcherons, lorsqu’ils étaient fatigués, se frottaient le dos le long du tronc d’un gros et bel arbre pour se revigorer ; ils savaient que les arbres ont une prodigieuse énergie et qu’ils permettent de se recharger. Ils savaient aussi que chaque arbre a des spécificités attachées à son essence et qu’il faut en tenir compte. Ils choisissaient donc souvent des chênes pour se défatiguer.

Chacun connaît le vieux dicton « Je touche du bois », mais sa signification est devenue presqu’une superstition. En fait, à l’origine, c’était formuler une demande de protection et d’aide à l’Esprit de l’Arbre et celle-ci était toujours acceptée. Le rôle protecteur des arbres se retrouve d’ailleurs dans beaucoup de traditions, même si, souvent, le sens en a été perdu ; par exemple, chaque fois que se construisait un nouveau village, en son centre, on plantait un arbre, de préférence un tilleul ou un orme, pour qu’il protège ses habitants.

Les arbres ont une très grande importance dans nos vies, même si nous n’en sommes pas toujours vraiment conscients. Ce sont des êtres à part entière, sensibles et généreux.

Je vais vous proposer une expérience fort simple qui ne requiert qu’un peu de calme et d’attention. Les arbres ont, tout comme nous, un champ énergétique dont on peut d’ailleurs percevoir les différentes couches en s’approchant de lui doucement. Quand on rentre dans ce champ, il s’interpénètre avec le nôtre. Comme entre humains il y a des affinités ou, au contraire, des répulsions, entre un homme et un arbre, il y a syntonie ou dérangement. La façon  la plus facile de s’en rendre compte, c’est de voir, en vous adossant à un arbre, s’il rend votre respiration paisible ou, à l’inverse, si celle-ci s’accélère à son contact. En d’autres termes, cela permet de prendre conscience que chaque arbre a sa « personnalité » et que celle-ci est ou n’est pas en résonance harmonique avec soi. Personnellement, je suis si bien avec certains arbres que je les laisse rentrer dans mon intimité et que je leur confie mes sentiments et mes émotions. Ils font partie, au sens entier du terme, de mes amis.

Voyons maintenant les qualités thérapeutiques de quelques essences d’arbres.

Je commencerai par le hêtre parce que c’est l’arbre avec lequel j’ai le plus d’affinités. Le hêtre favorise, avant tout, la confiance en soi. ; c’est un arbre instructeur avec lequel il fait bon converser : il répond aux grandes questions existentielles, apporte la quiétude et se montre un ami fidèle et précieux. Il calme le mental, aide à dépasser la timidité et soulage les problèmes de gorge.Ses fruits bouillis sont vermifuges.

Passons au chêne mythique qui évoque, d’abord, la force. Le képi de nos généraux est d’ailleurs orné d’un liseré de feuilles de chêne, symbole de puissance ! Mais le chêne, c’est aussi, comme l’avait compris Saint-Louis, la justice personnifiée ! Et, autrefois, les différents se réglaient sous un chêne, gageant l’équité de la solution qui serait adoptée. Quant à ses vertus médicinales, elles tiennent à sa force impressionnante : les bains d’écorce de chêne renforcent le corps vital et les défenses immunitaires. L’écorce de chêne, mélangée à de la camomille et de la gentiane, est le fameux quinquina, utilisé, dans notre enfance, pour combattre les états fébriles et qui a donné naissance à l’expression « se requinquer ». L’écorce est également indiquée, en bains de bouche ou en gargarismes, pour les inflammations de la gorge. Le fruit du chêne, le gland, est, non seulement comestible et très nourrissant, mais encore il agit sur la virilité (ce n’est pas pour rien qu’il a donné son nom à l’extrémité du sexe masculin !) et possède des vertus aphrodisiaques. Et n’oublions pas le gui de chêne qui est réputé  guérir un certain nombre d’affections et de maladies : l’hypertension, les maladies cardiaques, l’épilepsie.

Le sapin invite au lâcher-prise. Chacun connaît son effet bénéfique sur la respiration, en raison de la résine qu’il contient et de ses feuilles en aiguille qui produisent, à profusion, par le mouvement de l’air, des ions négatifs si indispensables à la vie. C’est un arbre qui aide à libérer les blocages d’énergie grâce à la fluidité de la circulation de sa sève (jambes lourdes, difficultés intestinales,…).

Le noyer n’a pas vraiment bonne réputation : il est vrai qu’il dégage des substances toxiques et que les insectes le fuient. C’est un arbre qui se caractérise par son indépendance et son autonomie.. Il aide à s’ancrer dans la réalité, à assumer ses choix, à se responsabiliser. Son fruit évoque la structure du cerveau humain. L’écorce permet de blanchir les dents. L’huile de noix est riche en acide alpha-linolénique, ce qui la rend efficace pour prévenir les caillots dans les artères, l’hypertension, les risques cardio-vasculaires, la dépression, la maladie d’Alzheimer ; en outre, en raison de la présence de vitamines B6, elle revitalise les cheveux.

Le pin est un arbre apaisant, qui retient la lumière et qui pousse même sur les sols les plus ingrats. Il est hermaphrodite et porteur de la vie. Il contribue à équilibrer l’environnement, purifie et embaume l’air. Son suc, la résine, est employé dans la fabrication des bonbons qui adoucissent les gorges irritées et aident à dégager les voies respiratoires. Le pin allège les émotions, rééquilibre les facultés intellectuelles, redonne du tonus, conduit vers la joie de vivre.

Le frêne est l’arbre spirituel à qui, autrefois, l’on attribuait des pouvoirs magiques. Il élève les pensées, les sentiments et l’esprit. Ses feuilles, qui sont anti-inflammatoires, diurétiques et anti oxydantes, peuvent contribuer à soigner les rhumatismes, les œdèmes, l’arthrose et la goutte.

Le buis est un arbuste de longévité, qui aime l’équilibre cosmo-tellurique et qui se plaît dans les lieux à vocation spirituelle. Chacun connaît ses usages symboliques (bénédiction le jour des rameaux et sa présence dans les rites funéraires). Il aide à libérer les blocages du corps causal et à soigner ainsi l’asthme, l’eczéma, les allergies. Il contribue à libérer des phobies et des idées fixes. Il soulage les conséquences des émotions trop vives et favorise les retours à l’équilibre. Mais il est toxique (buxine), c’est pourquoi  il est essentiellement fait appel à ses vertus médicinales en homéopathie pour la fièvre, les rhumatismes, les inflammations et les diarrhées.

Le bouleau est un arbre souple , résistant et doux. Il libère du stress, équilibre les polarités, aide à la bienveillance pour soi et pour les autres. Il rééquilibre les lieux. Sa présence, en petits groupes, dans les endroits sauvages, près des points d’eau, en particulier, est le signe quasi-certain que le lieu est habité par des Esprits de la Nature. L’élixir de bouleau est un excellent draineur des liquides du corps desquels il fait disparaître les dépôts ; il favorise l’élimination de l’acide urique. Ses forces purificatrices permettent, en  employant ses feuilles en infusion, d’épurer les reins. Des branches de bouleau, placées dans le lit, chassent les crampes et la goutte. Les fleurs du bouleau calment et cicatrisent les ulcères et les plaies. Les bourgeons soignent le foie et la vésicule biliaire.

L’aubépine se caractérise par une formidable adaptabilité aux lieux ; elle est sociable, s’insère en douceur. Elle permet de se centrer, de se réaligner. Si vous placez une branche d’aubépine au-dessus de votre porte d’entrée, votre maison sera protégée de la foudre. Un bouquet d’aubépine dans la chambre d’un malade aide grandement à sa guérison. Ses bourgeons, utilisés en infusion, soignent les maux de gorge. Les fleurs, en infusion, régularisent le rythme cardiaque et constituent un excellent tonicardiaque pour les cœurs fatigués. Elles agissent sur l’hypertension. Elles sont aussi un bon anxiolytique et antidépresseur. D’une façon générale, l’aubépine est particulièrement protectrice et réparatrice.

L’orme est un arbre qui soulage les émotions. Il a la particularité de se comporter comme une éponge en prenant sur lui les problèmes psychiques des hommes ; c’est, sans doute, la raison pour laquelle il est si fortement atteint par les maladies (graphiose) qu’il est devenu si rare. Les bourgeons d’orme sont utilisés en gemmothérapie pour soigner l’acné, l’eczéma et diverses dermatoses. Il stoppe les diarrhées et soulage les rhumatismes.

L’aulne, qui « saigne » quand on coupe son bois, est un arbre qui fait du bien. Ses bourgeons sont employés en gemmothérapie pour désintoxiquer le corps ainsi que pour stimuler la concentration et la mémoire.

Le tilleul aime la proximité des hommes. Il symbolise la tranquillité et la douceur. Le charbon de bois de tilleul broyé est un remède pour les problèmes d’estomac, le mal au cœur et les crampes. En infusion, ses fleurs sont relaxantes, sédatives et diurétiques. Les feuilles, utilisées en infusion, soulagent les yeux.

Le cèdre est un arbre majestueux qui évoque la puissance tranquille. Employé en huile essentielle, il peut aider au traitement du cuir chevelu, des dermatoses, de l’acné, de l’eczéma, de la chute des cheveux.

Le sureau est, comme le tilleul, un ami intime de l’homme. Souvent, on le rencontre le long de murs en ruines, au coin d’une grange ou d’une dépendance ; il est discret mais hautement présent et particulièrement guérisseur. Si vous êtes souffrant, frottez-vous à lui doucement, vous sentirez sa force vous investir et vous revigorer. Toutes les parties du sureau sont curatives . Le vinaigre de sureau est indiqué pour combattre les crises de goutte ou de rhumatisme. Les fleurs séchées, en tisane, soulagent la toux et les maux de gorge. Elles sont purgatives, en infusion. La confiture de baies de sureau est, non seulement succulente, mais encore elle assure une cure purificatrice du sang. Les feuilles fraîches broyées(additionnées d’huile d’olive) soulagent les hémorroïdes. Les feuilles, en infusion, calment les maladies biliaires.

Le châtaignier est un arbre remarquable, à très grande longévité. Chacun sait que son fruit est très énergétique et riche en fibres, glucides, vitamines, potassium, calcium, magnésium, etc. D’ailleurs, il était, autrefois, un aliment très consommé l’hiver. Ses feuilles sont sédatives de la toux, antiseptiques, astringentes et détergentes. Elles agissent pour stopper les diarrhées, soigner les coqueluches et les bronchites.

 

Cette liste d'arbres guérisseurs est loin d'être exhaustive. Des végétaux comme l'ajonc, le figuier, le genèvrier, l'if, le laurier, le lierre, le marronnier, le noisetier, l'olivier, le peuplier, le platane, le roseau ou encore le pommier y auraient largement leur place.

 

arbres
Dans le parc du château d'USSE

 

UNE INVITE A LA (RE) DECOUVERTE DE SOI

 

Le livre « Par l’esprit du soleil », de Anne et Daniel MEUROIS-GIVAUDAN, est devenu un classique de la « littérature spirituelle » ; il est même incontournable tant chaque déclaration qui y est faite resplendit de la Lumière du Père dans toute sa simplicité, sa force et son Amour et s’adresse  à chaque Homme, sans exception aucune.

La condition humaine et son sens y sont abordés avec une Perfection saisissante. Tout est clair, limpide, évident…Vraiment, nous avons tout à repenser, hors des conditionnements de toutes sortes, hors de la peur qui nous raidit et nous réduit…

Le message communiqué n’est pas vraiment nouveau ; tout ce qui y est dit a été dit déjà, d’une façon ou d’une autre. Ce qui est neuf, particulier, c’est la manière ferme et amicale, le ton fraternel, la force tranquille, l’efficience, le recul avec lesquels Jésus parle à la fois à chacun de nous en particulier et à tous les hommes, ses frères, en général. Le langage est beau, pénétrant ; il sonne juste, admirablement juste ! Il porte l’expression de l’Esprit Saint dans son intégralité. Il est sagesse, amour, don, partage,…

Rapporter l’essentiel de ce message en utilisant d’autres mots, un autre style, une autre dynamique ou recourir à une dialectique serait forcément l’amoindrir, sans doute le déformer. Difficile dans ces conditions d’amener le lecteur à prendre conscience du formidable intérêt qu’il y a à  lire « Par l’Esprit du Soleil ». Amis (ies), je vous l’assure, je n’en rajoute pas, tout au contraire ! Vous serez touché au plus profond de vous-même par la pertinence et la pureté du message. Mais attention, les ésotéristes patentés risquent d’être déçus ! Nulle révélation transcendante n’y est spectaculairement donnée ! Nulle théorie séduisante n’y est développée ! Nulle morale n’y est assénée ! Nulle complexité n’y est expliquée ! Nul dogme n’y est révélé ! Tout est au-delà sans être en-deçà. Aucun superlatif n’est assez puissant pour rendre compte de ce message.

Voici quelques phrases puisées dans cet « Essentiel » qui , peut-être, (r)éveilleront en vous cette Connaissance Primordiale imprimée en chaque homme, bien qu’elles soient sorties de leur contexte et de leurs enchaînements :

« Je vous demande…de ne plus faire de votre existence un défi…le lâcher-prise devient la maître-mot de l’ère qui s’ouvre… »

« Soyez d’abord des observateurs de votre âme ; ainsi vous ne vous rendrez plus sur le champ de bataille qu’elle représente souvent. Il n’y a aucune passivité dans cette attitude ; je vous la propose comme la base de la dédramatisation de votre vie. Elle ne requiert aucune froideur, aucune insouciance, mais plutôt le brasier crépitant de la confiance. »

« L’authenticité, c’est la simplicité et la simplicité s’appelle amour. »

« Les idées que vous adoptez, je les appelle simplement vos croyances…toute croyance porte en elle l’embryon d’une erreur, d’une impasse. »

« Je vous appelle à faire table rase de toute croyance, toute idéologie, de toute pensée, même qui n’est pas née de vous. »

« Etre veut d’abord dire fusionner avec la vie…Etre, c’est aimer… »

« Je vous le dis, il n’y a pas pire prisonnier aujourd’hui que celui dont les pensées, dont les yeux, dont les paroles se laissent patiemment mouler par les médias. »

« Etre simple…cela veut dire aller droit au but sans se croire contraint de passer par mille circonvolutions du jeu mental. »

« On ne pardonne pas « à condition que… »Cela demande de la grandeur et, par ce fait, l’abandon de toutes les réactions pusillanimes.

« L’esprit, mes amis, ne grandit jamais, en abaissant le corps. »

« L’âme qui s’inflige une frustration par obéissance à un principe mal compris est une âme qui faute envers elle-même. »

«La seule chasteté qui doit importer aux amoureux de l’Amour est la chasteté de la conscience. »

« Toute norme est invention terrestre…La seule norme à rechercher s’appelle équilibre et l’équilibre se résume avant tout par le fait d’être bien logé dans son âme et dans son corps. »

« L’être qui sait être en paix en lui-même demeure toujours en communion avec le divin… »

«Rien n’est inaccessible. »

« La douleur est l’invention d’une humanité qui a voulu prouver sa supériorité sur la Vie, c’est-à-dire sur une pensée parfaite. »

« La grande initiation , vous la trouverez vous-même chaque matin dans le voisin auquel vous vous heurtez ou dans l’ouvrage mal fait et à remettre sur le métier. »

« La véritable preuve est une grâce que l’âme reçoit lorsqu’elle s’est suffisamment labourée. »

« Il n’existe pas une seule parcelle de cette terre qui ne s’apprête à muter intégralement. Votre planète et tous ses habitants doivent, sans exception, se préparer à mourir à leur ancienne réalité. » 

« …Toute souffrance est celle de l’humanité dans son ensemble. »

« …La véritable prière établit un dialogue entre deux cœurs. »

« …Que la force qui se dégage de vous soit plus qu’une parcelle de votre être, qu’elle soit Lui dans son intégralité, avec sa confiance et sa non-duplicité. »

« Nul n’est jamais prêt à donner suffisamment et de façon assez belle parce qu’il y a toujours plus à faire, plus à être et que la croissance est éternelle. »

« Il existe un tourisme spirituel dont il faut vous garder. »

« La voie du service est celle de la disponibilité à autrui et de l’engagement concret dans les efforts que demande la vie quotidienne. »

« Ce qui importe, c’est de modifier fondamentalement vos rapports aux choses et aux êtres. »

« Donner l’amour signifie incarner celui-ci gratuitement en l’absence de duplicité, jusqu’au cœur du geste le plus humble. Cela s’apprend, je vous le dis et c’est à votre portée. »

« De la simplicité jaillit tout bonheur, de la simplicité jaillit l’évidence de la Lumière. »

« …Ce n’est pas la force d’un nom ou l’aura d’une signature qui doivent être les éléments décisifs de votre réaction. Votre cœur doit bouger par lui-même. »

« La peur, je vous l’affirme, fera toujours se mouvoir les corps mais jamais les consciences. »

« Vos acquis, croyez-moi, c’est souvent la somme de ce qu’il vous faut désapprendre. »

J’espère, par ces quelques citations, vous avoir donné envie de lire cet ouvrage si riche d’enseignement.

 

 

 

Coquillages

Kinésiologie pratique

Connaissez-vous la kinésiologie ?

 

Etymologiquement, la kinésiologie est la science du mouvement.

Elle repose sur le fait que lorsqu’une énergie négative est introduite dans le champ énergétique d’une personne, elle provoque immédiatement un court-circuit, ce qui entraîne une baisse brutale de tonicité des muscles et, par suite, ceux-ci ne sont plus en mesure de résister à une quelconque pression exercée sur eux. A l’inverse, une énergie positive n’interfère pas sur l’équilibre du champ électromagnétique du corps humain et la tonicité des muscles n’est donc pas affectée.

 Les kinésiologues procèdent par tests musculaires, pour interroger le corps, en vue de déterminer les blocages émotionnels et leur origine, et, pour rétablir l’équilibre non seulement émotionnel mais également physiologique et physique, le tout étant étroitement relié et interdépendant, ils utilisent des techniques qui s’inspirent de la médecine traditionnelle chinoise.

Si je viens vous entretenir brièvement de kinésiologie, ce n’est pas pour vous inciter à consulter un spécialiste de cette discipline, mais pour vous proposer une méthode alternative à la radiesthésie, en vue d’acquérir des réponses immédiates à des questions que vous vous posez et pour lesquelles vous ne savez pas comment les obtenir.

Prenons un exemple très simple : vous voulez planter des pommes de terre dans votre jardin mais vous ne savez pas quelle(s) variété(s) choisir en fonction, notamment, de la consistance de la terre de votre jardin, de son exposition et du temps qu’il fera. Eh bien, interrogez-vous par le biais de la kinésiologie. Voici comment procéder :

Si vous êtes droitier (si vous êtes gaucher, il suffit de changer de main), tournez la paume de votre main gauche vers le ciel et joignez le pouce et l’auriculaire de cette même main de manière à former un petit cercle, constituant un circuit électromagnétique fermé. Ce n’est, au début, pas très confortable mais, avec l’entraînement, vous acquièrerez plus de souplesse et, au bout de quelque temps, ne sentirez plus de gêne.

Ensuite, vous mettez le pouce et l’index de l’autre main à l’intérieur du petit cercle dont nous venons de parler.

Maintenant, en gardant cette position, posez-vous une question à laquelle il peut être répondu par oui ou par non.

Vous maintenez une pression entre les doigts formant le circuit de la main gauche et, avec le pouce et l’index de la main droite (placées dans le circuit), vous exercez une pression, de même puissance, sur les doigts formant le cercle. Si le circuit ne se rompt pas, la réponse à votre question est positive. Si, au contraire, le pouce et l’auriculaire de votre main gauche s’éloignent l’un de l’autre, sous la pression exercée, la réponse est négative.

C’est aussi simple que cela !

Au début, je vous conseille de vous entraîner régulièrement en prenant cela comme un jeu. Très vite, vous en prendrez l’habitude.

Une chose importante : il faut être détendu quand vous faites ce test et il ne faut pas préjuger du résultat.

Au bout d’un certain temps, vous vous rendrez compte que vous n’avez plus besoin de faire le test de kinésiologie : alors que vous n’aurez pas encore terminé de formuler votre question, la réponse à celle-ci vous viendra spontanément.

Pour terminer, revenons un instant sur mon exemple des pommes de terre. Prenons un livre de jardinage ou un catalogue d’un semencier à la page des pommes de terre. La 1ère variété indiquée est, supposons-le, la « Belle de Fontenay ». Vous posez votre question comme suit : est-ce que je dois planter des « Belles de Fontenay », cette année,  dans mon jardin, pour avoir une production importante et de qualité ? Vous allez obtenir un oui ou un non. Vous continuerez votre question sur la variété suivante, par exemple, l’ »Apollo », et ainsi de suite jusqu’à avoir fait toute la liste. Vous aurez, vraisemblablement,  plusieurs « oui », ce qui signifie que vous avez plusieurs variétés qui font l’affaire. Vous pouvez affiner votre résultat en formulant la nouvelle question suivante : « Parmi ces variétés, quelle est celle qui convient le mieux ? Celle-ci ? Celle-ci ? Etc. ». Vous ne devriez obtenir qu’un seul « oui », peut-être deux.

Je sais que cela paraît fastidieux au début mais, là-encore, avec de l’entraînement, c’est de plus en plus facile. Et n’oubliez pas qu’à un certain moment vous n’aurez plus besoin des tests de kinésiologie. Les réponses aux questions s’imprimeront en vous aisément.

J’espère vous avoir donné envie de vous lancer dans ce test de kinésiologie. Bonne chance et bon plaisir !

 

N.B. : la kinésiologie, en tant que pratique médicale exclusive, est décriée, à juste titre, par certains. Des sectes ont recours à cette technique de manière inadaptée, abusive et  compulsive. Je ne soutiens évidemment pas ces dérives et les condamne. Je m'en tiens à la pratique ci-dessus et...c'est tout.

 

Cet article a été publié dans le n°73 (mai-juin-juillet) de la revue "Le Baume de vie" (Bulletin bimestriel publié par les Editions "LE BAUME DE VIE", dont le siège social est : Quarier Eyriac 07170 LUSSAS).

L'arbre

spiritualité, rencontres extraordinaires
ci-dessus, la roche aux Fées telle qu'on la découvre en venant à sa rencontre


Rencontre avec L’Arbre


Laissez-moi  vous raconter ma première véritable rencontre avec un arbre. C’était un jour d’été, il y a plus de 30 ans. Je me promenais en forêt, dans un endroit que j’affectionne particulièrement : il se situe à l’ouest de la commune de SAINT-QUIRIN, à proximité des Vosges ; ce lieu est desservi par un chemin forestier qui monte et serpente dans une forêt  de sapins, de hêtres et de chênes ; au bout d’une bonne demi-heure de marche, j’étais arrivé à un endroit enchanteur avec de magnifiques et grands arbres et, chose singulière, accroché au flanc de la montagne, un ensemble de grottes en arcades tout-à-fait curieuses, en grès rose des Vosges, bien nommées « la Roche aux Fées ».Une féérie absolument incroyable se dégageait ici, notamment sur la plateforme se situant au-dessus des grottes. D'ailleurs, l’onde de Vie, mesurée au géodynamètre y atteint +28. Dans cette zone, j’ai toujours le sentiment de me déplacer dans un monde magique, formidablement serein ; on se sent dans une forme extraordinaire et tout ce que l’on regarde et tout ce que l’on entend est comme magnifié. A proximité des grottes, j’avais immédiatement été attiré par un grand hêtre situé entre deux autres de même taille et de même apparence, mais celui par lequel mon regard était aimanté me semblait dégager une aura à l’attirance très forte ; je vins donc à sa rencontre, m’amusant à le saluer amicalement, comme s’il s’agissait d’un ami de toujours…Je décidais de m’arrêter un bon moment pour goûter pleinement la sérénité, l’harmonie et la beauté du coin et m’assoyais contre le tronc de l’arbre que je venais de saluer ; je me sentais intensément détendu, empli de joie dans cette atmosphère si accueillante et généreuse. C’est alors que « ma véritable rencontre avec cet arbre » commença… .

Calé contre son tronc, je me sentis, d’un coup, traversé par la sève de ce hêtre puissant : elle pénétrait par mes deux pieds (j’avais quitté mes chaussures), montait puissamment le long de mes jambes et investissaient tout mon corps ; en même temps, se déversait par le sommet de mon crâne une énergie de lumière colossale. J’étais immobile, fasciné, communiant intimement avec cet arbre jusqu’au point de me sentir faire partie intégrante de lui. Quel bonheur indescriptible j’ai vécu ! Le temps et l’espace n’existaient plus. Nous n’étions plus qu’Un et j’avais une compréhension de l’univers intégrale, totale, c’était fabuleux, je savais tout et j’étais tout. Puis, le flux de l’Energie s’est progressivement ralenti jusqu’à ce que je ne le perçoive plus. Je suis resté prostré un très long moment, encore abasourdi par l’expérience que je venais de vivre.

Depuis, j’ai considéré le Monde végétal d’une façon nouvelle, comprenant à quel point nous sommes ignorants et coupés du Tout. J’ai revu régulièrement « mon » arbre et, chaque fois, le partage intime a eu lieu, renforcé, dès la seconde visite, par une communication télépathique (à caractère personnel et dont je ne vous parlerai pas). Malheureusement « mon » arbre est tombé lors de la tempête de 1999, si bien que je ne suis retourné, dans cet endroit, que depuis peu de temps. Même après presque 10 ans, le lieu n’a pas retrouvé son enchantement d’antan et je ne le ressens plus comme une zone hautement vibratoire, mais, peut-être suis-je, en mon âme, encore trop affecté par la mort brutale de « mon ami ». 

Mon expérience s’est prolongée par la rencontre d’autres arbres de différentes espèces et de différents lieux, avec, toujours, ces échanges cosmo-telluriques marqués, ressentis, simultanément,  comme le flux de la sève dans les branches de l’arbre et la réception de l’énergie cosmique par le feuillage et la cime de l’arbre.

J’ai bien conscience que ma narration ne rend pas compte du caractère fabuleux et précieux de cette rencontre du  « 4ème type », mais je ne sais pas mieux faire…Mon propos est simplement de témoigner.

Ce que je vais vous dire maintenant, bien que banal en apparence, est pourtant de première importance : les arbres sont de formidables récepteurs des forces cosmiques et des forces telluriques qui sont acheminées en eux par les courants constants de montée et de descente de la sève, en particulier par leur tronc ; ils symbolisent l’union entre la terre et le ciel. Ils équilibrent leur environnement.

Je voudrais aussi attirer votre attention sur le fait que l’arbre est guérisseur, ce qui tient à ce que je viens d’indiquer : lorsque l’on s’adosse à un arbre, on entre en contact avec lui et il accueille alors en lui également nos déséquilibres en mettant aussitôt en œuvre les moyens thérapeutiques dont il dispose, de la même manière que le font les plantes médicinales, en vue de la guérison ou, à défaut, d’une amélioration. En faisant circuler, entre le Ciel et la Terre, notre disharmonie, il la rééquilibre et l’assainnit. L’arbre est en relation étroite avec les 4 éléments de la Vie que sont l’air, l’eau, la terre et le feu auxquels s’ajoute sa Présence, ce qui lui confère ce rôle de médecin dont je viens de parler.

L’arbre intervient dans notre vie beaucoup plus que nous ne l’imaginons ordinairement : dans l’air que nous respirons, dans l’eau que nous utilisons (pensons aux régions devenues désertiques et invivables après l’exploitation massive et inconsidérée des vastes forêts), dans la richesse superficielle de la terre (humus et hydratation), dans le bois qui est encore largement utilisé pour se chauffer, faire la cuisine, réaliser du mobilier,…Voyez-vous, même les arbres plantés autour des maisons sont protecteurs et messagers ; en leur accordant un peu d’attention, cela devient vite une évidence.

J’espère, par ce petit exposé, que certains de ceux qui me liront considéreront désormais les arbres comme des êtres vivants autrement que comme des êtres utilitaires à notre service.


Sur la photo de la Roche aux Fées, vous pouvez vous amuser à chercher combien de fées habitent cette roche ; pour celà, vous pouvez utliser la radiésthésie (pendule), la kinésiologie (voir mon article sur ce sujet) ou bien encore l'un des autres moyens qu'offre la géobiologie. Si vous êtes un "Sensitif", vous aurez immédiatement la réponse, sans recours à un instrument.

 

Cet article a été publié dans le n°72 de la revue "Le Baume de vie" (Bulletin bimestriel publié par les Editions "LE BAUME DE VIE", dont le siège social est : Quartier Eyriac 07170 LUSSAS).

 

Des photos présentant des lieux où séjournent des Esprits de la Nature sont présentées dans la rubrique "Photos" ; cela concerne la roche du Diable, à ABRESCHVILLER (Moselle) ainsi que la grotte du Saint-Léon, à WALSCHEID (Moselle). Je vous invite à les voir en cliquant ici.

 

 

 

 


 

Eloge de la douceur

fraternité

 La Douceur dans (presque) ...tous ses états

Souvent, aujourd'hui,  lorsque, dans certains milieux, l'on parle de spiritualité, on évoque ce que l'on nomme , sous un terme devenu générique, le Nouvel Age : channeling, aura, corps éthérique, corps astral, voyages hors du corps, rencontres avec les mondes "supérieurs", réincarnation, guides spirituels, mondes angéliques, ère du Verseau, fin des Temps et 2012, culture du Soi, convergence harmonique, illumination, etc.
Loin de moi l'idée de critiquer ce mouvement, mais je me dis que, comme pour beaucoup de problèmes essentiels, la (re)découverte de Soi implique d'abord de la lucidité,de la tranquillité, du calme, une recherche de l'harmonie qui ne s'acquièrent que par des prises de conscience successives..., ce qui suppose de développer une qualité primordiale : la douceur ;  celle-ci réside en chaque être mais est souvent masquée ou réduite pour un tas de raisons, dont l'une est l'éducation que nous avons reçue et qui nous inculque que la vie est un combat et qu'il faut donc,  pour s'affirmer, être un combattant.
Je vais donc vous parler un peu de douceur, en toute simplicité, et non pas doctement.
Commençons par quelques citations dont la pertinence  ne vous échappera pas :
"Il n'y a que les personnes qui ont de la fermeté qui puissent avoir une véritable douceur.
 *[François de La Rochefoucauld]
Pour être dur il faut être fragile. La douceur est la véritable pugnacité.
 *[Gretel Ehrlich]
La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme.
 *[Voltaire]
 La douceur c'est la plénitude de la force.
 *[Alphonse Gratry]
Il n'y a rien de plus fort au monde que la douceur.
 *[Han Suyin]
Pour les femmes, la douceur est le meilleur moyen d'avoir raison.
 *[Madame de Maintenon]

Evoquons d'abord la richesse des douceurs de la Nature qui est sans fin : les paysages verdoyants, ondulants, si doux quand ils sont dans leur état naturel, ponctués de mille détails si agréables à l'oeil, avec, ici et là, des bosquets, des haies, des chemins serpentant au gré des déclivités, des rivières, un relief magnifiquement étagé, magique, dont l'effet visuel sans cesse se modifie en fonction de l'hygrométrie, du vent, de l'ensoleillement, de l'heure, ...
La douceur de la Nature, c'est aussi celle des couleurs : en automne, par exemple, elles sont si dégradées, si délicates, si nuancées, si harmonieuses qu'elles caressent le Regard dans une prodigieuse offrande...
Il y a aussi celle du parfum du Monde végétal qui atteint son apogée à la fin du printemps et au début de l'été. Quelles douceurs ! Et puis il y a celle des formes des mondes minéraux, végétaux et animaux si raffinées, si merveilleusement complexes et simples à la fois qu'elles touchent l'âme jusque dans son ordonnancement ! Quand à celle des sons et des bruits, avec, par exemple, le bruissement si intime des feuilles, le chant mélodieux des oiseaux, les caresses voluptueuses du Vent, elle est totalement allégorique ! Et n'oublions pas celle des mouvements comme ceux si enchanteurs du défilement et des imbrications subtiles des nuages...Il y aurait tant à dire de la magnificence si tendre de la Nature !
La douceur nous la connaissons dès le berceau : le regard innocent , épanoui et angélique du bébé nous ravit et touche notre âme instantanément.
Quand on y regarde d'un peu près, on se rend compte que la douceur est partout et elle ne demande qu'à s'expanser car c'est sa vocation : elle est le baume de l'humanité qui l'empêche de sombrer dans le plus sombre des destins.
La douceur est un état d'esprit et c'est le plus haut qui soit. Pour accéder au merveilleux, elle est une passerelle indispensable. Elle fait développer en soi la finesse et la délicatesse des sensations et, simultanément, l'élévation spirituelle. Dans l'érotisme, elle permet de comprendre que le "véritable" plaisir des sens est indissociablement lié au contact simultané avec l'âme.
Pour moi, la richesse de la douceur ne fait aucun doute   . La tendresse est aussi dans les mots et les iinflexions prises pour les formuler ; être doux dans ce que l'on dit ou ce qu'on écrit est une pratique  de la sérénité qui crée un univers propice  à la détente, au partage, à l'évasion et à la rê"verie. C'est comme un contact soyeux et voluptueux. Parler avec douceur , c'est parler de beauté, d'harmonie et d'élégance.
La douceur s'exprime beaucoup par le toucher : une caresse sur les cheveux et les joues de son enfant pour lui manifester de l'amour est un langage universel de tendresse ; c'est le cas aussi des câlineries et des cajoleries. La douceur est un pont entre l'intérieur et l'extérieur, elle est le médiateur le plus élevé qui soit. Avez-vous remarqué à quel point elle permet de "rompre la glace" et d'entrer facilement dans l'intimité des autres ?
La douceur, on la retrouve dans les cinq sens de l'Homme ; par exemple, pour le goût, les friandises et les desserts sucrés ne sont-ils pas appelés, à juste raison, des "petites douceurs" ? à cause du plaisir "voluptueux" qu'ils procurent...Quand à l'odorat, il est particulièrement sensible aux senteurs enivrantes, légères, allègres. Les voix posées, bien timbrées, aux intonations chaudes atteignent plus facilement le Corps des émotions. Le regard chaleureux, quiet, amène, tendre établit une relation de confiance et d'ouverture.
Quand on parle de "douceur de vivre", on sous-entend une vie idéale, quasi-paradisaque où le farniente règne dans un décor naturel de toute beauté et où tout est facile...
Je sais bien que ce que j'écris là n'a rien d'original et ne fait pas débat mais si j'en parle c'est simplement pour vous inviter à vous y arrêter un instant en vous posant cette seule question :  dans mon quotidien, est-ce que mes actions et mes réactions sont menées dans un esprit de calme et de douceur ? ou, formulé autrement : est-ce que mon comportement est guidé par mon Coeur ou par mon Ego ? "That is the question", comme dirait Shakespeare.
Voyez-vous, je suggère qu'il est utopique de croire qu'il faut s'engager sur des sentiers apparemment bien balisés,  mais assurément tortueux,  pour devenir plus épanoui, plus heureux voire même accéder à la Réalisation, alors même que nous ne sommes pas capables d'aborder les problèmes de la vie quotidienne dans un état d'esprit ouvert et serein...

Bizarrement, nous sommes souvent capables de faire beaucoup d'efforts pour une démarche de progrès dès lors que celle-ci a un "bel emballage" et qu'elle nous semble convaincante ; bien peu ont conscience du danger d'être manipulé et d'avoir la naïveté de croire que l'on peut être radicalement transformé, dans le sens de l'harmonie, en adhérant à des idées "hautement spirituelles" et en pratiquant les techniques qu'elles proposent. Personnellement, je suis ébahi quand je vois le flot grandissant des personnes qui croient pouvoir "ascensionner" alors qu'elles gardent leurs préjugés, leur esprit critique (en général dans le sens de la condamnation), leurs limitations morales, etc.
Voilà pourquoi, aujourd'hui, j'ai souhaité vous entretenir de la Douceur.
Commençons nos journées avec de la gratitude pour notre Créateur qui met sur notre chemin tout ce qu'il faut pour nous émerveiller, satisfaire, à la fois, notre Regard, notre Ouie, notre Toucher, notre Goût et notre Odorat, et toucher notre Ame. Avec en soi et devant soi, notre douceur, pour tout bagage,  pour rencontrer toutes ces occasions de jouir de la Vie et de partager, nous sommes certains d'atteindre la plénitude à laquelle nous aspirons...Et, de surcroit, nous accèderons, sans recherche particulière, à ces Mondes Supérieurs qui constituent la Quête de ceux qui empruntent ces chemins compliqués que je viens d'évoquer.

bulle