CHAPELLES

chapelles

La chapelle de Saint-Livier, à MOYENVIC (57)

1)      La légende historique :

Livier était le chef de l’armée messine qui défendit, au Vème siècle, la ville de METZ contre les Huns menés par Attila. Malgré une farouche résistance, lui et les siens furent vaincus le 7 avril 451. Il fut emmené dans le camp des Huns du Haut de Saint-Jean, sur le territoire de la commune actuelle de Moyenvic. Il fut d’abord torturé puis les Huns l’exécutèrent en lui tranchant la tête. Au moment où il allait mourir, Livier était en prière. Selon la légende, il ramassa sa tête et alla la porter un peu plus loin ; là où il la posa, une source jaillit, ce miracle ayant pour effet de faire fuir les Huns qui abandonnèrent, en toute hâte, leur campement de la côte Saint-Jean. Cette source existe toujours et a donné naissance à une fontaine miraculeuse. Le saint-martyr fut enterré à la côte Saint-Jean et son tombeau devint un lieu de pèlerinage et de miracles.

Au XVIIème siècle, une chapelle fut construite devant la fontaine miraculeuse ; ce sanctuaire, situé en pleine nature, fut restauré à plusieurs reprises ; il est actuellement gardé par une sœur qui habite dans une maison voisine.

2)      Les saints céphalophores :

Les saints céphalophores sont, en fait, assez nombreux dans l’histoire de la chrétienté (Saint Pia, Saint Eliphe, Saint Euchaire, Saint Libaire, Sainte Tanche,Sainte Marguerite, Saint Denis,…) et, dans ce qui est rapporté, chacun de ces saints a porté sa tête jusqu’à l’endroit qu’il aurait choisi pour sa sépulture, et en tenant celle-ci à hauteur du cœur. Le trajet emprunté prend tout son sens lorsque l’on sait que chacun de ces saints a tout simplement suivi le parcours serpentiforme de la vouivre, ce fameux courant tellurique sans qui la Vie ne serait pas possible.

3)      L’interprétation :

Dans les premiers temps du christianisme, s’est perpétuée l’initiation des druides : l’élève à l’initiation vivait dans l’antre de la vouivre (grotte, crypte,…) et n’en ressortait, comme Jonas après son séjour de 3 jours dans le ventre de la baleine, qu’après avoir vécu comme une nouvelle naissance, purifié et fécondé par l’Esprit et possédant alors la maîtrise des énergies. La maîtrise de la vouivre est la 1ère étape importante de l’Initiation. L’étape suivante est celle de «  la tête coupée » : l’élève a l’initiation a la tête symboliquement tranchée ; la tête, tenue au niveau du cœur, permet de purifier le mental et de le mettre au rang de serviteur et non plus de maître. Le décapité, marchant avec sa tête coupée tenue entre les mains, au niveau du cœur, a osé perdre sa tête pour se libérer de son ego. Le « S » du Saint, dans la langue des Oiseaux, est la vibration du Serpent, c’est-à-dire de la vouivre, et le Saint est le « S-un », c’est-à-dire celui qui ne fait plus qu’un avec l’énergie de la vouivre.

Cette lecture éclaire singulièrement la légende de Saint-Livier.

4)      Les constatations :

Sur le site, par investigation géobiologique, on retrouve la présence de la vouivre qui serpente, par rapport à la chapelle, du nord/ouest au sud/est ; ce courant tellurique se situe en face d’un houx, avant d’arriver à la chapelle, et se détecte dans les champs situés à l’arrière, dans la ligne de faille qui traverse la chapelle. L’observation visuelle permet de se rendre compte que les terrains, à l’est de la chapelle, sont tourmentés et que les couches géologiques sont décrochées. La côte Saint-Jean fait partie d’une zone géologique connue pour ses continuels glissements de terrain liés à la présence de schistes de Levallois. Ces glissements de terrain sont propices à l’émergence des courants telluriques. Ainsi se trouve confirmée l’interprétation de la légende…

Le schéma de la chapelle, présenté ci-après, donne quelques informations telluriques, notamment la présence de réseaux (à ne pas confondre avec courants) telluriques de niveau 2 et 3 (réseau or, réseau argent, réseau nickel, réseau Curry) et de cours d’eau souterrains. Je n’y ai pas fait figurer le courant tellurique, pourtant élément primordial, pour ne pas alourdir le dessin et laisser la possibilité à ceux qui se rendront sur place de le découvrir par eux-mêmes.

géobiologie
Schéma de la chapelle de Saint-Livier, avec ses tracés telluriques. Le courant tellurique (vouivre) est volontairement "omis"

Photos prises le 31 octobre 2011

Saint-Livier
La chapelle vue de face. Elle est entourée d'un enclos qui ne permet pas d'accéder à la fontaine miraculeuse
Saint-Livier
L'intérieur de chapelle avec l'autel tout au fond
Saint-Livier
Colonnes situées dans la chapelle et qui se trouvaient, à l'origine, dehors, avant l'entrée (il reste les socles). Les dessins en torsade figurant sur ces colonnes sont symboliques et délimitent le passage d'entrée de la vouivre dans la chapelle.
Saint-Livier
Les terrains situés à l'Est de la chapelle, au relief tourmenté (au 1er plan, on voit nettement les effondrements du sol)

La chapelle Sainte Agathe, à Grand Eich (commune de Réding, Moselle)

 

Cette chapelle du XIème siècle, dédiée à Saint-Ulrich,  rénovée à différentes reprises, a fait l’objet d’une découverte singulière, en 2003, à l’occasion de travaux  de réfection : 7 clous (ou vis) alignés ont été découverts incrustés dans le dallage de l’allée centrale.

Cette découverte a fait l’objet d’articles dans la presse locale et d’investigations à caractère plus ou moins ésotérique. La conclusion a été que ces clous matérialisaient des points d’énergie.

Je me suis donc rendu à cette chapelle pour effectuer mes propres recherches. Voici le résumé de ce que j’y ai trouvé, étant précisé que ma visite et mon enquête ont été sommaires :

-Elle est orientée nord/est, les hauts-lieux sacrés étant généralement orientés plein est.

-Les clous, en ligne droite,  sont implantés dans l’allée centrale, à environ 50 cm, à gauche  de son axe ; le 1er se trouve immédiatement à l’entrée et le dernier est planté dans le chœur, derrière l’autel.

-J’ai mesuré le niveau vibratoire qui varie de 4 000uB (ce qui est un niveau énergétique très bas), dans le narthex, à 50 000uB (niveau énergétique élevé), dans le chœur, ce que l’on rencontre habituellement dans les églises romanes sacrées.

-Chaque point matérialisé par un clou est en en résonance avec l’un des principaux chakras, allant, dans l’ordre, à partir du portail d’entrée, du 1er chakra (chakra racine) au 7ème chakra (chakra couronne). Ces points peuvent donc être utilisés pour réharmoniser les chakras et à des fins thérapeutiques.

-Sur le plan géobiologique : dans l’allée centrale, on trouve un réseau sacré (réseau or de Peyré) qui se croise, à la perpendiculaire, à un réseau Hartmann(nickel), de niveau 3, sur le clou situé juste avant le chœur. De plus, l’autel est sur une cheminée cosmotellurique positive, sans bras (endroit où l’énergie est la plus forte).

De mon point de vue, cette chapelle a été édifiée sur un lieu de culte celte.

Photos prises le 3 novembre 2010

Grand Eich, Réding
Chapelle sainte Agathe
Chapelle de Grand Eich
La construction de la chapelle n'a manifestement pas été réalisée selon le nombre d'or et la géométrie sacrée
Le choeur de la chapelle de Grand Eich
chapelle de Grand Eich
Fresques mises à jour lors des travaux de rénovation de 1978 et qui symbolisent les 4 évangiles

Chapelle Sainte-Marie de l’Assomption, à Obersteingen (Bas-Rhin)

 

Cette chapelle du XIIIème siècle faisait partie du monastère d’Obersteingen dont il reste encore quelques bâtiments.

Je vous renvoie au lien suivant  où vous pourrez découvrir toutes les particularités architecturales de ce bâtiment : http://www.obersteigen.fr/obersteigen/chapelle.cfm

Pour ma part, je me bornerai à vous présenter, ci-après, quelques photos de cet édifice.

Photos prises le 29 octobre 2010

chapelle d'Obersteingen
Chapelle d'Obersteingen
chapelle d'Obersteingen
Chapelle d'Obersteingen
Chapelle d'Obersteingen
chapelle

La chapelle des Templiers, a Gelucourt, en Moselle

 

La chapelle Saint-Jean des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem a été construite au XIIIème ou  XIVème siècle par les Templiers.

Elle a été, bien sûr, réfectionnée et modifiée au long des siècles. Ainsi un autel, aujourd’hui en très mauvais état et ayant manifestement souffert du vandalisme, a été édifié au XVIIIème siècle.

Elle abrite la pierre tombale d’un ancien commandeur de Geloncourt, le chevalier Barthélémy.

Sur le plan géobiologique, cet édifice présente manifestement un intérêt. Personnellement, je n’ai pas fait d’investigations à ce sujet mais j’ai détecté, à la main, un carré magique et un réseau sacré.

Photos prise le 16 mars 2010

chapelle templière de Gélucourt
chapelle templière de Gélucourt
chapelle templière de Gélucourt
chapelle templière de Gélucourt